Média indocile – nouvelle formule

# 3 juin 2022

semaine n°22

Actuel

Pénuries, faut-il en faire un fromage?

Lena Ebener

Bonne nouvelle, nous sommes autosuffisants en raclette et en côtelettes. Ce ne sera certainement pas au goût de certains Verts du bout du lac, mais c’est bien le seul domaine où la Suisse ne risque pas d’être frappée de pénurie.

En 2020, Heidi.news publiait «A la recherche du vrai survivaliste suisse» qui mentionnait le passage d’un livre du photographe américain Richard Ross. A son retour d’un tour du monde des bunkers, celui-ci écrivait: «en cas de guerre nucléaire, ne s’en sortiraient vivants que Bush, Cheney, quelques Israéliens, les Suisses, les Mormons, et divers insectes». La journaliste ajoutait: «A moins de me transformer en cafard ou de changer de religion, j’ai l’impression que la Suisse est ma seule chance de survie». Mais en dehors de la projection de protection subjective que constituent les abris dans nos esprits, sommes-nous si bien préparés face aux menaces?  Pour répondre aux questions qu’une grande partie que la population se pose sur les répercutions que la guerre peut avoir sur notre pays, le Conseiller fédéral Guy Parmelin a répondu à l’invitation de l’UDC Genève qui organisait le 18 mai 2022, un débat public sur la pénurie d’électricité, la sécurité alimentaire, le pouvoir d’achat et la neutralité. Il n’y a qu’en Suisse qu’après la partie plus formelle – type conférence de presse – on peut boire un verre de blanc et manger une raclette avec un Conseiller fédéral. Guy Parmelin a tout d’abord été interpellé sur le risque de pénurie d’électricité. «La Suisse a la chance de posséder des barrages et actuellement encore, des centrales nucléaires. Cela étant, tout est interconnecté en Europe, les pénuries comme les surplus saisonniers. Du côté du pétrole et du gaz, nous sommes à 100% dépendants de l’étranger. Nous disposons de stocks obligatoires de pétrole qui peuvent nous permettre de faire l’appoint en cas d’interruption subite des fournitures. Cela étant, je tiens à être clair: si les gazoducs devaient se retrouver vides, nous ferions face à un problème considérable.» Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Tueries à répétition aux USA »

Un dessin Valott