keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Asie

Le Cambodge au front contre l’invasion chinoise

L e gouvernement cambodgien a encore expulsé près de 150 ressortissants chinois accusés d’escroquerie, fin septembre. La manœuvre est récurrente dans ce pays d’Asie du Sud-Est, qui compte bien ne pas se laisser déstabiliser par l’invasion chinoise, rapporte Radio Free Asia.

Fin septembre, 142 ressortissants chinois ont été renvoyés dans leur pays d’origine séance tenante, à bord de deux charters affrétés par le gouvernement cambodgien. Les expulsés sont accusés d’être mêlés à des arnaques de fraude par téléphone. Une pratique qui a le vent en poupe.

Le ministère de l’Intérieur a déporté 116 Chinois le 28 septembre, puis 26 autres ont été expulsés sur les ordres du Département général de l’immigration, a détaillé son porte-parole, Keo Vanthorn, à RFA, assurant que ces déportations ne faisaient que commencer. Selon lui, 72 autres Chinois attendent leur renvoi dans un centre de détention de Phnom Penh, la capitale cambodgienne.
«Nous allons déporter ces citoyens chinois sans attendre le feu vert de leur gouvernement, dès que notre ministre de l’Intérieur aura signé les documents nécessaires, a ajouté Keo Vanthorn.»

Début août, les autorités cambodgiennes ont arrêté 323 Chinois, dont les 116 expulsés fin septembre qui ont été reconnus coupables de fraude et d’extorsion. Depuis début 2019, ce n'est pas moins de 537 citoyens de l’Empire du milieu qui ont été renvoyés chez eux. Parmi eux, 150 avaient déjà été reconnus coupables des mêmes crimes dans leur propre pays, faisant 10'000 victimes sur 28 provinces chinoises, le tout pour un pactole estimé à 14 million de dollars.

Selon un rapport récent de la police nationale du ministre de l’Intérieur, il y aurait environ 250'000 Chinois installés au Cambodge. Ces derniers investissent dans les casinos, les hôtels et l’immobilier, entre autres, laissant les locaux inquiets face à une invasion aussi brutale et ostentatoire de leur pays.

En 2017, le Phnom Penh Post évoquait le problème de Sihanoukville dans un article. Cette ville côtière du sud du Cambodge, donnant sur le golfe de Thaïlande, a définitivement rompu avec la tranquillité depuis que des investisseurs l’ont transformé en paradis du jeu et en piège à touristes… Chinois.


Pour lire l’article original, c’est par ici!

Amèle Debey

Amèle Debey est journaliste RP autodidacte depuis 2009. Elle a fait ses armes à Paris, puis à Lo...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR