keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Nigéria

Le bonheur, sauce nigériane

Et le Diable vint gâcher la fête…

L’histoire se passe ces jours au Nigéria au moment où se décide la création d’un tout nouveau Ministère. Comme le relate le site d’information nigérian Sahara Reporters, «l'administration Rochas Okorocha a accusé "le diable de l'imprimerie" pour le baptême raté du ministère du bonheur. Le secrétaire de presse en chef du gouverneur, Sam Onwuemeodo, a déclaré qu'une erreur typographique a conduit à le nommer "Ministère du bonheur et de l'épanouissement des couples" plutôt que "Ministère du bonheur et de l'accomplissement des objectifs"».

Mais le bonheur avait déjà été malmené auparavant. Quand le gouverneur de l'Etat d'Imo (sud-est), Rochas Okorocha, a annoncé que sa sœur Ogechi Ololo serait nommée Commissaire, des commentaires indignés de la part des citoyens nigérians se sont fait entendre, estimant qu'il y avait d’autres problèmes prioritaires à résoudre. Et CNN de titrer: «Au Nigéria, personne n’est heureux après l’annonce de la création du Ministère du bonheur».

Les messages ironiques affluent, notamment sur Social Network: «Ainsi Rochas Okorocha désigne sa sœur Ministre du Bonheur, je me demande si cela fait partie de sa fonction d’organiser une telle comédie». Ou Twitter: «Qui sait… Le Gouverneur Rochas Okorocha doit être en train de réfléchir à comment nommer son frère "commissaire pour une longue vie et pour la prospérité" après avoir désigné sa sœur commissaire pour le bonheur…».

BNB, pour bonheur national brut

Mais la quête du bonheur est universelle et ne date pas d’hier. Elle a été étatisée il y a 45 ans – en 1972 – à l’initiative du roi du Bhoutan lorsqu’il a proposé de mesurer le niveau de vie et de prospérité en fonction du BNB (Bonheur National Brut). Et d’autres ont suivi l’exemple.

En février 2016, c'était au tour des Emirats arabes unis de créer un «Ministère du bonheur», rappelle CNN. Soit trois ans après que le président du Venezuela Nicolas Maduro eût annoncé la création d'un vice-ministère pour le «bonheur social suprême du peuple». S’inspirant de l’expression quechua, l'Equateur est entré à son tour dans la danse du bonheur l'an dernier avec «Sumak Kawsay», un «Secrétariat du Bon vivre», qui n'est déjà plus, écrit le quotidien El Universo.

La multiplication des Ministères du Bonheur rendra-t-elle les gens heureux? Nous proposeront-ils un nouveau modèle de vie harmonieuse?


L'article, en anglais, de Sahara Reporters: «Gov. Okorocha Blames Printer’s Devil For Mistake In Naming "Ministry Of Happiness" To Which He Appointed His Sister»
L'article, en anglais, de CNN: «Not everyone is happy about this new 'Happiness Minister' in Nigeria»
L'article, en espagnol, d'El Universo: «Secretaría del Buen Vivir ya empieza su proceso de cierre»

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR