keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Sécurité

Les natels écoutent nos conversations téléphoniques: voici comment!

P our le média VICE, Sam Nichols a tenté une expérience qui a confirmé ses craintes: les téléphones portables écoutent bel et bien les conversations téléphoniques de leurs détenteurs. Une situation inquiétante? Oui et non. Explications.

Un jour, Sam Nichols et un ami ont discuté lors d’un appel téléphonique de leur envie de retourner au Japon. Le lendemain, Facebook leur affichait des publicités de vols bon marché pour Tokyo. Sam a ensuite fait une petite expérience pour voir si cette coïncidence ne serait pas plutôt une réalité courante qui a pour nom l’utilisation de nos données par des multinationales. Deux fois par jour, il a prononcé des phrases comme «J’envisage de retourner à l’université» ou «J’ai besoin de chemises pas chères pour le travail», susceptibles de capter l’attention de Facebook pour des annonces.

Très vite, Sam a vu apparaître sur ce réseau social des publicités jamais vues auparavant qui lui proposaient des vêtements de qualité, des universités aux tarifs avantageux, etc. Or, comment cela est-il possible que Facebook utilise nos données sans que nous enclenchions des options telles que «Dis Siri» ou «OK Google»?

Selon Peter Henway, consultant en sécurité pour la société de cybersécurité Asterix et ex-conférencier et chercheur à l’Université Edith Cowanest, la réponse est claire: les applications tierces que nous installons sur notre téléphone peuvent légalement stocker nos données et en faire ce qu’elles veulent à partir du moment où nous avons accepté leurs conditions. Cependant, selon le spécialiste, aucune de ces multinationales ne vend des données privées à des annonceurs. Elles préfèrent en rester les propriétaires, et demander un peu (beaucoup) d’argent aux annonceurs pour nous faire voir les publicités de ces derniers.

On peut donc l’affirmer: quoi qu’ils s’en défendent (ce serait trop bête de perdre leur contrôle sur la vie des gens), les mastodontes tels que Facebook utilisent nos données à des fins marketing, et ce, tout à fait légalement. Qu’ils nous proposent alors des produits qui nous correspondent sans user de notre plein droit, nous ne saurions le leur reprocher. Au contraire! Là où nous pouvons être vigilants, c’est à l’endroit de ce qu’ils peuvent faire de nos données aux Etats-Unis, vu que toutes ces multinationales y sont implantées. Qu’est-ce qui empêcherait Instagram de soumettre nos données à la CIA, par exemple, si celle-ci l’exhortait à le faire? Là-bas, ils n’en ont que faire de notre droit national, ou européen.


L’article original a été publié sur VICE Australie et il est disponible en français ici: «Votre téléphone vous écoute, ce n’est pas de la paranoïa»

Jonas Follonier

Etudiant, journaliste et musicien, Jonas Follonier est le rédacteur en chef de la revue mensuelle «Le Regard Libre», ...

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

2 Commentaires

@Hodos 09.01.2019 | 22h34

«A propos de l'utilisation du microphone par Facebook, un article du journal Le Temps (https://www.letemps.ch/economie/facebook-ecoutetil-arret) concluait récemment que les téléphones portables n'ont nul besoin d'écouter ce que l'on dit pour que cette grande entreprise soit capable de nous servir des publicités ciblées. Pour reprendre l'exemple du coup de fil de Sam en début d'article, il suffirait que l'ami de Sam ait fait une recherche sur le Japon peu après leur coup de fil pour que Facebook croise les informations "Sam a appelé son ami" et "l'ami de Sam a fait un recherche concernant le Japon peu après" pour en déduire que Sam et son ami ont parlé du Japon et qu'il faut proposer une publicité à Sam également. Nul besoin du microphone pour ceci... Ceci dit, je ne suis pas sûr que ce constat soit rassurant, et on ne peut bien sûr pas écarter totalement l'hypothèse que l'entreprise ne soit pas vraiment à l'écoute.
Pour creuser le sujet, l'article du Temps propose un lien vers un excellent article (en anglais) permettant de mieux comprendre ces coïncidences publicitaires : https://www.eff.org/deeplinks/2018/04/facebook-doesnt-need-listen-through-your-microphone-serve-you-creepy-ads»


@Reiwa 10.01.2019 | 23h48

«Pour avoir toutes ces technologies à des prix ridicules il fallait s'attendre à une contrepartie. Au fait nous avons le choix de tout débrancher et revenir au téléphone fixe et au Nokia portable, mais ce n'est pas pareil.......»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR