keyboard_arrow_left Retour
TOUT VA BIEN

Allô papa bobo

N on, le sérieux n'est pas toujours là où l'on croit. Cette chronique d'Anna Lietti paraît tous les mois dans 24heures.

Qui l’eût cru, eux aussi! Les pères souffrent de dépression post-partum dans une proportion presque égale (10,4%) à celle des femmes (12%). C’est l’impressionnant constat d’une recherche issue de la Haute école de santé de Genève*.

Comment se fait-il que nous n’ayons rien vu? Réponse des chercheuses: parce que les hommes en souffrance consultent moins. Mais aussi parce que leur souffrance prend des formes très très déguisées, à mille lieues du lacrymal baby-blues maternel.

Exemples: ils tombent urgemment amoureux d’une collègue de bureau. Ils flambent les économies du ménage au casino. Ils cognent. Ils partent en mission professionnelle longue durée au Kamtchatka. Ça s’appelle le mécanisme de réponse combat-fuite (fight or flight) et si on vous l’explique comme ça, je suis sûre que vous aussi, finalement, vous vous dites que vous connaissez un tas de pères en dépression périnatale. A l’adresse de Madame, le message des chercheuses est donc: si votre homme part au Kamtchatka ou prend une maîtresse pile pendant votre séjour à la maternité, ce n’est ni un salaud ni un connard. C’est un homme qui a besoin d’aide.

Face à ces avancées de la recherche, j’hésite entre l’exaspération et l’optimisme. L’exaspération: on me prend pour une demeurée ou quoi? Quand quelqu’un fait l’imbécile, c’est qu’il ne va pas bien, j’avais percuté, merci. Tous les tueurs en série ont eu une enfance difficile, ok.

Et après? Le vieux problème embêtant est que bien des personnes qui vont mal ne ressentent aucun besoin de se faire aider. C’est valable pour le tueur en série comme pour le nouveau père infidèle ou work-addict. Est-ce que le thérapeute va aller attendre Monsieur à la sortie de son cinq à sept pour lui dire: vous avez perdu pied, on va vous soigner? Est-ce qu’il va appeler son chef pour lui demander d’inscrire son employé au cours de préparation à la paternité après avoir annulé son billet pour le Kamtchaka? Vous allez voir: si on dit aux femmes: «Votre homme n’est pas un salaud mais un fragilisé qui a besoin d’aide», elles vont se sentir responsables de ça AUSSI. Je propose une étude sur l’influence de la charge mentale sur la montée du lait.

Et pour nourrir mon optimisme? Je note que beaucoup de pères réclament des services de périnatalité plus accueillants pour eux. Et je suis sûre que ces prochaines années, leur vœu sera entendu.

Bon évidemment. Les fugueurs, par définition, ne seront pas là pour profiter de ces remarquables progrès sur le front de la paternité.


  * «La grossesse, l’affaire des pères», Le Temps du 16.10.18

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR