Média indocile – nouvelle formule

# 6 août 2021

semaine n°31

Actuel

Surveillés de partout. A devenir parano?

Jacques Pilet

Que nous soyons tous tracés par quelque outil digital, il faut être un berger sans téléphone sur l’Alpe pour ne pas le comprendre. Et encore… l’Etat compte les moutons. Mais comment évaluer à quel point la société de surveillance impacte nos vies? Divers faits récents éclairent la réflexion. Pour ne tomber ni dans l’indifférence ni dans le réflexe de persécution.

Les réseaux sociaux? Ils sont là pour nous permettre de nous afficher. Il est donc vain de se plaindre que des indésirables viennent y fouiner. Mais une histoire que vient de révéler la NZZ est parlante à maints égards. Un doctorant de l’université de St-Gall a tweeté des propos peu aimables à l’endroit de la politique sanitaire chinoise. Sa professeure a reçu des protestations directement de Chine et décidé d’interrompre le travail de ce trublion! De crainte de ne plus recevoir de visa de ce pays qu’elle étudie. Quant au jeune homme, il n’est pas près de revoir sa compagne qui vit… à Wuhan. Autre nouvelle de la semaine. Le pape américain de la lutte anti-Covid, le docteur Fauci, révèle qu’il a reçu des menaces épouvantables par mails transités à travers le serveur suisse protonmail.com établi à Genève. Cet internaute serait identifié et poursuivi. Parce que son adresse IP aurait été livrée aux autorités américaines? Pas du tout, explique l’entreprise. Parce que le pseudo utilisé l’était aussi sur Instagram. A voir… Le patron de protonmail.com, Andy Yen, assure qu’il ne révèle l’identité de ses clients que sur demande des seuls services de la Confédération. Dans le strict respect de la protection des données pratiquée en Suisse. Ce qui pousse l’avocat spécialisé Martin Steiger (steigerlegal.ch) à rappeler que cette protection est beaucoup moins stricte chez nous que chez nos voisins. On peut peut même dire qu’avec la loi dite anti-terroriste, elle est quasiment fictive. Lire la suite...


Le dessin de la semaine

« Vous passez un bon été? »

Un dessin Pascal Parrone