keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Surveillance

Bien traqué ton gosse aujourd'hui?

«J’ai toujours rêvé d’être une mouche pour savoir ce que fait mon enfant quand je ne suis pas là»: une phrase qui était (bien heureusement) une chimère pour tous les parents. «Etait»? Oui, car grâce à la montre connectée pour enfants, ils savent dorénavant à toute heure où est leur petite Léa et peuvent même écouter les conversations de leur cher Matteo.

Les autorités allemandes ont récemment interdit les montres connectées pour enfants disposant de la fonctionnalité «babyphone» d’écoute à distance. Selon une enquête menée par l’agence fédérale du réseau allemand, les parents utilisaient cette fonction pour espionner ce qui se disait en classe, sans le consentement ni de l’enfant ni des enseignants.

En Suisse, il n’existe aucune restriction pour la commercialisation de ces appareils. «L’application de la législation est assez libérale en ce qui concerne les produits commerciaux. De manière générale, on mise sur la sensibilisation»m commente Francis Meier, porte-parole du Préposé fédéral à la protection des données.


Les concepteurs annoncent avec fierté la possibilité de suivre les enfants à la trace. © DR

Localisation en temps réel

Si la vente et l’achat de ces montres connectées pour enfants est légale en Suisse, l’utilisation ne l’est pas forcément. «Il est interdit d’écouter des conversation non publique sans le consentement de tous les participants. La mise en circulation des appareils techniques servant en particulier à l'écoute illicite est également punissable (en cas d’utilisation inadéquate, ndlr)»m ajoute le porte-parole.

En revanche, il est tout à fait admis de suivre son enfant par GPS jusqu’à ce qu’il ait la capacité de discernement. En attendant, «traquer son enfant» est une pratique tout à fait adéquate et appréciée, si l'on en juge par les commentaires sur les sites.

«Sa maman comme moi apprécions bien sûr la possibilité de géolocaliser notre enfant et de spécifier soit des zones ou des routes de sécurité qui nous permettent d'être notifiés lorsque notre enfant soit entre et/ou sort de ces zones.» (Père d’un enfant de 8 ans en commentaire sur Amazon.)

«Je sais où tu habites !»

Sauf que les données GPS enregistrées par la montre de l’enfant ne sont pas toujours correctement protégées, selon une étude du Conseil des consommateurs norvégiens. Quatre montres ont été analysées en matière de conditions générales d’utilisation notamment en ce qui concerne la transmission de données à des fins marketing ou la confidentialité de la géolocalisation. Et les conclusions ne sont pas rassurantes: les montres pourraient faire l’objet d’attaque de hackers, les termes des contrats sont rarement énoncés clairement et les marques ou entreprises fabriquant ces montres sont parfois introuvables.

Aucune de ces quatre montres n’est disponible en Suisse sur les canaux standards de distribution en ligne ou en magasin. D’autres modèles semblables sont par contre vendus sur internet ou à la Fnac. L’une de ces montres est d’ailleurs en rupture de stock partout en Suisse, annonce l’un des réceptionnistes-hotline du grand magasin. Réjouissez-vous les enfants, papa et maman vous offriront une Tracker GPS pour Noël.



Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Florence Perret, Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR