keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Politique fédérale

Un brillant réveil

L e ticket a trois est un premier signe de défiance à l'égard d’Ignazio Cassis. Grâce à sa campagne «sur le fond», Pierre Maudet est parvenu à sortir le groupe des Chambres fédérales de l’entre-soi auto-référentiel.

Bien sûr, fort de la revendication tessinoise de revenir au Conseil fédéral, Ignazio Cassis reste le favori. Le 20 septembre, beaucoup dépendra de l’attitude du PDC et de l’influence d’un autre Tessinois, Filippo Lombardi.

Cette élection est marquée par les intérêts personnels de plusieurs membres des Chambres fédérales qui rêvent de se voir élu au gouvernement selon que la question tessinoise ou celle du genre aura été réglée lors de la succession Burkhalter. Ambitions démesurées et petits calculs politiciens, très éloignés de l’enjeu: se doter de leaders capables de tenir un cap politique plutôt que de gérer les problèmes au jour le jour.

Dès lors, une interrogation: le PLR a-t-il encore l'ambition de redevenir le premier parti du pays, le premier parti à droite? Avec Ignazio Cassis, ce sera pour le PLR «business as usual». L’ancien médecin cantonal a donné trop de signes d’inféodation au lobby de l’assurance-maladie et à l’UDC pour incarner un nouveau souffle.

Avec Isabelle Moret, le parti se rendra sympathique auprès des femmes, mais la Vaudoise, si elle se révélera sans peine meilleure que Guy Parmelin, devra trouver ses marques avec plus de sérénité qu’elle n’en a démontré dans la campagne.

Maudet: l'homme d'Etat

Une évidence s’impose: Pierre Maudet surclasse ses concurrents issus du sérail. Avec lui, on sait déjà ce que l’on a: un homme d’Etat aux compétences reconnues. Le ministre genevois est en charge de la sécurité et de l’économie, les deux secteurs qui préoccupent le plus les gens, et où le PLR se doit de marquer sa différence avec l’UDC. Le capitaine Maudet sait à la fois faire preuve de fermeté et d’ouverture. Il incarne une figure libérale de responsabilité, il est de la lignée des radicaux qui ont marqué notre histoire.

Même sur la question frontalière ou celle du dumping salarial, si importantes pour le Tessin, il a plus d’épaisseur et de créativité politique que Ignazio Cassis.

Au Conseil fédéral, on ne peut plus se permettre de choisir les moins bons du ticket sous prétexte qu’ils ne feront pas d’ombre aux autres partis. Ce minable jeu de marketing politicien est indigne de la responsabilité qui incombe aux grands électeurs de l’Assemblée fédérale.

La logique du plus petit dénominateur commum qui s’est installée depuis quelques années au Palais fédéral plonge lentement la Suisse dans l’inefficacité et la pusillanimité. Choisir Pierre Maudet sonnerait l’heure d’un brillant réveil.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR