Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Coronavirus / Voyager: ce nouveau péché

Jacques Pilet

24 janvier 2021

PARTAGER

Certains ministres européens proposent de limiter les déplacements «non-essentiels» à l'intérieur du continent ou d'introduire l'obligation d'un «passeport vaccinal».



Effet collatéral du virus: il donne le vertige aux dirigeants politiques. Devant les menaces de ses mutations diverses, c’est à qui proposera les mesures les plus dures. Le premier ministre grec a proposé à ses collègues de l’UE d’introduire au plus vite l’obligation d’un «passeport vaccinal» pour passer les frontières intérieures du continent. On lui a fait remarquer qu’il faudra de longs mois pour que les populations soient largement vaccinées et que les produits utilisés, s’ils protègent la personne qui s’est fait piquer, n’empêchent pas à coup sûr la transmission du virus. Va-t-on vers une discrimination entre les gens pressés et les retardataires? Mais voyez, nous objecte-t-on, certains pays exigent la vaccination contre la fièvre jaune! Nuance: cette maladie tropicale, lorsqu’elle se déchaîne, tue infiniment plus que la Covid-19 et dans toutes les tranches d’âge.

L’idée s’installe: il y aura à l’avenir les «bons» citoyens acquis à Pfizer et Moderna, et les «coupables» qui se posent encore des questions sur cette solution-miracle.

Le premier ministre belge a une autre idée: interdire les voyages «non-essentiels». Qui tranchera? Les Etats bienveillants, si attentifs déjà à trier nos besoins et nos envies, à encadrer nos libertés ratatinées. La présidente de la Commission européenne est allée dans ce sens. Elle déconseille vivement les déplacements touristiques. Travailler à travers les frontières, faire circuler les camions, d’accord, mais aller prendre l’air dans le pays voisin, non! Quant à la chancelière allemande, elle fronce aussi les sourcils. Son discours en résumé: si vos chiffres sont plus mauvais que les nôtres, n’entrez pas, on tirera le rideau.

On peut discuter à l’infini de l’efficacité de ces propositions pour enrayer la pandémie. Mais quoi qu’il en soit, il est permis de s’interroger sur ce qu’elles disent de nos mentalités. Se raccrocher aux frontières dans les moments de désarroi, c’est si rassurant. Comme désigner le Bien et le Mal, dans une époque où la religion et les vieilles idéologies qui s’en chargeaient autrefois sont aujourd’hui essoufflées.

Ainsi donc, le tourisme, c’est mal. Que ce soient des Grecs qui le disent alors qu’ils en vivent, que ce soient des Belges, imbriqués plus que d’autres dans leurs voisinages qui le prétendent, c’est un comble! Puissent les Suisses, qui vivent si largement de leurs échanges humains et économiques internationaux, ne pas les rejoindre. Passeport vaccinal, obligation des tests, tri des motivations du déplacement… Tous ces blocages, déjà instaurés ou à venir, tournent à la frénésie. On peut y voir comme une pulsion… suicidaire. Pour limiter le nombre des morts, surtout de vieilles personnes déjà malades qui sont effectivement à protéger, on est prêt à étouffer une foule d’activités, à plonger dans la détresse économique, à refuser des visiteurs non conformes, à s’enfermer à la maison, à renoncer aux fêtes, à se priver d’évasions. Tout cela dessine un portrait sinistre de notre société.

Les Européens d’autrefois, ceux d’avant 1914 qui sillonnaient le vieux continent sans même un pièce d’identité rient de nous du fond de leurs tombes.


Cet article paraît simultanément sur le site de nos confrères tessinois de il Caffé 

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

12 Commentaires

@rhodiola 24.01.2021 | 06h48

«Monsieur Pilet,
Surtout n'arrêter pas d'écrire. Vous êtes le rayon de soleil du dimanche matin!»


@Juanpablo45 24.01.2021 | 09h23

«Vous avez tout à fait raison. Moi-même, je suis partisan de la désobéissance et je le fais régulièrement. Quant au vaccin, je suis sceptique et donc ne me soumettrai pas à la panique ambiante, d’autant plus qu’il y a déjà eu des morts dus à cette substance douteuse. »


@alr 24.01.2021 | 11h58

«Merci!
Pfff....
Je pleure la démocratie mourante»


@moretet53 24.01.2021 | 13h21

«Ce discours me fait penser au vieux "Il est interdit d'interdire" de 1968.
Voyager n'est pas un péché. Voyager en période de pandémie induit un risque pour la santé publique et il est de la responsabilité des autorités d'évaluer et de circonscrire ce risque le mieux possible.
Sortons donc des clichés et discutons de la proportionnalité des mesures envisagées.
J'aimerais dire : "que ceux qui ne sont pas d'accord statuent sur leur testament et signent une décharge pour ne pas être hospitalisé en cas de Covid", mais cela ne suffirait pas. Il faudrait que ce soit le choix de toutes les personnes potentiellement en contact avec ces personnes.»


@Rintintin 24.01.2021 | 15h39

«comme j'aime votre média indocile...ça nous change des médias imbéciles !»


@Chuck50 24.01.2021 | 18h02

«Restrictions à gogo, masques et vaccin $$$ mais pas un mot sur une élimination du virus dans la cavité buccale. Un spray, gargarisme ou quelque chose similaire, nada. La pharma a deux ennemies : les morts et les bien-portants.»


@hermes 24.01.2021 | 18h11

«On est tous fatigués par ce virus et on aspire tous à retrouver notre liberté. Pour cela, la seule solution qui s'offre à nous si l'on veut éviter une hécatombe est une vaccination à grande échelle et, dans l'intervalle, le strict respect des gestes barrière. Chacun est libre de vouloir ou non se faire vacciner ou de vouloir ou non respecter les gestes barrière mais alors il arrive un moment où la liberté de ceux qui ne veulent pas se contraindre s'arrête où commence celle de ceux qui veulent collectivement s'en sortir. Si ces derniers estiment que la sécurité de leurs employés ou de leurs citoyens passent par l'exigence d'un passeport vaccinal et/ou d'un test Covid, c'est leur liberté de choix. Au même titre que c'est la liberté de l'état d'exiger un permis de conduire pour garantir un niveau de sécurité sur le réseau routier.
Chacun est libre de conduire ou pas ou de se faire vacciner ou pas, mais ensuite il ne faut pas crier à la discrimination si certains droits leur sont refusés. En conséquence, je ne partage pas la "nuance" qui est faite entre le passeport vaccinal de la fièvre jaune et celui de la covid-19.»


@Eve01lyne 24.01.2021 | 20h53

«Merci M. Pilet pour ce bol d'air frais ! Et ce rappel qu'il y peu, on skiait sans casque, on roulait sans ceinture avec les enfants qui dormaient sur la banquette arrière, on jouait dans la forêt loin de la surveillance de nos parents, on ne cherchait pas un responsable, voire un coupable, pour les problèmes qui nous tombaient sur la tête ou un virus transmis.
Je suis prête à la signer, votre décharge M. Moretet ! Pourquoi voyager et ne pas avoir peur du covid ni de la mort serait incompatible avec le respect de la vie d'autrui ? Êtes-vous sûr, qu'en restant dans votre quartier, la maladie ne vous guette pas aussi ? Voyager n'implique pas un comportement incivil et non respectueux des mesures en vigueur. Cordialement»


@Philippe37 26.01.2021 | 20h42

«Alors qu’il était recommandé d’être de bons helvètes et de rester au pays, nous avons sillonné la Grèce du nord, franchi à l’ouverture la frontière de la Macédoine du nord (« mettez vos masques il y a des morts là-bas » nous avertirent amicalement les douaniers grecs ), puis passé en Albanie. Premiers touristes à Berat ! Au retour, la seule frontière avec la Grèce, encore ouverte aux voyages « non essentiels » (i.e. pas les camions!) était ...600 km plus loin en Bulgarie nous forçant à un détour mais aussi d’autres belles découvertes en terres byzantines. A refaire coûte que coûte. Ce n’est pas M. Berset qui va décider de nos vacances! Je n’allais quand même pas fêter mes 70 ans en CH. »


@macoguy 27.01.2021 | 15h17

«Je ne sais pas si les moins de 30 ans vous lisent monsieur Pilet. Ceux que j'interroge ne semblent pas partager vos avis sur la pandémie. Ce sont les vieux, dont je fais partie, qui rêvent encore de liberté, eux, il y a belle lurette qu'ils se savent suivis à la trace et n'ont plus d'illusions.»


@MS68 31.01.2021 | 15h14

«Fermer la frontière à cause d'un virus "grippal", les gens sont tombés sur la tête!»


@Pipo 03.02.2021 | 09h45

«Merci.Continuez dans cette voie.Plus on sera à penser et à s'exprimer dans ce sens plus les choses ont des chances de bouger.A un certain moment cette déraison ne deviendra plus tenable.
Dr P.Flouck, médecin retraité»


À lire aussi