keyboard_arrow_left Retour
ENQUÈTE

Carouge, tragédie en trois actes

S cènes incontournables de la culture à Genève, les trois théâtres de Carouge se trouvent directement ou indirectement au cœur d’imbroglios politiques menaçant jusqu’à leur survie. Le plus grand péril vise le théâtre des Amis, dont le sauvetage semble compromis après la résiliation des baux, annoncée par son fondateur. La démolition reconstruction du Théâtre de Carouge est, elle, frappée d’un référendum et la subvention allouée à l’Alchimic est chaque année remise en question par une frange d’élus grandissante.

Les Carougeois ont-ils perdu leur traditionnelle fibre culturelle? Longtemps fierté communale, rayonnant au-delà des frontières genevoises, la vie théâtrale anime la cité sarde depuis plus d’un demi-siècle. Aujourd’hui pourtant, c’est une tragédie qui pourrait se jouer en trois actes. Avec le risque d’un final signant la mort d’une ou de plusieurs institutions reconnues, affichant régulièrement complet.

Avec trois théâtres, un musée, une dizaine des salles d’expositions et de spectacles, des galeries d’art renommées, un cinéma (sauvé par le peuple en 2003), des manifestations...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2017 - Association Bon pour la tête | une création WGR