keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Agriculture

Brésil: le spectaculaire engouement pour le bio Témoignage d’un pionnier, Pierre Landolt

L ’Union européenne s’interroge sans fin sur l’usage du désherbant glyphosate. Les écologistes le maudissent. Les paysans français y tiennent dur comme fer. Or le Brésil, champion mondial de l’agrobusiness, commence à tourner le dos à ce produit. L’engouement pour le bio y est aussi fort peut-être plus encore, qu’en Europe. C’est Pierre Landolt, l’un des héritiers de Sandoz, qui l’affirme. Ce pionnier de l’agriculture biologique, à la fois suisse, français et brésilien, nous parle de son parcours et de la réalité brésilienne d’aujourd’hui.
L'interview intégrale en vidéo de Pierre Landolt: «Il faut bien voir qu’aujourd’hui, le fameux glyphosate ne tue plus cent pour cent des mauvaises herbes. On arrive au bout du cycle de ce produit. Parce que les agriculteurs en sont de plus en plus mécontents, ils le trouvent cher et de plus en plus inefficace».

Après mes études à Paris, j’aurais pu entrer dans l’administration française, mais c’est l’agriculture qui m’intéressait. J’ai fait alors trois voyages au Brésil. Et je suis tombé amoureux de cette région dont mes amis du sud brésilien me disaient le plus grand mal, le Nordeste,...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2017 - Association Bon pour la tête | une création WGR