keyboard_arrow_left Retour
DOSSIER DECROISSANCE

Un No deal Brexit, une chance à saisir pour la décroissance?

A près avoir refusé toutes les alternatives au plan de Theresa May, le Parlement britannique se dirige de plus en plus vers une sortie sans accord de l’Union européenne. Alors que cette perspective est redoutée au plus haut point par les milieux économiques, d’autres y verraient l’occasion de se débarrasser du système productiviste. Un scénario non sans danger.


Article publié initialement sur le blog «No (big) deal, Londres à travers le Brexit» hébergé par Le Temps


Le pays qui a vu naître Adam Smith deviendra-t-il malgré lui le premier Etat à expérimenter la décroissance? Ce scénario qui aurait semblé totalement improbable il y a quelques années fait maintenant parti de l’horizon des possibles du Royaume-Uni. Et pour cause: le No deal, qui engendrerait une fermeture totale des frontières si néfaste pour la productivité et les investissements, se présente de plus en plus comme l’issue inévitable pour le royaume d’outre-manche.

Une opportunité à saisir?

Malgré le sursis accordé par Bruxelles jusqu’au 12 avril, la Chambre de communes n’arrive toujours pas à se mettre d’accord sur le plan à suivre pour quitter l’Europe. Lundi soir encore, les Parlementaires ont refusé les quatre alternatives qui semblaient les plus à même de dégager une majorité. Quant au deal de Theresa May, même la mise à prix de tête de la Première ministre n’a pas réussi à faire pencher la balance en sa faveur. Westminster s’enlise toujours plus et semble incapable d’éviter le divorce par défaut, au plus grand plaisir des Tories les plus à droite. Et au grand dam des milieux économiques.

Mais à l’heure où l’idée de la décroissance séduit de plus en plus les élites intellectuelles, qui y voient la seule alternative crédible au dérèglement climatique, le No deal pourrait être vu comme une chance à saisir afin de tester une nouvelle manière d’appréhender l’économie. C’est du moins ce que suggère un article publié sur le site anticapitaliste Bella Cadonia, qui explique que «[le Brexit] ouvre la porte aux alternatives à la domination du marché libre poussé à outrance. [Les Britanniques pourraient] passer d’une société organisée autour du capitalisme financier à une société promouvant la justice sociale et environnementale au Royaume-Uni et au niveau international.»

Pour un deuxième référendum

Pourtant, les défenseurs de l’environnement sont parmi les plus farouches opposants au Brexit, et encore plus au No deal. Ils étaient nombreux le 23 mars, lors de la marche historique qui avait réuni dans la capitale plus d’un million de personnes demandant un deuxième référendum. Maintes pancartes soulignaient l’importance de la coopération internationale pour la lutte climatique et déploraient le temps perdu à négocier le Brexit. Dans le même sens, le Green Party soutient mordicus un deuxième vote du peuple. Caroline Lucas, la seule élue écologiste du parlement britannique, a même refusé de suivre le compromis proposé par le Labour. La ligne est donc claire pour les environnementalistes: un deuxième référendum et rien d’autre.

Il faut dire que la décroissance ne fait pas vraiment partie du programme des Brexiters les plus convaincus. Ils ne cachent pas leur volonté, une fois divorcé de l’Europe, de conclure des accords de libre-échange aux quatre coins du monde, et plus précisément avec les Etats-Unis. A mille lieues de remettre en question du système néolibéral, ils visent à le pousser encore plus loin en agrandissant les espaces de libre marché tout en se débarrassant des normes de régulation européennes.

Les précaires en première ligne

Une rupture de la croissance n’est donc pas forcément promise en cas de No deal. Elle pourrait même reprendre de plus belle, boostée par la promesse de ces nouveaux marchés dépourvus de toute contrainte. Mais cela reste du domaine des spéculations, et il demeure fortement probable que les chambardements liés à une séparation sans concession entre l’UE et le Royaume-Uni perturbent avant tout la bonne marche de l’économie. Cela ne devrait pas pour autant réjouir les Verts, puisque les ralentissements économiques ont toujours pour principale conséquence de rendre encore plus vulnérables les personnes les plus précaires. En témoigne la crise de 2008, qui a rendu les riches plus riches et les pauvres plus nombreux.

Ce n’est pas un hasard si le mouvement en faveur de la décroissance s’accompagne d’une forte dimension sociale. Un infléchissement de la logique productiviste, pour qu’il ne soit pas dévastateur, doit être le fruit d’une forte volonté politique et non pas le contrecoup d’éléments conjoncturels. Ce changement de paradigme n’est envisageable que si la protection des plus vulnérables est assurée. Cela passerait inévitablement par une meilleure répartition des richesses et un Etat fort, qui limiterait la compétitivité individuelle engendrée par la logique capitaliste. Des valeurs aux antipodes de celles partagées par les défenseurs d’un Brexit dur. Si ceux-ci obtiennent leur No deal, les personnes à revenu modeste n’auront plus qu’à prier pour que la croissance ne leur glisse pas des mains.


Retrouvez d'autres articles sur le même thème dans notre dossier spécial Décroissance.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@stef 22.04.2019 | 16h28

«La mort du capitalisme est la seule voie viable pour sauver ce qui reste de ce monde...»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR