keyboard_arrow_left Retour
Médias

La presse est un bien public

L a plus spectaculaire des reprises économiques ne changera rien à l’affaire: la presse écrite ne peut plus compter sur la pub pour prospérer. Si la Suisse veut maintenir la diversité médiatique, elle doit soutenir le travail journalistique, indépendamment du support de diffusion. Nous sommes arrivés au moment où ce qui est vrai depuis des décennies pour l’audiovisuel devrait le devenir pour la presse imprimée ou en ligne. Après tout, celle-ci n’est pas moins vitale que celle-là pour la vitalité de la vie démocratique.

Les producteurs de désinfectant ou les entreprises de nettoyage profitent de la pandémie, pourquoi diable n’est-ce pas le cas de la presse? Elle aussi a gagné de nouveaux consommateurs!

Les crises ont toujours dopé l’audience des journalistes. Cela commence avec la Révolution française qui voit apparaître toutes sortes d’imprimés militants. L’essor de la presse est consubstantiel aux revendications démocratiques.

Ce lien prend un tour industriel avec la guerre hispano-américaine de 1898, qui conduira à l’indépendance de Cuba. La presse américaine fait campagne de manière hystérique pour une intervention dans l’île alors sous domination espagnole. Elle somme le gouvernement américain de mettre fin à sa politique étrangère isolationniste. Le tirage des journaux gonfle, les profits de leurs propriétaires aussi. Le magnat de la presse William Randolph Hearst, qui inspirera le film Citizen Kane de Orson Welles, obtient le déclenchement d’une «splendide petite guerre», selon l’expression de l’époque, non sans recourir à de fausses nouvelles.

Crises et grands événements internationaux dramatiques génèrent ainsi une augmentation des ventes. Le COVID-19 a réveillé la soif de savoir et de comprendre du public. Alors, pourquoi des perspectives si sombres pour les rédactions que la Berne fédérale a décrété une aide d’urgence et prépare à terme des aides structurelles?

Le modèle économique des journaux, fondé sur la manne publicitaire, s’est effondré en vingt ans. Dans les belles années, la publicité finançait jusqu’à 80% le budget des rédactions (voir 100% pour les gratuits). Le prix payé par le lecteur n’a jamais couvert les coûts du travail journalistique, de l’impression et de la diffusion. Nous étions dans un système de dumping, où chacun trouvait son compte: le lecteur s’informait à bon compte, la publicité trouvait une audience respectable pour vanter ses produits.

Mais, avec l’émergence d’internet, la publicité a fui ailleurs, sans qu’il soit scientifiquement démontré que sa diffusion virtuelle encourage plus que son impression papier le consommateur à consommer encore plus. Le ciblage, nourri des données personnelles que nous laissons traîner sur les réseaux sociaux, revêt désormais un attrait irrésistible aux yeux des annonceurs.

Conséquence de ce transfert, les coûts de production de la presse ont été rognés peu à peu, l’offre journalistique s’est réduite (moins de pages, moins de journalistes) jusqu’à la mort de certains titres. Et l’agonie continue, fortifiée par le virus qui a coupé net les budgets d’annonces d’une économie mise à l’arrêt pour raison sanitaire. La plus spectaculaire des reprises économiques ne changera rien à l’affaire: la presse écrite ne peut plus compter sur la pub pour prospérer.

Le précédent audiovisuel

Lorsque la radio et la télévision sont apparues, au vu des investissements hors normes qu’elles nécessitaient, l’Etat a décidé de soutenir financièrement leurs activités journalistiques et de divertissement. C’est pour cela que nous payons une redevance, qui nous assure des programmes produits dans quatre langues nationales.

Nous sommes arrivés au moment où ce qui est vrai depuis des décennies pour l’audiovisuel devrait le devenir pour la presse imprimée ou en ligne. Après tout, celle-ci n’est pas moins vitale que celle-là pour la vitalité de la vie démocratique, surtout dans un pays fédéraliste comme le nôtre, où le citoyen doit se forger une opinion afin de voter sur des myriades de sujets. L’aide à la presse devrait être un soutien au travail journalistique respectueux de la déontologie de la profession, quel que soit le support de diffusion. Pourquoi un enquêteur qui présente ses recherches avec des images filmées mérite-t-il plus de pouvoir poursuivre son travail que celui qui rédige un texte? Le numérique a fait éclater le cadre traditionnel de la presse, il faut en tirer les conséquences, car l’information fiable a un coût, quel que soit son vecteur et sa mise en scène.

Si la presse encourt actuellement un danger mortel, en Suisse comme partout ailleurs, ce n’est toutefois pas que pour des raisons économiques. Elle a aussi un problème de crédibilité.

Les facéties people ont détrôné les sujets complexes

La presse ne fait plus autorité. Pour différentes raisons comme la concurrence de l’indomptée et interminable discussion sur les réseaux sociaux, qui captivent le temps et l’attention de ceux qui naguère lisaient les journaux. Mais aussi l’intérêt trop marqué pour les facéties des people au détriment de sujets plus complexes. Cette dérive de la hiérarchie de l’information a conduit à une personnalisation des enjeux qui a rendu le débat public obscur et décourageant − si tout dépend d’un homme ou d’une femme à quoi bon voter, s’engager et même s’informer?

La presse était jadis crainte et redoutée. Elle est haïe et méprisée. Le pouvoir économique et financier tolère mal les remises en cause et les requêtes de transparence. Il s’appuie de plus en plus sur les procédures judiciaires pour écarter les gêneurs.

Les régimes autoritaires censurent les journalistes sans vergogne, ou les font disparaître, parce qu’ils ne peuvent tolérer la moindre opposition, fondamentalement incapables qu’ils sont de justifier la légitimité de leurs actes.

Les populistes, qui se réclament du peuple, abhorrent une corporation qui invoque, elle, le bien commun, l’honnêteté intellectuelle et la cohérence, pour déjouer leurs manipulations et leurs amalgames. 

Enfin, les journalistes de presse écrite sont à la merci de grands éditeurs qui ont oublié leur vocation première, parlent des journaux comme de produits ou de marques, et qui ne font plus grand cas de ce que l’on appelait autrefois la responsabilité éditoriale. Les éditeurs ont financé l’expansion de leurs activités digitales par les bénéfices du journalisme, mais il n’y a pas de retour d’ascenseur.

Pourtant, sommés de se résigner à l’inéluctable déclin de leur profession, pressés de générer des clics plutôt que des informations pertinentes pour la salubrité démocratique, les journalistes redressent la tête. Ils se sont mieux organisés pour enquêter au niveau international, mutualiser leurs recherches, et jouer leur rôle de contre-pouvoir face à tous les pouvoirs, quels qu’ils soient. Leur fonction de chien de garde de la démocratie n’est plus comprise? Ils multiplient les initiatives pour l’expliquer et la défendre.

Le privilège d'une élite? 

Etablir honnêtement les faits, faire des liens, questionner, contextualiser, chercher la faille, pratiquer le doute constructif, donner à voir ce que certains voudraient cacher, dénoncer les injustices, telles sont les nobles missions des journalistes.

Il n’y a pas de liberté pour les individus sans liberté de presse et donc sans ces empêcheurs de ronronner de satisfaction béate que sont les journalistes. La liberté de presse suppose la diversité des points de vue et des opinions. C’est un art de la contradiction nécessaire aux démocraties. Mais combien seront celles et ceux qui pourront en bénéficier? Le privilège d’être bien informé sera-t-il réservé à quelque élite ou restera-t-il accessible à tous grâce à une nouvelle définition du service – au – public? L’enjeu dépasse celui des corporations journalistiques économiquement malmenées, il est civilisationnel.

 

Texte paru en italien dans Il Caffè le 5 juillet 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR