keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE

Non, PV2020 n'est pas la mère des batailles pour Alain Berset

J e mène depuis des années un combat personnel, un peu vain, très Sisyphe dépité, contre la personnalisation excessive des enjeux de la politique, que je trouve ridicule dans un pays qui pratique le pouvoir collégial.

Depuis la conférence de presse d'Alain Berset, hier, sur PV2020, on nous dit que c'est la «mère de toutes les batailles» pour lui, que s'il se plante, ça fera une grosse tâche sur son bilan de conseiller fédéral.

Tout cela est juste, le 24 septembre est un scrutin très important – s'y joue non seulement l'avenir de nos retraites, mais aussi une certaine manière de faire de la politique en Suisse, par le compromis, et la symétrie des sacrifices, et, évidemment si le Chef du Département de l'Intérieur ne parvient pas à convaincre, cela entamera sérieusement son aura gouvernementale.

Pourtant, il me semble que dans cette réforme, ce n'est pas Alain Berset, l'élu politique, qui a le plus à perdre, mais nous tous. On vote sur l'avenir de nos retraites, la manière de les financer, et l'âge de référence. Nous sommes bien plus concernés que l'élu ou la personne Alain Berset.

Au surplus, ce projet est celui du Conseil fédéral (déjà un compromis par rapport à ce que le socialiste aurait peut-être voulu faire s'il pouvait décider par décret, tout seul dans son bureau), et aussi celui des Chambres, qui se sont étripées sur chaque virgule (puisque le tout s'est terminé en conférence de conciliation et n'a obtenu une majorité au Conseil national qu'à une petite voix).

Si on personnalise trop sur la figure de Berset, on risque de passer à côté de l'essentiel. C'est-à-dire estimer les effets de la réforme proposée, et s'interroger sur ce qui se passera pour nous (et pas pour lui) si c'est non.

La belle retraite des conseillers fédéraux

Cela fait 20 ans que l'on tente de réformer notre prévoyance sociale pour en assurer le financement. Avant Alain Berset, deux autres conseillers fédéraux s'y sont essayé, Pascal Couchepin et Didier Burkhalter, en vain. Tous deux goûtent ou vont goûter bientôt une belle retraite – la preuve que les conséquences d'un non ne sont pas les mêmes pour les ministres en charge et nous autres citoyens lambda.

Alors d'accord, la manière dont Alain Berset va faire campagne est importante. Ce genre de bataille se gagne sur le terrain en allant dans moult assemblées expliquer et expliquer encore, lever les craintes, entendre et désamorcer les objections. C'est une victoire qui s'arrachera avec les dents, puisque il faut notamment convaincre la moitié des votants - les votantes - de consentir un gros, très gros sacrifice. Mais ne nous trompons pas de perspective: comme futurs rentiers, c'est nous tous, et pas Alain Berset, qui avons le plus à perdre en cas de refus de cette réforme.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR