keyboard_arrow_left Retour
CULTURE / Boo

Greta Gratos raconte sa mamma italienne

L e genevois Pierandré Boo, alias l’unique et divine Greta Gratos, livre avec «Lina», son premier livre, un part de sa mémoire familiale. Rencontre avant le vernissage ce vendredi à Genève*.

C’est tout lui: je l’attends depuis une demi-heure au café genevois le Remor, tout près de chez lui, et de fait il est déjà là, derrière moi, à papoter avec une autre cliente. Lorsqu’il est arrivé, la voyant seule, il s’est glissé en face d’elle en demandant «Vous êtes Isabelle?». Elle acquiesçant, il s’est assis et a commencé à raconter sa vie. C’est lorsqu’elle a rassemblé ses affaires pour partir qu’il s’est demandé à qui il parlait réellement.

Il dit parfois «elle», parfois «je». «Je fais un peu le secrétaire de Greta, vous voyez». Lui c’est Pierandré Boo, né le 23 août 1961 à...