keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Economie

Trump met en danger Starbucks

E t si la guerre commerciale de Trump à l'encontre de la Chine menait à une attaque de cette dernière contre l'une des incarnations mêmes des Etats-Unis, à savoir Starbucks? La «NZZ» s'est posé la question, que voici dans les grandes lignes.

Quel rapport entre la Chine et la géante entreprise Starbucks? Vous non plus, vous n'en voyez pas? En réalité, on ne doit pas seulement le succès financier du mastodonte au prix démesuré de son café (5$ au lieu de 50 Cents), mais aussi à la Chine, figurez-vous. Starbucks doit à ce pays environ 15% de son chiffre d'affaires, s'élevant à une somme de 26 milliards de dollars. Mieux, cette participation à la croissance du géant du café augmente, la croissance de la Chine étant encore d'une autre dimension.

Mais passés ces chiffres, c'est l'image et l'importance de Starbucks dans l'Empire du Milieu qui est en jeu: presque aucune autre entreprise n'est aussi présente en Chine que Starbucks, et aucune n'est autant assimilée à l'Amérique. On comprend dès lors que la guerre commerciale qu'a lancée Trump contre la Chine, déjà en tant que candidat, ensuite comme chef d'Etat, puisse représenter un danger pour Starbucks.

Les premières craintes sont apparues dès le milieu de l'année, lorsque le chiffre d'affaires de Starbucks en Chine a parfois fluctué. Maintenant, il est de nouveau sur la bonne voie, et les actions ne sont que légèrement en deçà du sommet où elles étaient. La question est: pour combien de temps encore? Dans un sens, la situation de Starbucks est un bon exemple pour les marques. Celles-ci peuvent-elles s'isoler du paysage politique? Vraisemblablement pas.


L'article original en allemand de la NZZ: «Trump bringt Starbucks in Gefahr»

Jonas Follonier

Etudiant, journaliste et musicien, Jonas Follonier est le rédacteur en chef de la revue mensuelle «Le Regard Libre», ...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR