keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Elections

L'Italie entre illusions perdues et désespoir européen

I mbroglio électoral inédit dans la Péninsule: le mouvement 5 étoiles, anti-système, devance les partis traditionnels et revendique le droit de gouverner. Après Angela Merkel en Allemagne, Sergio Mattarella se voit confier l'impossible mission d'introniser une coalition viable. Sous l'œil médusé et craintif des Européens, qui ont leur part de responsabilité dans ce chaos.

Il n'y a plus d'Europe des nations, quoi que prétendent les nationalistes. Il n'y a plus de petits espaces refermés sur eux-mêmes, imperméables à ce qui survient par delà leurs confins. L'abolition des frontières commerciales, la création du marché unique, l'instauration d'une monnaie commune ont liés les pays de l'UE entre eux dans une profonde interdépendance de faits, que les souverainistes refusent pathétiquement de considérer. Ce qui se passe chez les partenaires concerne tous les membres du club, a des effets sur leur propre capacité à agir ou avancer dans la résolution des problèmes. La construction européenne passe pour un chef d'œuvre de technocratie, mais c'est une vue très partielle et partiale des forces qui la travaillent: l'UE est chaque jour un peu plus un espace public, collectivement influencé par des échéances politiques nationales.

Ainsi, depuis septembre dernier, toute l'Europe a eu les yeux rivés sur Berlin et les incroyables difficultés endurées par Angela Merkel pour obtenir une coalition gouvernementale. Sa réussite ou son échec étaient jugés cruciaux pour tous les partenaires de l'Allemagne. Dimanche matin, lorsque la base du SPD a donné son feu vert à la GroKo (Grosse Koalition), des soupirs de soulagement ont dû se faire entendre à Bruxelles, à Paris et dans toutes les capitales.

Entre Mission Impossible et illusions perdues

Répit de courte durée. A peine une petite demi-journée. Sur le coup des 23 heures, les premiers sondages sortis des urnes donnaient le Mouvement 5 étoiles en tête des élections italiennes, scellant l'écroulement du Parti démocrate, leader de la coalition au pouvoir à Rome depuis 2013.

C'est comme si Angela Merkel avait filé la cassette de Mission impossible à Sergio Mattarella. Pour la première fois depuis sa propre très laborieuse élection en 2015, le président de la République italienne est en charge de gérer un imbroglio électoral inédit: un mouvement anti-système en tête, des partis traditionnels gouvernementaux de droite ou de gauche blackboulés, une extrême droite anti-immigrés en pleine forme, et quelques petites formations intransigeantes qui monnaieront cher le ralliement de leurs députés ou sénateurs à une coalition susceptible d'obtenir une majorité dans les deux Chambres.

On ne peut pas comprendre cet éparpillement des forces en trois blocs, dans une démocratie pourtant fortifiée par maintes crises passées, sans le situer dans une perspective européenne.

Les illusions perdues des Italiens, gavés de promesses électorales jamais vraiment tenues, marquent aussi une déception par rapport à une Europe protectrice, qu'ils ont longtemps considérée comme un rempart contre leur propre impuissance et leur propension séculaire pour les divisions. Roma ladra, Rome était une «voleuse», mais ce n'était pas si grave, puisque l'UE offrait d'une part un cadre législatif lointain, propice au dynamisme des régions du Nord et du Centre, et, d'autre part, tant de subventions au Sud, chroniquement malade.

La résurgence d'un fascisme décomplexé

Les membres de l'UE n'ont pas voulu/su aider les Italiens dans la gestion de la crise migratoire. A l'exception de l'Allemagne, ils ont refusé d'en partager le fardeau comme si la géographie pouvait justifier que la péninsule s'en charge seule et à perpétuité. Résultat, une explosion de discours et d'actes racistes, et même la résurgence d'un fascisme décomplexé («Casa Pound» met d'intimidants autocollants «Ici habite un antifasciste» sur la porte de ses adversaires). Les Européens après s'être bandé les yeux seront malvenus de se boucher le nez.

