keyboard_arrow_left Retour
Actuel / Styles

Look d’enfer pour vieilles dames rebelles

E lle les aime canaille, voire complètement déjantées. La styliste Fanny Karst chérit les femmes âgées et dessine pour elles des vêtements provoc’ chic. Elle s’inscrit dans le mouvement « Advanced style », avec ce message : la vieillesse, c’est l’âge auquel on peut tout se permettre.

C’est un délicieux poème de l’auteure britannique Jenny Joseph: «Quand je serai vieille, je porterai du violet avec un chapeau rouge […] J’appuierai sur les boutons d’alarme […] J’apprendrai à cracher […] Je dépenserai toute ma pension en brandy, en gants d’été et chaussures de satin et je dirai : il n’y a pas d’argent pour le beurre…»

Jenny Joseph a aujourd’hui 85 ans et c’est pour les vieilles dames indignes comme elle que Fanny Karst, la trentaine fraîche comme la rosée du matin, dessine ses modèles «Old ladie’s rébellion». Son t-shirt qui arbore le slogan «Old is the new black», à porter si possible sans lésiner sur les bijoux, a cartonné via les commandes en ligne. Et voici sa dernière proposition: une robe t-shirt affichant l’inscription «Let’s begin with the end.»  «Elle est assez punk, assez risquée, je suis contente. Et elle tombe bien sur les femmes de toutes tailles, du 36 au 44», commente la styliste, Française de New York, mariée à un Suisse.

Fanny Karst dans son atelier new-yorkais ©DR

Sinon, Fanny Karst dessine aussi des robes sur mesure, au tombé impeccable – elle a appris le métier chez les tailleurs de Savile Row – et aux imprimés qui ont du chien. Ses clientes sont volontiers des artistes, seniors de la génération «Rolling Stones», qui n’ont pas l’intention de mettre leur «beat attitude» au placard. Mais aussi des bourgeoises qui ont fait dans l’ultra-classique jusque-là. Et qui découvrent cette grande vérité émise par Fanny: «A partir de 60 ans, on acquiert une liberté formidable.» «Quel bonheur de ne plus être transparente!» a dit une cliente à sa styliste préférée. Laquelle revendique un message: «Bientôt, nous allons tous vivre jusqu’à cent ans. Les personnes âgées sont importantes, elles nous enrichissent, il faut leur faire une place, dans la lumière. Je souhaite donner à tout le monde l’envie de vieillir.»


De la soie sur mesure pour Daphné © Ari Seth Cohen

Fanny Karst n’est pas seule à aimer les vieilles dames au look d’enfer. Elle part souvent en chasse dans les rues de New York avec son ami et complice, le photographe Ari Seth Cohen, auteur du blog Advanced style et de plusieurs magnifiques bouquins. Il y rend hommage à ses inspiratrices, à leurs rides flamboyantes, à leur style puissant, volontiers déjanté, totalement libéré des modes du moment. Et s’y émerveille de la beauté des cheveux gris. Bien sûr, les mamies super stylées sont plus nombreuses à Manhattan qu’à Paris ou Genève. «Mais Ari a initié un véritable mouvement, qui est en train de gagner l’Europe», dit son amie Fanny.

Ce regard émerveillé sur les personnes âgées, ce n’est pas une posture de plan com'. Née dans une vieille famille gersoise d’agriculteurs devenus propriétaires terriens, encore tout imprégnée du parfum des draps frais qu’elle pliait au jardin avec sa grand-mère, Fanny Karst a grandi dans l’amour pour cette figure «très forte et très digne, qui nous a appris que l’élégance, au-delà des vêtements, est une attitude, une posture.» Et plus généralement, dans une culture familiale qui octroie aux vieux la place d’honneur, car «ce sont eux qui détiennent les histoires et les secrets.» Et en disant cela, Fanny s’aperçoit que c’est pareil dans la famille de son mari suisse. Il s’appelle Alban de Pury, neveu de David et de Simon, et œuvre dans le domaine de la promotion artistique. 


Deux livres d'Ari Seth Cohen, parus en 2012 et 2016 chez powerHouse Books © DR

Fanny m’explique encore, au téléphone, qu’Ari Seth Cohen prépare un documentaire pour le mois de septembre et elle, une nouvelle collection tout en soie. Puis soudain, elle s’interrompt parce qu’elle m’a entendu allumer une cigarette: «Vous fumez? C’est une nuisance, j’adore! Il faut que je vous envoie mon t-shirt «Still smoking». Bientôt, je commencerai.» Elle attend bien sûr d’être un peu plus vieille.




Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR