Média indocile – nouvelle formule

A vif

Coronavirus / Vaccinez-vous et allez en paix

Jacques Pilet

8 décembre 2020

PARTAGER

L’accès aux églises et autres lieux de culte restant limité, les personnes en quête de prêches rassurants n’ont qu’à se tourner vers les médias officiels. La parole d’en-haut tombe avec une grande promesse: nous serons tous vaccinés. Il suffit de dire amen.



A Forum (La Première), la prêtresse de l’heure, cheffe du service de vaccination à l’OFSP, Madame Virginie Masserey, a trouvé le ton: assuré et doux à la fois. Tout va bien se passer, tout est sous contrôle, tous les fidèles recevront l’ostie. Dans le bras.

Admirable de calme, cette femme de foi sait répondre aux malheureux et malheureuses qu’habitent encore les doutes. Ou qui posent des questions pas faciles. Tel cet auditeur qui demande quels responsables paieront si, en cas d’effets graves, des patients demandent des dédommagements. L’Etat-Providence (Confédération, cantons et assurances) y pourvoira. Les fabricants sont-ils dégagés de leur responsabilité comme c’est le cas aux Etats-Unis? Là, l’officiante ne sait pas, elle n’a pas vu les contrats secrets d’achat. Elle juge que ce n’est pas d’intérêt pour le commun des mortels.

Pourquoi deux vaccins concentrent-ils toute l’attention alors que bien d’autres sont en préparation et même déjà utilisés? Pourquoi, au lieu de préférer une technologie nouvelle encore très peu éprouvée, ne pas retenir la solution traditionnelle chinoise, un vaccin simple, comme celui contre la grippe, sans intervention génétique? Le marketing massif et précipité, le lobbying efficace de Pfizer et Moderna ont-t-il été décisifs? Les autres recherches, notamment celle de l’Institut Pasteur, doivent-elles être mises en sourdine face à la tapageuse opération des géants auto-proclamés? Est-on bien sûr qu’aucun des tireurs de ficelles sanitaires au sein des commissions idoines n’ont jamais eu de sympathies rémunératrices pour tel ou tel groupe? La présence n’est pas très rassurante dans la «task force» d’un spécialiste genevois qui fut autrefois le grand avocat international du Tamiflu, acheté aussi en masse par les pouvoirs publics et dont l’inefficacité fut ensuite démontrée et reconnue.

L’hécatombe coronavirienne comparée à celle d’autres infections moins célèbres mais tueuses aussi justifie-t-elle vraiment ces exhortations et ces valses de milliards publics? L’empressement résulte-t-il de l’urgence médicale ou de celle, politique, d’enfin pouvoir rassurer la population?

Toutes questions hors de propos dans la demeure de l’espérance étatique.

Seul petit souci chez la porteuse de bonne parole: outre les effets secondaires immédiats prévus (rougeur, fièvre, maux de tête pendant deux à trois jours), il existe un risque «minuscule» de conséquences plus graves à long terme, dites auto-immunitaires (comme la sclérose en plaque). La solution: vacciner le plus grand nombre possible de personnes et obtenir au fil des mois une vision plus claire. Autrement dit: on verra bien.

Bref, enfin la lumière! Ecoutez Monseigneur Berset et ses disciples: vaccinez-vous et allez en paix.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

11 Commentaires

@Jack MacHost 08.12.2020 | 07h45

«Très bonnes questions, les réponses possibles font frémir.
On parle de millions de vaccinés, même avec un risque minuscule ça en fera des victimes.

De toute façon, si on rebond de l'épidémie doit se faire en janvier, les vaccins ne l'empêcheront pas, ils viennent trop tard pour cela.
Au point ou on en est, pourquoi se précipiter comme cela.
Outre les risques sanitaires, quand on voit toute l’infrastructure nécessaire, ça laisse rêveur.
Comme vous dites, ce que prépare l'institut Pasteur est autrement plus rassurant.
Il y a aussi le vaccin AstraZaneca, qui n’exige pas toute cette bastringue.

Sans compter que le fabricant lui-même est incapable de dire ce que procure le vaccin exactement.
On est pas malade, malade mais pas contagieux, ou si finalement.
Bref, on va se vacciner et continuer à mettre un masque car on sait pas ce que vaut le vaccin.

Tout cela ne va rien donner de bon.
Du côté des pouvoirs publics, on sent une envie pressante de tourner la page.
Et d'éviter des procès en cascade sur les conséquences de la pandémie.
Au final il y a aura des procès sur les conséquences des vaccins.

Le vrai scandale n'est-il pas plutôt dans cette ruée sur les vaccins, alors que personne ne cherche de médicament efficace contre la maladie elle-même?
Ah mais j'y pense, un vaccin, c'est des milliards de vaccinés potentiels. Un médicament, quelques dizaines de millions de malades.
Rien de neuf sous le soleil.

»


@ArnaudVS 08.12.2020 | 10h20

«Excellent ! Comme d’hab !»


@Logonaute 08.12.2020 | 11h11

«M. Pilet, vous êtes l'une des rares voix lumineuses dans la nuit de bêtise et d'incompétence, mêlées de fatuité, de cupidité et de lâcheté, de ceux qui ont confisqué le pouvoir.»


@MS68 08.12.2020 | 17h47

«Avec ce futur vaccin, on sera tous des cobayes...
Il parait que ce serait moins couteux pour l'Etat de se concentrer sur les soins des malades.
En demandant aux laboratoires pharmaceutiques de trouver un MEDICAMENT adéquat.
Mais comme cela concerne si peu de personnes - seulement les malades et non la population entière - cela ne rapportera rien aux industriels, ou si peu.

»


@Lagom 09.12.2020 | 11h06

«Si la vaccin ARN messager rate, les peuples occidentaux auront une occasion unique pour renverser leurs autorités par les tribunaux et par les élections. Tous ces achats de vaccins en millions de doses à crédit, y compris en Suisse, nous laissent croire que les sages ont perdu la tête ! Ils veulent se dépêcher de vacciner car il y a un espoir que le virus se fatigue de lui même, comme tant d'autres avant lui, d'ici quelques mois. Une preuve du mépris des peuples; Le Vaccin de Pfizer au début de la propagande avait besoin d'être conserver à - 80%, ils se sont rendus compte après coup que la logistique ne suit pas, car c'est très difficile d'obtenir cette valeur en dehors des laboratoires et de la maintenir durant le transport. A présent ils parlent de - 70% qui demeure une température plus froide que l'hiver au pôle nord !»


@simone 13.12.2020 | 09h13

«Merci. vous me faites du bien.
Suzette Sandoz»


@Marianne W. 13.12.2020 | 23h17

«Aucun vaccin n'est dénué de conséquences graves possibles - heureusement sur une quantité infinitésimale de cas. Quant à l'attitude actuelle anti-vaccins d'une grande partie de mes contemporains - y compris Jacques Pilet semble-t-il -- elle me semble complètement en porte-à-faux de notre vécu enfantin: Nombre important de maladies épidémiques (polio, tuberculose, rougeole, varicelle, scarlatine...), toutes pouvant avoir des suites très graves; puis arrivée des vaccins - à l'époque obligatoires et pratiqués dans le cadre scolaire - qui ont permis aux générations suivantes d'avoir des jeunesses à scolarités moins perturbées... et évité pas mal de morts ou de maladies chroniques inguérissables.
Les conditions de fabrication des vaccins de l'époque étaient bien plus difficiles et longues que maintenant. Aujourd'hui les vaccins les plus avancés contre la Covid ont été développés en menant de pair les 3 phases nécessaires, les vaccins ont donc été dûment testés; ce qui en fait des vaccins probablement guère plus dangereux que les vaccins précédents.
Les autres vaccins (notamment celui de Pasteur) ne seront prêts à être distribués que vers fin 2021-2022...
Pour ce qui est des sommes très importantes dépensées pour ces vaccins par nos autorités, la situation sur le front de la pandémie dans notre pays (le pire d'Europe en matière d'infections et de décès) l'exige: si elle devait empirer, nous n'aurions plus de soignants dans nos hôpitaux déjà submergés.
Pour moi, il faudra bien en passer par la vaccination pour les personnes à risques, quelle que soit la résistance légitime de mes concitoyens.
Parallèlement, nous devrions, comme l'a dit dès le début de la pandémie le décrié Raoult: "tester, tester, tester."
De toute urgence, des tests gratuits sont nécessaires !!!»


@flopag 14.12.2020 | 10h26

«Dommage que vous ne parliez pas des effets secondaires du COVID lui-même. Visiblement 30% de chances d'attraper des séquelles (https://www.revmed.ch/RMS/2020/RMS-N-701/COVID-19-Que-sait-on-aujourd-hui-sur-ses-differentes-sequelles) dont certaines très sérieuses comme des syndromes de fatigues chroniques qui peuvent durer plusieurs années. Dans ces 30%, la plupart sont jeunes et n'ont pas eu besoin d'aller à l'hôpital. Voir aussi https://www.bbc.com/afrique/monde-54434675.
Il est possible que les vaccins aient des effets secondaires sur un petit nombre de personnes, mais il est malheureusement certain que le risque d'effets secondaires est très grand avec le COVID.
Chacun pourra décider ce qu'il préfère...»


@Frank 16.12.2020 | 18h10

«Très bien senti... l'article
Je ne suis pas journaliste mais retraité de l'industrie pharma depuis 2 ans ( 37 ans dans le secteur de la production et enregistrement pharma, vétérinaire, biologique sanguin pour terminer par le secteur des dispositifs médicaux implantables 2b/3).
Les enregistrements en catastrophe de ces vaccins avec des études cliniques... supersoniques (pour ce nouveau type de polypeptides/ séquence d'ARN) me perturbent profondément. Ce n'est pas beaucoup mieux pour le vaccin classique chinois ou russe dont on ne reçoit aucune donnée etc... La mise au point d'un vaccin classique prend normalement 2,5 ans (SRAS 2002). Le vaccin du SRAS 2002 était finalement arrivé bien après la fin de la pandémie... En Chine pour taire les effets secondaires à moyen terme ce ne sera pas un gros problème. La Chine est déjà surpeuplée...
Drôle d'époque... vraiment et pour une fois l'Europe est au cœur du problème et ne peut se voiler la face.
François Magnette»


@clm 20.12.2020 | 14h29

«Une autre question: quoi des mutations de ce virus? Il est connue que les Coronavirus mutent facilement et la dernière mutation en Grande-Bretagne devrait être au moins la 6e depuis l'apparition du Sars2020. Quelle est la spécificité des vaccins proposés?
Aussi, je viens de suivre une formation sur le traitement du Covid10 et d'aires viroses aigue par l'homéopathie en Inde. Des résultats cliniques très prometteurs, sans effets secondaires.»


@camomille 22.02.2021 | 18h59

«Ah! Merci M. Pilet, comme votre article me conforte dans mes doutes (...mais attention! on en a taxé de complotistes pour moins que ça!!)»


À lire aussi