Média indocile – nouvelle formule

# 14 mai 2021

semaine n°19

Analyse

Panade helvétique

Jacques Pilet

On a pu croire que la Suisse était bien gouvernée. Par un Conseil fédéral, certes sans panache mais les pieds sur terre, raisonnable et surtout, mot-clé, pragmatique. On le croyait attentif au Parlement, aux verdicts du peuple. Le mythe s’effondre. Depuis des mois, le gouvernement mène la barque à sa guise grâce à la loi d’urgence qu’il nous est demandé d’applaudir le 13 juin. Et l’on découvre qu’en matière européenne, il navigue depuis des années sans rien en dire. Or soudain le débat a surgi. Devant sept Sages désemparés, dépassés. Panade historique.

Il y a deux ans encore, l’accord-cadre avec l’UE était à bout touchant, nous disait-on. Puis tout s’est ensablé. Et aujourd’hui, c’est ni oui ni non, plutôt non. Ô surprise! Un sondage révèle qu’une large majorité populaire souhaite que l’on boucle enfin cet accord. Crédible? Il faut certes se méfier des chiffres, mais une chose est sûre: le Conseil fédéral ne cessait de répéter, pour justifier ses atermoiements, que jamais ce texte ne passerait l’épreuve des urnes. Faux! Il aurait de réelles chances. Que dans ce pays le gouvernement présume à sa guise de l’état de l’opinion, sans même un débat au Parlement, c’est inouï. C’est le contraire même des principes démocratiques dont nous croyions pouvoir être si fiers. En clair, c’est se moquer du monde. Cette péripétie laisse le pouvoir dans un embarras lamentable. Il ne sait plus comment interrompre l’exercice ni comment le poursuivre. Tous les partis ont leur part de responsabilité. Sauf un peut-être, l’UDC qui a toujours préféré la voie solitaire et s’y tient. C’est au moins conséquent. La droite et le centre, hier plutôt favorable à la solution concoctée, s’embourbent dans un scepticisme hésitant. Quant à la gauche, longtemps pro-européenne, elle se cabre, elle dit tout et son contraire. Le sommet de l’hypocrisie fut, l’autre jour, le discours du co-président du PS, Cedric Wermuth, qui chantait les louanges de l’Union européenne avec des accents doucereux avant de dire, lui aussi, que l’accord-cadre est inacceptable! Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Bon anniversaire! »

Un dessin Matthias Rihs