keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Coronavirus

Des passeports à prix d'or pour contourner le coronavirus

N ous ne sommes pas tous égaux face au virus, et encore moins face à ses conséquences! Des entreprises proposent des passeports et des permis de séjour moyennant finance à des «investisseurs en citoyenneté» qui parviennent ainsi à éviter les désagréments liés à la pandémie, rapporte Le Monde. Pratique.

«Une guerre sur le point d’éclater ? Une situation politique instable ? Une réforme économique radicale? Grâce au permis de résidence, vous pouvez aller à l’aéroport avec votre famille et vivre en toute tranquillité dans votre seconde maison». C’est ainsi qu’Orange Visas, agence partenaire des services d’immigration aux Pays-Bas fait sa pub, proposant à des clients fortunés d’acquérir un nouveau passeport en guise d’assurance-risque, contre un investissement de 1,25 millions d’euros dans une start-up.

Depuis le début du confinement, des multimillionnaires et des hommes d’affaires sont nombreux à faire appel aux services de ces entreprises qui proposent des visas, des permis de résidence et des passeports. A Londres, la société Astons, spécialisée dans la résolution de problèmes liés à la citoyenneté, est prise d’assaut depuis plusieurs quatre mois. En cause, la fermeture des frontières, la suspension des vols commerciaux et les mesures de quarantaine ou de confinement en vigueur dans de nombreux pays: «Les grandes fortunes dans les pays pauvres se sont retrouvées coincées chez elles en pleine épidémie, alors qu’elles ont l’habitude de se faire soigner à l’étranger», témoigne Konstantin Kaminsky, directeur associé d’Astons, dans Le Monde. Des citoyens américains, inquiets de la gestion de la crise dans leur pays, tentent de le fuir en vue de la prochaine pandémie. Il est alors question de choisir le passeport offrant le plus de possibilités, à savoir le plus grand nombre de pays accessibles sans visa. Par exemple, le passeport américain ne vaut pas grand-chose sur le marché de la citoyenneté en raison du nombre de cas dans le pays.

L’article cite alors le passeport du Vanuatu, que l’on peut se procurer contre la modique somme de 130'000 euros. Il est particulièrement prisé par les businessmen américains qui veulent pouvoir rejoindre facilement la Chine. Les permis de résidence chypriotes, qui offrent la possibilité d’acquérir le passeport européen au bout de quelques mois, s’échangent contre 2 millions d’euros d’investissement dans l’immobilier. La société Astons n’a pas perdu de temps et a organisé des visites virtuelles en plein confinement.

«Avec la pandémie de Covid-19 et le marasme économique au Liban, les demandes se sont multipliées. Des familles qui réfléchissaient depuis longtemps à l’acquisition d’une autre nationalité se sont enfin décidées», affirme TarikKaoukji, président fondateur de Sununu Advisors, société spécialisée dans la recherche de solutions pour investisseurs en citoyenneté.

Enfin, si vous êtes riches ou possédez les revenus nécessaires, vous pourrez facilement obtenir des passeports par les îles des Caraïbes, Sainte-Lucie ou la Barbade. Quant aux pays qui interdissent la double-nationalité à leurs ressortissants, tout est prévu: «Ils laissent en général leur passeport dans un pays tiers, chez leur avocat à Dubaï, par exemple, et passent le chercher ou se le font remettre en chemin», selon une source citée dans le papier.

Les risques que posent les marchés de passeports et visas «dorés», notamment d’un point de vue fiscal, inquiètent l’OCDE depuis plusieurs années et la pandémie n’a fait que relancer ce business florissant, qui prouve une fois de plus que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne lorsqu’il s’agit de respecter les règles sanitaires.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR