keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / e-bike

Vélo électrique: les hommes meurent plus que les femmes

I ncroyable mais vrai: aux Pays-Bas, l'an dernier, le nombre de cyclistes tués sur la route a dépassé le nombre d'accidents mortels chez les automobilistes. Et ce sont les hommes qui en paient le prix fort, selon «The Guardian».

Aux Pays-Bas, 206 cyclistes ont trouvé la mort en 2017: c’est 17 personnes de plus qu’en 2016 et c’est 5 morts de plus que lors d’accidents de voiture (201 morts en 2017). Parmi eux, un quart des utilisateurs chevauchait des e-bikes, ces vélos dont le moteur électrique permet d’atteindre des vitesses avoisinant les 32 km/h (20 mph).   

Plus de ventes, plus d'accidents

L'engouement pour le vélo électrique est croissant. Aux Pays-Bas, ce sont près de 294'000 e-bikes qui ont trouvé acquéreur l'an dernier. En Suisse, 90'000 vélos électriques ont été vendus en 2017, soit près d’un vélo sur quatre. En Angleterre, 62% des e-bikes ont été vendus à des personnes de plus de 55 ans. 

Fait pour le moins étonnant: si l'on observe une augmentation globale des accidents mortels chez les cyclistes, cette dernière concerne uniquement les hommes. En effet, on comptabilise, pour l’ensemble des cyclistes masculins (vélo et e-bike compris), 125 morts en 2016 pour 148 en 2017 alors que, pour les cyclistes femmes, on observe une diminution de ces accidents mortels puisqu’on passe de 64 morts en 2016 à 58 en 2017. 

Pour les hommes conduisant un e-bike, on dénombre 20 morts en 2016 pour 38 en 2017. Et, pour les hommes âgés de plus de 65 ans, le nombre de morts double de 2016 à 2017: on passe de 15 à 31 morts. 

Question de survie

La popularité des e-bike expliquerait, en partie, le taux plus élevé d’accidents de cyclistes en 2017. Face à ce constat, les autorités néerlandaises en charge de la sécurité routière tentent de mettre en place de meilleures infrastructures pour les vélos électriques, notamment offrir des voies plus larges aux nombreux vélocipèdes motorisés. D’autant que, selon Peter van der Knaap, directeur de la Fondation néerlandaise pour la recherche sur la sécurité routière, beaucoup d’accidents sont dus aux revêtements des routes ou pistes cyclables mal en point. 

«Nous ne devrions pas sous-estimer le nombre d’accidents qui surviennent chez les personnes âgées lorsqu’elles montent ou descendent d’un vélo électrique. Ces vélos sont plus lourds que les vélos ordinaires et beaucoup d’utilisateurs âgés ne prennent pas en compte le fait que leurs aptitudes physiques sont réduites», poursuit Peter van der Knaap. Et d’ajouter que les hommes plus âgés seraient trop confiants dans leur capacité à maitriser leur vitesse sur ces lourdes bécanes.

Outre les revêtements défectueux, on trouverait donc une explication supplémentaire à la croissance des accidents mortels chez les cyclistes dans l’excès de confiance en soi et la minimisation de sa faiblesse physique chez certains utilisateurs. 

A en croire les statistiques, les femmes mesureraient davantage les risques encourus lorsqu’elles utilisent des vélos électriques: avoir conscience de ses propres limites s’avère être, ici, une question de survie.


Article original en anglais The Guardian: Older men on e-bikes behind rising death toll among Dutch cyclists.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR