keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE/TOUT VA BIEN

A un glorieux sceptique

I l a mis à jour notre irrésistible besoin de croyance. James Randi, super-héros au service de la pensée rationnelle, est mort. Et la notion de scepticisme ne va pas bien du tout.

Ceci est un hommage à un héros de mon enfance. James Randi, magicien génial et avocat passionné de la pensée critique, mort à 92 ans, barbe blanche et œil pétillant, le 20 octobre en Floride.

Dans un des tours qui l’ont rendu célèbre dans les années 1950, «The amazing Randi » se libérait d’une camisole de force, suspendu par les pieds au-dessus des chutes du Niagara. Mais c’est le second chapitre de sa vie qui m’a captivée: celui où, voyant que le public lui prêtait des pouvoirs miraculeux il est devenu, par amour de la magie et dégoût du mensonge, l’ennemi public numéro un des charlatans du paranormal. Sur les scènes et les plateaux télé, il s’est mis à plier des fourchettes comme Uri Geller, à extirper des tumeurs comme les guérisseurs philippins, à deviner des numéro de téléphone comme l’évangéliste Peter Popov, autre grand escroc de l’époque. Puis Randi interpellait le public: ça vous paraît surnaturel? Eh bien non, il y a un truc. Aucun de ces prodiges présentés comme paranormaux n’est hors de portée d’un bon pro. Apprenez à regarder au-delà des apparences.

Dans les années 1970, avec des amis scientifiques, James Randi a fondé un mouvement dédié à l’investigation critique des pseudo-sciences et des phénomènes paranormaux. Quand j’étais petite, je trouvais leur magazine sur la table du salon: «Skeptical Inquirer». L’enquêteur sceptique. Quel titre! J’était charmée, intriguée. Et, des étoiles dans les yeux, j’écoutais mon père me raconter les aventures de James Randi, super-héros au service de la pensée rationnelle.

Sa trouvaille la plus simple reste ma préférée: celle du One Million Paranormal Challenge. Un prix d’un million de dollars destiné à la personne capable de reproduire un phénomène paranormal dans un environnement contrôlé, permettant d’exclure toute fraude. Fondé en 1964, le prix n’a jamais été distribué.

James Randi nous a invités à contempler l’extrême faillibilité de l’esprit humain au moment de se forger une opinion: même armés de tous les instruments au service d’une pensée logique, nous avons un irrésistible penchant pour la croyance. Croire est plus qu’un désir, c’est un besoin, disait-il. Ça ne va pas en s’arrangeant.

Devant un carton de vieux magazines, je réalise ceci: au temps de mon papa, le mot «sceptique», riche d’une longue tradition philosophique, traduisait sans ambiguité une quête rigoureuse de la vérité. Aujourd’hui, il en est arrivé à désigner des gens qui croient que Bill Gates veut nous implanter une puce-flic via un vaccin anti-covid. Pauvre Randi, mieux vaut mourir que d’entendre ça.


Tout va bien, la chronique d'Anna Lietti, paraît chaque mois dans 24 heures et sur Bon Pour La Tête, accompagnée d'un dessin inédit de Pascal Parrone.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

3 Commentaires

@SylT 09.11.2020 | 01h44

«Tellement vrai! »


@Jack MacHost 09.11.2020 | 15h00

«Fantastique.
Merci Mme Lietti, il fait bon commencer la semaine comme cela.
On aurait bien besoin d'un successeur.
»


@CEDKEL 10.11.2020 | 21h43

«À mon regret je ne connais pas James Randi. Mais au delà du ridicule de la plupart des théories conspirationnistes et, je suppose après vous avoir lu, de l’aisance avec laquelle il les aurait mise en défaut, pourquoi n’aurait-il pas:

-Mis en doute le caractère philanthropique de la fondation Gates à la lecture de l’article du 17 mars 2020 “Bill Gates’s Charity Paradox” du journal The Nation. On notera au passage qu’aussi bien les actifs de la fondation que la fortune personnelle de Bill Gates ne cessent d’augmenter et qu’un certain nombre d’investissements de la fondation relèveraient du conflit d’intérêts si la loi américaine n’était aussi libérale.
-Été inquiet de l’influence de cette fondation sur les médias. Fondation ayant collaboré avec The Guardian, le European Journalism Center ou Le Monde.
-Été d’avis que l’influence de la fondation (un de ses plus importants contributeurs) sur l’OMS n’est pas non plus rassurante?
-Été mal à l’aise de voir cette fondation financer une collaboration de MasterCard et Gavi - the Vaccine Alliance en vue de faire des systèmes d’identification et de suivi de vaccination numériques avec la société Trust stamp? Charmante société étudiant la possibilité, selon MasterCard, d’utiliser cette technologie pour remplacer les systèmes de surveillance de type “bracelet de cheville électronique” (voir site mastercardcontentexchange - entrée du 26 juin 2020)?

À l’heure où l’on parle plus que jamais d’inclusivité et de solidarité, pourquoi laisse t on à ce point les riches et puissants façonner le monde? Pourquoi chaque échange, d’humain à humain, devrait il être géré par un tiers et monétisé? Pourquoi ne veut on pas voir que nous sommes toujours dans une logique dans laquelle les pertes sont socialisées et les bénéfices privatisés? Où voyez vous l’humain dans le monde qui se construit?

»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR