Média indocile – nouvelle formule

# 24 juin 2022

semaine n°25

Actuel

L’Amérique latine vire à gauche

Jacques Pilet

La victoire de Gustavo Petro en Colombie accentue le tournant. Après le Chili, l’Argentine, le Pérou, la Bolivie, le Mexique, voici un président de plus dans le champ de la gauche réformiste, à ne pas confondre avec le castrisme cubain ou le chavisme vénézuélien. Si Lula l’emporte au Brésil en octobre, ce serait un tournant géopolitique. Pas impossible mais incertain tant ce grand pays est agité de maintes crises fiévreuses.

Soulagement en Colombie: la démocratie a fonctionné. Même Alvaro Uribe, l’ex-président de la droite dure, salue le vainqueur. On pouvait craindre le pire dans ce pays violent, agité par des bandes criminelles et des restes de guérilla. Un énergumène à la Trump, Rodolfo Suarez, riche entrepreneur du bâtiment, inconnu il y a quelques semaines, a surgi à la surprise générale pour le second tour. Cet agitateur de 77 ans a fait toute sa campagne sur les réseau sociaux, sur Tiktok principalement, avec pour premier slogan, la lutte contre la corruption. Tout un pan de la droite, paniquée par la gauche, a voté pour lui. Les candidats, sérieux et expérimentés, du centre et de la droite modérée se sont effondrés. Gustavo Petro et la vice-présidente, afro-américaine, Francia Marquez, l’ont emporté avec 50,5 des voix (et 58% de participation!). Une première historique: jamais la gauche n’était parvenue au pouvoir. «A partir d’aujourd’hui la Colombie change. Elle est autre. Ce n’est pas un changement par vengeance ni pour créer plus de haines», furent les premiers mots du vainqueur. Le programme? Combattre la pauvreté (38% des Colombiens ne mangent pas à leur faim), passer aux énergies renouvelables, améliorer enfin l’éducation publique, plus d’impôts pour les plus riches. Vastes défis si l’on y ajoute la lutte contre la criminalité organisée, les trafics de drogues, et le cas épineux de la culture de la coca. Ce président qui fut autrefois guérillero, devenu au fil du temps un habile politicien, notamment maire de Bogota, a en tout cas les outils politiques pour entreprendre un profond changement dans cette société où l’injustice sociale et la misère atteignent des records mondiaux. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Vague de chaleur précoce »

Un dessin Tony Marchand