keyboard_arrow_left Retour
CULTURE / Histoire

Quand le Valais était (presque) protestant

U n livre («Oser le dire». Ed. Socialinfo) rend hommage à une grande personnalité romande, disparue en novembre dernier. Gérard Delaloye, enseignant, journaliste, historien. Un homme d’une immense culture, d’une empathie inoubliable, établi en Roumanie dans les dernières années. Cet ami, cet ex-collègue, notamment dans ses centaines d’articles de «L’Hebdo», du «Nouveau Quotidien», a extraordinairement enrichi notre connaissance de la Suisse, du monde… et du Valais. Rappel d’un texte décoiffant, repris dans l’ouvrage conçu par Jean-Pierre Fragnière.

Je me souviens de notre stupéfaction lorsque Gérard, lors d’une séance de rédaction, lâcha tranquillement que son canton d’origine avait failli basculer dans le protestantisme. Il était au début de sa découverte qu’il poussa jusqu’à la publication d’un livre: «L’évêque, la Réforme et les Valaisans» (Cahiers du Musée d’histoire du Valais, 2009). Nous pensions, comme tout le monde, que le Valais avait toujours été profondément imbibé de catholicisme. Eh bien non!

Entre 1520 et 1650, il s’y livra un âpre combat entre «partisans des idées nouvelles en matière de religion et tenants...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2017 - Association Bon pour la tête | une création WGR