La migration est un de ces problèmes majeurs du XXIe siècle qui requière des solutions supranationales, c'est-à-dire, pour le Vieux Continent, imaginées et mises en œuvre à l'échelle européenne. Il devient urgent de changer les règles Dublin sur le premier pays d'accueil, et sur la possibilité de débarquer en avion pour déposer une demande d'asile ou de séjour plutôt que rançonnés par des passeurs sans scrupules. Si l'UE ne parvient pas à gérer collectivement la crise migratoire, le score canon des 5 étoiles ne fera que préfigurer celui des autres mouvements populistes dans maints pays membres. Trois blocs de poids électoral à peu près équivalent, c'est un défi pour les démocraties fondées sur la règle de la majorité (50+1). Il vaudrait mieux éviter la contamination de l'ingouvernabilité.

Dépression démographique

L'autre mamelle du chaos actuel est l'économie. Après une décennie de crise financière, l'UE se targue d'avoir globalement renoué depuis 2014 avec une croissance forte et durable, supérieure à celle du Japon ou des Etats-Unis. Le hic, c'est que la plupart des Italiens n'en ont pas vraiment vu la couleur. En dépression démographique, la péninsule tarde à «repartir», comme le promettait Matteo Renzi, lorsqu'il devint à la hussarde premier ministre. L'effet des réformes, comme celle du code du travail, reste ténu.

Les jeunes paient un lourd tribut: chômage, précarité ou exil. Or, dans un pays qui a peu d'enfants, leur sort importe plus aux aînés, à leur tour déprimés, et donc peu portés à dépenser leur épargne, et donc à vivifier la croissance. Au sentiment de ne pas profiter comme les autres pays de l'embellie s'ajoute, dans ces générations de seniors, le souvenir douloureux du passage à l'euro, qui avait déjà passablement rogné leur pouvoir d'achat.

A coup de dévaluations compétitives de la lire, l'Italie a longtemps vécu à crédit et entretenu le mythe du miracle économique de l'après-guerre. A cause du cadre européen, elle s'est forcée à plus de vertu, parce que, troisième économie du marché unique et puissance industrielle renommée, il était inenvisageable qu'elle n'entre pas dans la zone euro. Mais elle l'aura payé cher, depuis ses premiers efforts pour être qualifiée dans les années 1990 à aujourd'hui.

Mussolini précéda Hitler. Berlusconi annonçait Trump

Dans ce contexte, le bouc émissaire européen a bon dos, mais il ne peut ignorer que la persistance de la crise sociale en Italie signale un problème de fond qui mine toutes les démocraties: l'absence de mécanismes de redistribution solides qui empêchent les sans-emplois de sombrer dans la pauvreté. Contraints à l'austérité budgétaire pour rembourser leurs abyssales dettes, les gouvernements européens ont drastiquement réduit les dispositifs d'aide sociale. Il serait temps d'inverser la tendance. Le développement de l'Etat providence, après-guerre, se voulait un rempart contre la précarité qui avait fait le lit du fascisme et du nazisme. Toute préoccupée de plaire aux marchés et aux instituts de notation financière, l'UE aurait-elle oublié ce fondement de son histoire?

En matière de reconfiguration du paysage politique, l'Italie aura été souvent une pionnière, malgré elle. Mussolini précéda Hitler. Berlusconi annonçait Trump, et les sécessionnistes de la Lega Nord les autonomistes catalans.

Naguère, on disait le clientélisme roi dans la Péninsule, héritier laïc du népotisme papal. Le clientélisme avait été sérieusement ébranlé par «Mani Pulite», il y a 25 ans déjà, qui conduisit à la disparition de la démocratie-chrétienne et du parti communiste, piliers de la République depuis la fin de la guerre et du fascisme. Désormais, dans un pays nostalgique de son formidable essor économique des années 1960, c'est le consumérisme qui règne. Un consumérisme exalté, exacerbé par les litanies publicitaires des chaînes de télévisions privées, et qui s'étend au champ politique. 

Anti-ceux-qui-ont-eu-l'occasion-de-faire-leurs-preuves-mais-ont-déçu

Dans les urnes, l'issue de ce week-end était attendue, agitée comme un avertissement depuis l'arrivée fracassante de Beppe Grillo et de ses invectives contre la caste politique. Après avoir voté massivement pour la droite, puis pour la gauche, les Italiens ont décidé d'essayer 5 étoiles, le mouvement anti-système, donc anti-ceux-qui-ont-eu-l'occasion-de-faire-leurs-preuves-mais-ont-déçu, ils votent pour un Di Maio qui n'a pas encore failli, après avoir cru à Berlusconi, puis à Renzi. Il y a dans ce choix du dépit, de la rage, et un faible espoir que, cette fois-ci, l'homme qui se dit providentiel le soit. Cela tient de la pensée magique, mais cela a l'air de marcher chez le voisin français.

La tentation du neuf par rapport aux anciens, cela rappelle en effet le succès du Mouvement en marche d'Emmanuel Macron, avec un horizon idéologique bien sûr très différent, mais une promesse identique: nous, nous n'allons pas gouverner comme les autres, nous, nous serons plus en phase avec les citoyens et leurs besoins réels. Sauf que c'était déjà une des postures de Matteo Renzi. Le wonderboy florentin s'est employé à mettre à la casse les vieux caciques de la classe politique, semant ainsi les germes de la division de la gauche, qui lui ont fait perdre ces élections 2018, malgré un bilan gouvernemental honorable.

Une improbable résilience

Il est trop tôt pour dire dans quels délai et configuration le président Sergio Mattarella réussira à introniser un nouveau gouvernement. Sachez qu'en italien la GroKo allemande se dit larghe intense (littéralement: larges ententes). Durant la législature 2013-2018, l'alliance forcée et contre-nature du parti démocrate et de «Forza Italia» a survécu à trois changements de premier ministre et au bannissement parlementaire de Silvio Berlusconi.

Pour la première fois depuis sa propre très laborieuse élection en 2015, Sergio Mattarella, président de la République italienne, est en charge de gérer un imbroglio électoral inédit. © DR

L'exemple de cette improbable résilience va guider Mattarella. Qui dispose toutefois d'autres cartes dans sa manche. La première est classique: la République a déjà connu maints gouvernements dits techniques, composé d'experts. Si les leaders des partis refusent de s'entendre, des technocrates seront provisoirement mis au pouvoir (en attendant des élections anticipées aux résultats encore plus aléatoires). La seconde est plus inattendue: le parti anti-système qui vient de se hisser en tête veut devenir le système. Contrairement à Beppe Grillo son créateur, son actuel leader Luigi Di Maio veut gouverner – une ambition qui devrait le rendre souple et raisonnable.

Austère et pragmatique

En sa qualité de «plus jeune vice-président de la Chambre des députés», ce trentenaire a accompli ses classes institutionnelles, lui qui n'a aucun diplôme et une expérience professionnelle limitée. Il a déjà mis de sérieux bémols au discours antieuropéen de Grillo. L'étalage des difficultés du Brexit a d'ailleurs vacciné beaucoup d'Italiens contre la perspective vengeresse d'une sortie de l'euro. Au surplus, dans son positionnement ni de gauche, ni de droite, le Mouvement 5 étoiles se targue d'être pragmatique.

Entré en politique à la suite de l'assassinat par la mafia de son frère, Mattarella est un homme austère, très soucieux de la dignité des institutions qui lui ont été confiées. Quoi de plus naturel pour un spécialiste de droit constitutionnel! Les Européens connaissent peu ce Sicilien de 76 ans. Mais dans le bruyant chaos romain qui va s'installer pour quelques semaines, il est leur plus sûr allié. Lui se fera un devoir de ne pas les décevoir. 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR