keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Tout va bien

Sale temps pour les «bi»

U n rendez-vous hebdomadaire pour raconter comment ça rigole et ça pleure, souvent simultanément. Cette chronique d'Anna Lietti paraît le samedi dans 24 heures.

Le refus de la double appartenance n’est pas seulement un thème politique cher aux nationalistes. Lorsqu’il est intériorisé, il distille une violence intime. J’ai rencontré il y a quelques années, dans l’ouest de l’Ukraine, une femme qui incarnait ce refus jusqu’à l’absurde: le russe était sa langue maternelle, comme c’est le cas de plus d’un tiers des citoyens de ce pays. Mais à sa fille, cette personne cultivée prenait soin de ne pas transmettre un seul mot de la langue de sa propre mère. Ses racines russes? Un honteux secret, une tache à effacer. J’appelle ça l’allégeance par amputation.

Le ciel se couvre sur la tête des «bi». Quand je suis arrivée dans ce pays, ni la Suisse, ni l’Italie d’où je viens, n’acceptaient la double nationalité. Dans les années 1990, les lois ont changé, ça paraissait tout naturel, un progrès en accord avec le destin d’une humanité décloisonnée.

Ce n’était pas si naturel: nous voilà, en 2017, en pleine régression. Dans plusieurs pays de l’Union européenne, la double nationalité est remise en cause. En Australie, terre d’immigration par excellence, les parlementaires binationaux démissionnent. Et en Suisse, les populistes ont réussi, avec cette question crétine, à donner le «la» de la campagne pour l’élection au Conseil fédéral. Un premier candidat s’est déjà roulé aux pieds de l’UDC pour y déposer son passeport de trop. Un second se dit prêt à «suspendre» le sien. D’ores et déjà, le gagnant de cette élection a un nom: le soupçon.

Tant qu’à faire, exigeons des tests ADN des candidats au Conseil fédéral...

Alors voyons. De quoi le «bi» est-il suspect? De n’être, véritablement, ni d’un bord, ni de l’autre. En cas de guerre, par exemple, ou de finale de coupe du monde, à qui va-t-il se montrer loyal? Je prends le soupçon au sérieux et je pose la question suivante: qu’est-ce qui alimente le sentiment de loyauté? Vos papiers d’identité ou le sein qui vous a nourri? Le passeport unique ne suffit pas: tant qu’à faire, exigeons des tests ADN des candidats au Conseil fédéral. Un certificat d’origine de la mère. Non, soyons modernes: de la mère et du père. Jusqu’à, disons – au hasard – la quatrième génération? 

J’essaie d’en rire mais la vérité est que je suis atterrée. D’où vient donc notre difficulté à accepter cette donnée fondamentale: nous sommes tous des «bi»? Ne serait-ce que parce que nés d’un père et d’une mère. Protestants et catholiques, paysans et citadins, cuisiniers au beurre ou à l’huile, Yougos, Ritals, Valaisans de Genève et Fribourgois de Zurich, nous sommes tous porteurs d’un petit – ou d’un grand – choc des civilisations. Tous riches de ses enseignements et tous suspects de loyautés incorrectes.

Nous sommes tous des «bi» mais ça nous angoisse. Les binationaux sont les boucs émissaires de la haine de la complexité.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR