keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / Frontière

La question des frontaliers... vue par les Français

«On appelle cette région du Jura suisse "la Petite Sibérie". L’hiver, les températures y dégringolent jusqu’à - 40°. Le climat économique est, quant à lui, beaucoup plus clément.» Voici les premières lignes de l’article du magazine français «Alternatives économiques» décrivant le travail – notamment au Locle et à la Chaux-de Fonds – comme un Eldorado précaire pour les frontaliers.

Quelque 350'000 résidents français travaillent dans un pays limitrophe. La première destination de travail est la Suisse, avec 175'000 frontaliers. Sans surprise, ceux-là atterrissent principalement à Genève, Bâle et à Neuchâtel. Ce dernier canton «est le seul en Suisse à avoir adopté un SMIC. [Il a été] fixé à 3580 euros brut, le salaire minimum le plus élevé au monde», précise l’article avant de relativiser ce chiffre. En effet, le temps de travail est plus élevé qu’en France, il y a moins de vacances, l’assurance maladie est à la charge du salarié, les coûts de transports et...

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Zeynep Ersan Berdoz, Isabelle Falconnier, Denis Masmejan, Patrick Morier-Genoud, Florence Perret, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR