Média indocile – nouvelle formule

# 15 octobre 2021

semaine n°41

Analyse

Qui sort, qui reste? comment la Pologne affirme son adhésion aux valeurs européennes

Paulina Dalmayer

«Tais-toi, imbécile! Personne ne sortira la Pologne de l’Europe! Notre patrie c’est la Pologne européenne!», voilà en substance le message qu’on aimerait bien passer, nous les Polonais engagés dans la vie publique et politique de notre pays, à Eric Zemmour et ses admirateurs, trop vite réjouis à l’idée que la Pologne puisse emboîter le pas à la Grande-Bretagne et quitter l’UE. Ce message, scandé à l’adresse du leader des nationalistes polonais par Wanda Traczyk-Stawska, 94 ans, ancienne combattante du soulèvement de Varsovie en 1944, a été repris par une foule de cent mille personnes, massée dimanche soir dans la capitale polonaise pour s’opposer avec détermination à toute tentative d’un Polexit.

Ce message a rebondi en écho dans les villes et bourgades polonaises, dont pas un habitant n’ignore ce que l’appartenance à l’UE signifie au quotidien: un Etat de droit, une justice indépendante du pouvoir politique, une démocratie qui garantit la liberté des médias, très chère aux Polonais, une inviolabilité de nos frontières, un espace enfin, que des croyants et des athées, des hétéros et des homos, des carnivores et des végans, des mères de familles et des féministes, partagent dans l’articulation parfois tendue mais néanmoins pacifique de leurs intérêts particuliers. Les 80% de Polonais qui, selon les sondages, approuvent fermement l’adhésion de leur pays à l’UE — un score digne de l’ancien régime communiste — ne sont pas dupes. Il y a parmi eux/nous, ceux qui ont voté en faveur du parti ultra-conservateur Droit et Justice (PiS), au pouvoir depuis 2015, comme ceux qui forment l’opposition ou ne participent pas activement à la vie citoyenne. Contrairement à l’ignoble réaction de Zemmour, ce n’est donc pas «le peuple polonais» qui refuse de reconnaître l’autorité de la Cour de Justice de l’UE sur certains points du droit national et de précipiter la Pologne hors standards européens en la matière, mais le Tribunal constitutionnel polonais, politiquement corrompu, avec à sa tête une proche du chef du PiS, Jaroslaw Kaczynski. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Le jackpot »

Un dessin Tony Marchand