keyboard_arrow_left Retour
A VIF / NIFFF Baahubali 2, The Conclusion

Epique, la fresque indienne

B aahubali 2, c’est la rencontre de l’aventure, de l’épopée, de la démesure, le tout saupoudré d’humour et de chansons.

L’an passé au NIFFF, les spectateurs avaient pu découvrir la première partie d’un diptyque indien contant la vie fictive de Baahubali, jeune guerrier à la force surhumaine. Le public visionnait alors, avec surprise, l’une des plus grandes fresques du cinéma contemporain indien. Aucun complexe, le film osait tout, chaque séquence débordait dans l’excès et la testostérone coulait à outrance. Le public, heureux, scandait en cœur le nom de leur nouveau héros. Après un cliffhanger que n’aurait pas renié la série «Game of Thrones», Baahubali nous laissait sur les dents, en attendant la conclusion prévue une année plus tard en Europe.

Juillet 2017, la voici enfin. Le public de Neuchâtel ne s’y trompe pas, il est là pour retrouver son chouchou. Avant même le début de la projection, l’ambiance est au plus haut. Des «Baahubali» sont lancés dans la salle. Le film débute à l’exact moment où avait conclu son prédécesseur. Chansons, danses, scènes de batailles, ou moments totalement surréalistes – comme quand des palmiers sont utilisés comme catapultes – la recette fonctionne toujours. Même si l’intelligence n’est pas la marque du long métrage de S.S. Rajamouli, un plaisir coupable nous envahit. Les scènes se succèdent, toutes plus décalées les unes que les autres. On y suit deux protagonistes de la famille Baahubali, luttant à deux époques différentes pour le trône du royaume de Mahishmathi. Mais trêve de bavardage, le public n’est pas venu pour le scénario, mais pour en prendre plein les mirettes.

Alors oui, on pourrait débattre de la qualité de certains effets spéciaux, ou du côté «kitch» de cette production. Mais à quoi bon? Le plaisir est bien présent dans une conclusion qui ferait passer «Le Seigneur des Anneaux» pour un drame intimiste. Bonne nouvelle pour nous autres Romands, le film sera distribué dans nos salles début août. Pour les nombreuses personnes qui n’ont pas eu la chance de découvrir la première partie du diptyque, la conclusion sait se faire accueillante.  Et c’est sur un torrent d’héroïsme que se conclut cette saga qui sort totalement du carcan des films occidentaux du genre.


Baahubali De S.S. Rajamouli, début août en Suisse romande


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Florence Perret, Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR