keyboard_arrow_left Retour
La chronique d’Isabelle Falconnier

Le bien, le mal et les McDo au temps du virus

L a plume qui caresse ou qui pique sans tabou, c’est celle d’Isabelle Falconnier, qui s’intéresse à tout ce qui vous intéresse. La vie, l’amour, la mort, les people, le menu de ce soir.

Ouf! Nous avons démasqué les méchants, débusqué nos nouveaux ennemis, mis au jour les criminels grimés en bons pères de famille! A peine les McDo et autres enseignes de fast-food rouvertes, que les foudres de la bien-pensance et du mépris se sont abattues sur les gourmands qui ont eu l’outrecuidance d’avoir envie d’un hamburger ou de nuggets, et de la satisfaire. Quel crime ne commettaient-ils pas en attendant sagement leur tour sur le trottoir ou dans leur voiture! Quel outrage aux bonnes mœurs! Quelle provocation à la vertu des purs et à la pureté des vertueux!

Stigmatisés dans les médias, hués sur les réseaux sociaux - «J’ai honte d’être humaine quand je vois ça», «Mort aux cons», ai-je même lu - , érigés en contre-exemples de ce que notre société aurait de pire, ils sont les révélateurs involontaires de la nouvelle morale issue de la crise printanière. Le Covid-19, et tout ce qui s’ensuit, a ses nouveaux bons, ses nouveaux méchants, son échelle de valeur, sa sacro-sainte doxa, dont il ne faut surtout pas s’éloigner de peur de déplaire à ses ayatollahs.

Je résume:

Faire la queue au McDo? MAL

Faire son pain en prétendant qu’il est aussi bon que celui du boulanger? BIEN

Se précipiter chez Hornbach? MAL

Tondre son gazon sans demander la permission à ses voisins intellectuels? MAL

Entasser chez soi levure et kilos de farine de sarrasin? BIEN

Avoir eu peur de manquer de papier toilette? MAL

Passer 4 heures pour acheter ses salades à la ferme plutôt que 5 minutes au supermarché du quartier? BIEN

Militer pour la réouverture des librairies indépendantes le même jour que les coiffeurs? BIEN

Militer pour la réouverture des librairies indépendantes-mais-qui-s’appellent Payot le même jour que les coiffeurs? MAL

Affirmer que la décroissance fait le bonheur de l’humanité parce qu’on n’est pas allé chez Zara depuis 6 semaines? BIEN

Lire Philosophie Magazine pour donner du sens à sa vie? BIEN

Jouer à Fortnite toute la journée parce que c’est le pied? MAL 

Penser que l’on va fissa reprendre le cours de nos vies imparfaites? MAL

Affirmer que les nettoyages de printemps font autant de bien qu’une psychanalyse? BIEN

Se réjouir que sa femme de ménage reprenne du service? MAL

Etc, etc.

Ce Jugement Dernier élitiste et prétentieux qui prédit l’enfer à ces simples consommateurs de hamburgers prouve hélas qu’il n’y a pas de monde d’avant et de monde d’après le Covid. Comme avant ce virus, comme après ce virus, comme toujours, il y a ceux qui savent, qui jugent, décident du camp du bien et du mal, s’érigent en exemples et conspuent les autres - tout en souhaitant que tout change, et que ce printemps bouleversé annonce l’avènement d’un monde nouveau.

Mais, cela va sans dire, un monde à leur image, qui leur ressemble, un monde qui joue selon leurs règles et obéit à leur système de valeurs. C’est oublier que le meilleur des mondes s’arrête le plus souvent au paillasson devant notre porte, et qu’il est synonyme d’enfer pour les autres. Applaudir les autres, c’est bien, leur foutre la paix (@FabriceMidal), c’est encore mieux.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

6 Commentaires

@JoelSutter 01.05.2020 | 09h29

«Tout ça pour manger de la m...., sans jugement. C’est ça qui est désespérant. »


@Lagom 01.05.2020 | 13h09

«Vous n'arriverez pas Madame à enterrer l'affaire dans cette avalanche de "Bien" et de "Mal". Oui c'est mal d'attendre 2 heures en allumant et en éteignant la voiture au moins 40 fois pour manger même du caviar, mais vous avez raison nous n'avons pas à en juger, mais nous gardons le droit de nous lamenter sur une partie de l'espèce humaine devant un tel spectacle. »


@patduvallon 02.05.2020 | 10h42

«Bonjour à la plume qui s'intéresse à tout ce qui nous intéresse (!)
Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, je m'évite ainsi les commentaires impulsifs d'une horde prête à tous les arguments pour convaincre.
Votre énumération de ce qui est vu comme bien versus mal n'est que le reflet des raccourcis utilisés aujourd'hui. Vous vous économisez la réflexion de fond. Ce n'est pas le but de votre chronique d'accord. Mais c'est un peu facile, et votre article n'apporte rien.
Ne pas juger? C'est ne pas avoir d'opinion. Chacun ses goûts... ne donne pas la possibilité du débat.
Parce que la précipitation au Macdo en dit beaucoup d'une société. Ce n'est pas une question de bien ou de mal mais de sens. De même que Zara, Hornbach et la consommation comme raison d’existence.
Vos chroniques sont dans l'air du temps : légères, anecdotiques et caricaturales. Il en faut (!?), mais est-ce du journalisme ?
La prétention dont vous affublez les élites est donc bien partagée.

»


@ʕʘ̅͜ʘ̅ʔ 03.05.2020 | 11h41

«Hé bien moi, il m'a fait sourire cet article et réfléchir. Pour ceux qui pensent qu'ils manquent de fond, peut-être est-il simplement le début de votre réflexion de fond. Plutôt que d'attendre la béquée ... comme au McDo »


@Alcimar 04.05.2020 | 14h22

«M'enfin ! Moi qui était si fier d'une désintoxication salutaire à la consommation frénétique de biens et services dont la virulente promotion publicitaire avait fini par salement endommager un cerveau déjà peu entraîné au libre arbitre par mes activités professionelles quotidiennes...

Voilà mon rêve irrémédiablement brisé ! Mon pain serait donc immangeable et il faudrait que je recommence à utiliser du papier toilette même si la peur du manque m'empêche de dormir !

C'est une crise de valeurs... le bien c'est le mal et vice-versa ! Il n'est donc point temps de troquer mon 4x4 pour une énorme Tesla dont la marque rassurante me préservait du regard réprobateur de mon voisin.

Le chemin de la Rédemption passe donc par les images rassurantes de Ronnie BigBurger, ce magnifique clown roux qui m'a tellement fait rire enfant... (soupir !)

Je pourrai aussi enfin avouer, lors de ma prochaine séance avec mon psy, que je déteste les légumes (sauf ceux sur les boîtes avec le gentil géant) et que je j'aime manger d'énormes quatités de la viande rouge (surtout celle qui est emballée avec un papier plastique opaque avec une belle photo du steak et un boeuf qui me sourit béatement)

Merci de m'avoir redonné confiance et permis de reprendre le bon chemin vers la rédemption... à quoi bon lutter contre son instinct !

Chiche que je serai devant toi à la queue pour le BigBurger ?»


@stef 07.06.2020 | 14h01

«Vive la TrashFood, ce plaisir si humain, qui nous est permis d'expérimenter durant notre vie terrestre !»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR