Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Coronavirus / Lettre à nos stars salvatrices

Jacques Pilet

22 décembre 2020

PARTAGER

Depuis dix mois, la politique de ce pays est largement conduite, jusqu’aux diktats imposés à notre vie quotidienne, par un groupe de scientifiques devenus des stars omniprésentes devant les micros et les caméras. En dépit de cette logorrhée, permettez quelques questions.



Mesdames et Messieurs les dépositaires du savoir et du pouvoir, 2020 marquera à jamais votre carrière. Vous êtes entrés d’un coup dans la célébrité. Auparavant le commun des mortels ne se doutait pas qu’une telle pléthore d’épidémiologistes veillaient à notre salut. Tout un peuple a bu vos paroles, accepté vos mises en garde répétées mille fois. Personne, bien des artistes vous le diront, ne ressort indemne d’une propulsion aussi soudaine vers la gloire: rester sage n’est alors guère aisé. Ne doutant pas que vous y parveniez, permettez quelques questions que vous jugerez peut-être dérangeantes car dans votre domaine on est peu habitué aux interpellations vives du public.

«Vous n’avez pas péché par excès de modestie»

Vous nous avez dit bien des choses, parfois contradictoires, et c’est compréhensible au vu des découvertes successives et incertaines sur ce virus. Mais à chaque étape vous vous êtes montrés catégoriques, avec de bien timides bémols de prudence. Disons-le, vous n’avez pas péché par excès de modestie. Comprenez-vous que l’on ait pu sourire ou s’irriter du spectacle de vos egos manifestement si satisfaits de cette audience et de cette autorité tombées du ciel? N’avez-vous pas perçu quelques fois le trouble de citoyens et citoyennes stupéfaits de voir le pouvoir exécutif s’alignant pour l’essentiel sur les avis d’un cercle d’experts? N’avez-vous pas remarqué que soudain les règles démocratiques étaient bouleversées? Pour notre bien peut-être, mais avec quels effets à long terme? L’équilibre des pouvoir est chose fragile et se remet difficilement des moments où il est ébranlé. L’histoire en témoigne.

Mais revenons à votre domaine. Les hôpitaux, avez-vous répété, ont été et sont encore surchargés. Ils l’étaient déjà au début de 2017 quand la grippe frappait méchamment. Pourquoi n’avez-vous pas depuis lors exigé des renforts en moyens et en personnel? Comment avez-vous réagi quand on découvrit que les hôpitaux militaires étaient inutilisables parce que conçus pour des blessés de guerre et non pour des patients infectés? La menace des armes biologiques et chimiques est pourtant connue depuis longtemps, infiniment plus plausible que celle des attaques aériennes contre lesquelles nous nous prémunissons avec des avions-bombardiers ruineux. Même la nécessité de réserves de masques était officiellement soulignée, mais oubliée au fond des tiroirs. On ne vous entendait guère sur le sujet, chers épidémiologistes.

Toujours les mêmes thèmes

Ce qui frappe dans vos discours, c’est qu’ils s’enferment sans relâche autour des mêmes thèmes: le masque, les gestes-barrières (ce néologisme qui figurera à jamais dans le dictionnaire) et maintenant le vaccin. Vous avez très peu, très rarement profité de votre extraordinaire audience pour inciter à la prévention. Certes, bien des gens avertis savent l’importance de certaines vitamines et oligoéléments pour renforcer les défenses immunitaires. Pas tous. Pourquoi ne vous a-t-on pas entendu donner par le détail ce que vous prenez vous-mêmes, les aliments et les pilules bénéfiques que vous recommandez?

Par ailleurs vous n’avez guère été précis sur le travail des médecins confrontés à l’afflux de malades. Des praticiens donc, non pas des scientifiques enfermés dans leurs laboratoires, fixés sur les statistiques, accaparés par les séances et par les invitations sur les plateaux de télévision. Quel traitement au début des symptômes? Au-delà du banal médicament utilisé en prévention de la malaria associé à un antibiotique, au-delà du coûteux Remsedevir, vivement recommandé avant d’être reconnu comme inefficace et dangereux, au-delà de ces polémiques, on découvre, en cherchant un peu, que d’autres moyens sont mis en œuvre à travers le monde dont vous ne parlez jamais. Nous avons été choqués par le spectacle douloureux des patients intubés. Cette technique extrême serait moins utilisée qu’au début. Pourquoi n’êtes-vous pas plus précis sur les aides à la survie dans les cas graves? Sur l’évolution de la durée des hospitalisations?

Autre silence étonnant de votre part, dignes élus de la «task force»: sur les dégâts de la situation actuelle dans les têtes. Psychiatres et psychologues s’alarment devant l’augmentation des dépressions, des tendances suicidaires, des désespoirs chez les jeunes. Il est vrai que cette profession n’est pas représentée dans votre cénacle exclusif.

Une seule vérité, vraiment?

Vous nous faites croire, honorables savantes et savants, qu’il n’y aurait qu’une vérité, qu’une manière de faire. Et vous la martelez. Vous savez pourtant que nombre de médecins aussi honorables, aussi qualifiés que vous nuancent la vôtre, la contredisent parfois. Mais toute voix divergente est qualifiée de complotiste, d’irresponsable, et dûment étouffée dans les grands médias. Les débats sont plus vifs au Vatican que sur les plateaux de la RTS! En Suisse, rares sont ceux qui osent une critique. Tel le Docteur Philippe Saegesser, président du groupement des médecins hospitaliers vaudois, sur le site L’Impertinent. Tel le professeur Pietro Vernazza, médecin-chef de l’hôpital de St.Gall, dans divers journaux alémaniques. Tels ces généralistes qui grommellent discrètement devant des mesures qu’ils jugent souvent absurdes et inefficaces. En France, plusieurs sommités médicales «dissidentes» font l’objet d’une invraisemblable chasse aux sorcières de la part de leurs confrères et des autorités.

En bannissant toute vision différente de la vôtre, Mesdames et Messieurs les Sages patentés, vous courez un risque. Il pourrait apparaître un jour, avec le recul, avec un regard sur les expériences faites à travers le monde, que vous vous êtes trompés sur bien des points. Que vous avez été prisonniers de vos certitudes, piège que tentent d’éviter les grands scientifiques depuis Galilée. Dans le prochain livre d’histoire, le chapitre qui ne manquera pas de vous êtes consacré pourrait être moins glorieux que vos messes télévisées actuelles.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

25 Commentaires

@brigo 22.12.2020 | 10h04

«Brillant »


@moretet53 22.12.2020 | 14h59

«Comme toujours, la critique est aisée...
Le Dr Saegesser est retraité, ce qui indique qu'il a fait ses études il y a fort longtemps.
Comme il n'est pas spécialisé en épidémiologie, ses connaissances dans le domaine sont probablement dépassées. Il a donc certainement le droit de poser des question vagues mais pas vraiment les compétences pour critiquer les décisions des autorités actuelles.
Il y a un moment où les vieux comme nous devraient arrêter de remettre en question sans raisons solide les décisions de ceux qui sont au feu de l'action.»


@Manu61 22.12.2020 | 18h44

«Merci! dans cette absurdité qu'est devenu notre quotidien ça fait du bien de lire noir sur blanc ce qu'on pense mais qu'on ne dit presque plus sous peine de se faire traiter de complotiste ou pire..»


@CEDKEL 24.12.2020 | 13h28

«Merci pour votre article. La tâche du gouvernement n’est évidemment pas aisée et je peux comprendre certains partis pris face à l’urgence. Mais la crise se prolongeant on voit que ce manque d’ouverture et de transparence, que le refus et la stigmatisation de toute recherche de débat, crée un problème: les décisions prises sont perçues comme arbitraires. Les médias auraient dû ici entrer en jeu depuis longtemps mais le lecteur/ auditeur/ téléspectateur est souvent bien seul face à ses questions, jamais posées. Un exemple récent de cette complaisance dans un article du 24 décembre du journal Le Temps qui a pris l’initiative de faire se rencontrer Alain Berset et Alexandre Jollien. Après lecture de cet article le message est pour moi clair: la campagne de vaccination est bien lancée et Le Temps souhaite pleinement participer à la communication du gouvernement.»


@XG 26.12.2020 | 06h32

«Merci beaucoup cher monsieur Pilet. Nos chères démocraties sont devenues des dictatures sanitaires dirigées par des vaccinologues, infectiologues et autres épidémiologistes qui prétendent détenir la vérité absolue.
Espérons que l’histoire donnera raison à la petite minorité qui ose s’insurger contre cette hystérie collective.
»


@Qovadis 26.12.2020 | 08h43

«Heureusement que nous avons des conseillers fédéraux qui écoutent toutes les voix et pas seulement celle de la task force.»


@roger salengro 26.12.2020 | 15h12

«Quelles déceptions! Après que BPLT a fait la promotion du documentaire sulfureux « Hold Up », un grand journaliste admiré depuis 40 ans pour ses analyses si pertinentes de la politique suisse et étrangère, s’égare peu à peu lui aussi dans le complotisme, «soft » certes, mais complotisme quand même! Des erreurs bien sûr ont été commises, des mensonges ont été proférés pour les justifier mais nos autorités ont tout de même droit à l’excuse qu’aucune pandémie de cette ampleur n’est survenue depuis 100 ans.
Reprenant la plupart des thèses du documentaire « Mal Traités », un avatar à peine un peu moins outrancier de « Hold Up », notre éditorialiste tant estimé tente de nous faire croire que toutes les voix contraires à la doxa officielle sont bâillonnées et que la Suisse s’abîme de plus en plus dans la dictature sanitaire. C’est tout juste si les despotes en puissance que sont Berset, Sommaruga, Keller-Suter et les autres, dès leur élection, n’ont rêvé que d’instaurer en Suisse un régime autoritaire à la Poutine!!!
Imaginez que des protocoles de traitement efficaces à 100% et bon marché pour lutter contre la COVID sont écartés dans le monde entier - d’où le titre Mal Traité- pour préserver les intérêts des grandes pharmas et de leurs affidés est aussi délirant que de penser que Bill Gates va profiter du vaccin pour installer des puces dans notre corps. Quelques vitamines, des oligoéléments et des tisanes aux fleurs de Bach pour renforcer les défenses immunitaires et le tour est joué, plus de COVID, la vie redevient belle! En faisant intervenir des experts liés à l’industrie des compléments alimentaires, ce documentaire révèle surtout l’influence du lobby des médecines alternatives qui n’a rien à envier celle des pharmas. Ce juteux commerce est décidément très convoité. Connaître le financement de ce film réalisé avec d’importants moyens serait très instructif à cet égard.
Comment se fait-il que notre Conseil Fédéral ne songe pas à mettre en œuvre ces solutions pourtant si simples? À la prochaine conférence de presse peut-être, si notre Stasi fédérale est démantelée et la démocratie enfin restaurée!
BPLT, rendez-nous le Jacques Pilet pourfendeur du nationalisme obtus et ardent défenseur de l’ouverture éclairée au monde, dispensez-nous du chroniqueur médical!»


@simone 27.12.2020 | 09h36

«Merci, continuez et bonne année.
Suzette Sandoz»


@Rolando 27.12.2020 | 10h05

«@roger Salengro. Je vous félicite pour vos commentaires. Ceux-ci reflètent exactement ce que je pense. »


@Gabrielle 27.12.2020 | 10h13

«Le professeur Chiche responsable des soins intensifs du CHUV a montré dans une vidéo à quel point son service était débordé.
Les centres d’incinération de Suisse romande sont débordés.
Je n’ai pas le souvenir(et les soignants non plus) d’une telle situation en 2017.»


@Scohdec 27.12.2020 | 15h53

«Drôle comme on n'entend pas la même chose. J'ai souvent entendu les scientifiques dire leurs incertitudes face à ce virus et préconiser, comme prévention, justement, le lavage des mains, les gestes barrières et les masques. Qui peut dire si le principe de précaution est trop poussé et ce qu'ils se serait passé s'il n'y avait pas eu ces principes de précaution.
Ce que j'ai beaucoup entendu aussi, c'est LA Vérité de Jacques Pilet, assénée sur Facebook ou bon pour la tête, avec un mépris pour tous ces gens qu'il qualifie de moutons soumis. Parce qu'il ne lui vient pas à l'idée que le bien public puisse primer sur l'individu, et que des gens, tout aussi éclairés que lui, puissent choisir de faire attention, d'éviter d'attraper le virus et de contaminer d'autres personnes. Décidément le Covid n'est vraiment pas bon pour la tête de tous ceux qui en profite pour rappeler leur existence. »


@Baïka 27.12.2020 | 17h19

«Bravo M. Pilet et surtout continuez à nous ouvrir les yeux.
C'est un vrai cadeau de Noël que de pouvoir vous lire.
Bonnes fêtes et meilleurs voeux.»


@Claude Ruey 27.12.2020 | 17h27

«Tout à fait d’accord avec Monsieur Salengro. J’ai été assez déçu de voir ce qui était écrit sur Bon pour la tête à ce sujet. Et je n’ai pas vu beaucoup de professeurs ou de médecins développer leur ego dans les médias, à une exception près, celle du professeur Raoult. Décidément, ce virus n’a pas été bon pour la tête ! Je vais déserter pour passer à Heidi News désormais. Désolé. »


@Paloma 27.12.2020 | 18h02

«Je suis entièrement en accord avec votre commentaire. Je découvre enfin un journal qui nous offre un autre son de cloche que celui, toujours alarmiste, des médias traditionnels. Il n’y a eu que très peu de débats contradictoires et la seule issue possible est, aux yeux de nos autorités, la vaccination...
Notre société est devenue malade de sa terreur devant la mort et de son désir d’immortalité...
Par ces mesures sanitaires nous sacrifions les jeunes générations pour offrir quelques mois de survie à des personnes déjà âgées et souffrantes.»


@stefans 27.12.2020 | 19h56

«Un article aggressif, non factuel, émotionnel, accusateur, mensonger, qui tire superficiellement et confusément dans toutes les directions, aux conclusions vaniteuses qui se retournent contre son auteur comme un triste miroir. Il y a des centaines de scientifiques et de médecins disponibles pour vous transmettre ce qu'ils savent, faites votre métier de journaliste et documentez-vous. Je ne pensais pas un jour assister un si triste spectacle, une débâcle qui me rappelle Charlton Heston, respectable défenseur du mouvement des droits civiques, devenu avec le temps chantre vitupérant de la NRA. Il est temps de quitter ce navire...»


@carcé 27.12.2020 | 22h13

«Chers lecteurs de BPLT, c'est justement le rôle de ce journal d'écrire ce que nous pensons tout bas, sans oser le dire tout haut! D'accord, nous appliquons sagement toutes les injonctions (hygiène, masque, distanciation, confinement(s), etc.) mais osons "de ne pas en penser moins" face aux atermoiements de nos autorités et épidémiologistes fédérales! Parler d'un agacement certain face aux "nouvelles" certitudes quand les "précédentes" ne valent plus rien est un exercice intellectuel salutaire et "bplt"! Sous condition de garder la tête froide et mettre dans la bonne perspective tout ce qu'on a lu et vu, bien-entendu. Et passer sur l'incohérence de quelques décisions, celles-ci plutôt politiques, sur "qui doit fermer" et "qui peut rester ouvert"? Cela ressemble à: bossez le plus possible, achetez un max, puis rentrez chez vous et enfermez-vous (si ce n'est pas déjà fait grâce au télétravail). La culture, même super organisée, est interdite (contagieuse? Mais comment?). Et personne a le droit de garder l'esprit critique?»


@Eve01lyne 28.12.2020 | 13h00

«Est-il encore possible, dans notre pays, de se parler et surtout de s'écouter ? D'entendre, avec tranquillité ce que l'autre a à dire sans immédiatement le juger, le cataloguer et le rejeter ?
Quoique l'autre dise, le couperet tombe ! C'est un mouton !C'est un complotiste !
En sommes-nous vraiment là ?
Ne sommes-nous plus intéressés par le chemin que prennent les pensées de l'autre ?
Je ne sais pas où est la vérité mais ce qui m'attriste, en ces temps perturbés, c'est le fossé qui s'est créé entre nous tous.
"Le fanatisme est aveugle, il rend sourd et aveugle. Le fanatique ne se pose pas de questions, il ne connaît pas le doute : il sait, il pense qu'il sait. Elie Wiesel"»


@Pivoine 28.12.2020 | 13h51

«Merci Monsieur Pilet, d'apporter un autre éclairage. Et oui, pourquoi ne parle-t-on jamais de prévention, d'alimentation adéquate? Pourquoi fait-on peur aux gens?
Continuez à poser les questions qui dérangent. Cela nous maintient vivant!»


@Karen 28.12.2020 | 15h01

«Un autre risque, qui s'avère toujours plus : vous n'êtes plus crédibles. Les gens ne sont pas bêtes, ils observent et écoutent - et réfléchissent parfois. Une seule vérité n'existe pas. Ce que nous constatons, c'est effectivement une pensée unique au niveau des médias, des scientifiques et de tout ce qui est officiel. Je comprends qu'on essaie de monopoliser les gens dans une direction, pour que nous nous en sortions ensemble, mais quelle peur de laisser apparaître d'autres vérités ! Quel abus de pouvoir de prétendre que les autres auraient tort ou pire, seraient criminels d'oser d'autres solutions ! Et... oui, pourquoi ce silence sur ce qui est simplement du bon sens : expliquer aux gens comment ils peuvent soutenir leurs défenses immunitaires. Mais là, il y aurait un autre problème, mis sous silence depuis des décennies : éduquer la population à se nourrir sainement irait contre les intérêts supérieurs de certaines branches de notre sacrée sainte économie. Ce silence participe juste un peu plus de cette hypocrisie-là. Merci Monsieur Pilet de soulever ces quelques questions... encombrantes. Et tous mes voeux pour une année 2021 en bonne santé ! »


@CJS 28.12.2020 | 17h59

«Un grand bravo, votre texte est effectivement "brillant". Il pose calmement les bonnes questions et notamment celle, très peu explorée, de la prévention.
Avec un taux de létalité parfaitement dans la norme des 50 dernières années, la grippe 2020 a essentiellement servi de prétexte à la mise en place d'une dictature sanitaire fondée sur la peur et nourrie par une manipulation éhontée des données en mode anxiogène, tels ces tests PCR qui détectent ces avalanches récurrentes de "nouveaux cas" dont 95% de personnes qui ne sont ni malades ni contagieuses. C'est tellement énorme que même les esprits les mieux structurés doivent faire face à autant de points d'interrogation vertigineux.
Heureusement qu'il y a Heidi News pour servir de refuge aux esprits qui peinent à suivre ou qui débrayent leur sens critique !»


@Franky 28.12.2020 | 22h46

«J' aimerais revenir sur un petit point , qui pourrait donner l' impression de n' être qu' un simple détail , mais qui fait partie de votre article , et qui aura certainement échappé à la plupart des lecteurs. Mais ce "détail" pourrait quand même faire basculer certaines argumentations....!
Monsieur Pilet fait référence à un article de l' "Impertinent" qui a publié un interview avec le Dr Philippe Saegesser.
Ce cher confrère que j' estime et que je respecte manifeste une certaine appréhension , presque une phobie , de ces immunisations via l' ARN messager. Il évoque des scénarios catastrophes , où de futurs "vaccins" pourraient contenir directement de l' ADN qui irait s' insérer insidieusement dans nos génomes et transformer l' humain en un équivalent de légume génétiquement modifié. Jusque là , rien à redire , chacun a ses propres appréhensions.
Ensuite mon confrère mentionne l' existence non contestée de ces rétrovirus "domestiqués" qui se sont "intégrés" dans l' ADN de nos chromosomes , et qui peuvent produire une enzyme diabolique qui pourrait transcrire à l' envers de l' ARN vers de l' ADN , ce qui en soi effectivement n' est pas souhaitable et doit de ce fait justifier le refus de ces nouveaux "vaccins". Oui , cette transcriptase inverse existe bel et bien dans de nombreux virus , mais le Hic c' est qu' on ne la trouve pas dans le coronavirus...!! Patatras....zut alors...
Portez-vous bien , et n' ayez aucune crainte déraisonnable face à cette nouvelle technologie biologique !
Dr François Weber
francois.weber@svmed.ch
»


@Ahbooooon? 31.12.2020 | 00h46

«Monsieur Pilet, merci pour votre article, qui pose des questions pertinentes, non pas à des personnes - comme les attaques qui sont nommément dirigées contre vous- mais adressées à une instance, et cela change tout. On est loin du ton utilisé trop souvent pour stigmatiser et disqualifier toute voix s’écartant des thèses soutenues par les gouvernements tant helvétiques que français. Oui, des sommités scientifiques reconnues au niveau mondial posent les mêmes questions et s’attirent les mêmes invectives: on ne répond pas aux questions, on discrédite, voire on enferme en hôpital psychiatrique ceux qui la posent - (Question qui me vient à ce sujet: on dit LE ou LA goulague, puisqu’il faudra bien également franciser ce qui revient sur le devant de la scène). On a même inventé un nouveau terme : « rassuristes » pour les décrédibiliser encore plus!!! Ce pourrait être risible, si ce n’était aussi grave. Le contraire de « rassurer » n’est-il pas « terroriser »? Si quelqu’un qui rassure est un rassuriste, alors, quelqu’un qui terrorise est un...-soufflez-moi, je ne trouve pas le mot!- Des personnalités telles que les docteurs Stuckelberger, Perronne, Tal Schaller, Toussaint, Fouché, Sacré, Henrion-Caude .. parmi beaucoup d’autres expriment leurs convictions sans agressivité, sans attaque personnelle. Quelle classe! - à remarquer qu’ils n’ont aucun conflit d’intérêt avec quelque laboratoire que ce soit. Quant à la remarque du lecteur qui parle du « lobby des médecines alternatives », je me pose la question si c’est le terme lobby ou l’expression médecines alternatives qui n’est pas compris ... Ou peut-être l’attrait d’un oxymore assez plaisant à placer? Et si des mensonges ont été proférés, il est inadmissible de les excuser au nom du manque de connaissance d’un virus totalement nouveau . Une inexactitude, une errance peuvent s’absoudre. Un mensonge est un mensonge, il a pour but de tromper. Point! »


@stef 01.01.2021 | 17h44

«Contrairement à MM. Salengro et Ruey, je salue l'avis discordant et impolitiquement correct de M. Pilet, même si je ne souscrit pas totalement à ses propos.

J'ai d'ailleurs été assez déçu du comportement des gouvernements des pays occidentaux, car le début de cette pandémie aurait été le moment parfait pour revoir fondamentalement le fonctionnement de nos sociétés, en tentant de privilégier les commerces locaux et de limiter l'accès aux grands groupes de distribution. Il y a eu quelques très bonnes actions comme celle du canton de Vaud avec les bons WelQome (www.qoqa.ch).

Je me demandais si les gouvernements auraient les cou*lles de remettre nos sociétés sur des rails plus harmonieux, éco-social et éco-responsable.
Mais non :-(»


@Philemon 02.01.2021 | 13h31

«@Claude Ruey : sur Heidi News, vous trouverez le reportage d'un journaliste tellement courageux et honnête qu'il a besoin de se déguiser et de mentir aux personnes qu'il rencontre pour les interroger; tout ça pour essayer de jouer à "Dans la peau d'un Noir" ou à "Tête de Turc" et passer sur Forum avec les félicitations du jury. (Et au passage conforter les complotistes dans leur certitude que la presse nous ment). Mais si vous préférez ça aux articles courageux et pertinents de J. Pilet, grand bien vous fasse.»


@Pipo 12.02.2021 | 09h46

«Bravo M. Pilet pour cette réflexion que je partage entièrement et que j’ai déjà exprimée personnellement sur le blog de Mme Sandoz. Il est malheureux que dès que l’on émet des critiques concernant la pandémie on est immédiatement taxé de complotiste ou d’incompétent. Mes critiques s’adressent surtout aux conseillers médicaux des gouvernements ( et pas qu’en Suisse !) et vers les médias mainstream plutôt qu’aux responsables politiques. Cependant ceux-ci devraient beaucoup plus écouter des avis scientifiques et médicaux divergents tels que celui de la Déclaration de Great Barrington ( et de bcp d’autres). Mais la
crainte des reproches, sous la pression des médias, de ne pas en faire assez explique à mes yeux cette attitude.
Espérons que les vaccins,appliqués aux personnes à risques sur une base volontaire
décrispent la situation et permettent un retour à la raison !
Dr Pierre Flouck, anesthésiste - intensiviste retraité »


À lire aussi