keyboard_arrow_left Retour
Reportage au Kosovo (2): la Swisscoy

Lukas, Vaïc, Tabea, Bruno, quelle est exactement votre mission au Kosovo?

Q ue peuvent bien faire de jeunes militaires suisses au Kosovo? Ce n’est en tout cas pas en surfant sur le site de l’armée que vous trouverez la réponse: certes, vous y apprendrez qu’il y a des LMT, des pionniers, et des troupes de transport; qu’il y a 200 hommes et 35 femmes sur place et qu’ils sont là pour le maintien de la paix. Non, mieux vaut se rendre sur place pour en savoir davantage.

Le deuxième volet du reportage de Diana-Alice Ramsauer
et du photographe Luc Chessex

Vendredi 16 février. 0800. La dizaine de soldats du groupe de Mitrovica se retrouve autour de la table de conférence. Elle fait aussi office de lieu de petit déjeuner. Certains ont le nez dans leur bircher, d’autres se réveillent gentiment avec un café soluble. Un dernier enfin, arrive à moins une: personne ne le remarque, c’est un habitué des réveils à la der. «Hi everybody, we have some special guests today, two journalists from Bon pour la tête». Le briefing commence: en anglais, pour que personne ne soit à la traîne. Bienvenue dans l’un des field house de la Swisscoy, les troupes suisses de la Kosovo Force (KFOR), un organe de l’OTAN.

Notre programme de la journée est le suivant: visite de la field house à Mitrovica où se trouvent une dizaine de soldats, uniquement des Suisses, puis patrouille de la ville sinistrée. Nous partirons ensuite pour le camp militaire de Novo Selo, à mi-chemin entre Mitrovica et Pristina, alors qu’eux continueront leur travail sur place.

Le pouls des Hommes

On nous explique. Le contingent volontaire de l’armée suisse au sein de la KFOR a plusieurs missions: transport de troupes, groupe médical, responsable de constructions. Je comprends: ces tâches-là sont surtout utiles au bon fonctionnement de la KFOR en elle-même et non à la population locale. «Je m’occupe principalement de la communication interne et externe, et de la documentation de notre mission», m’explique l’attachée de presse Tabea Rüdin. Ainsi que d'une Newsletter interne qui lui prend beaucoup de temps. Peut-on y jeter un coup d’œil pour comprendre un peu les tâches des soldats au Kosovo? «Vous pourriez, mais elle est surtout destinée aux membres de la KFOR», répond-elle dans un sourire.

Du côté nord de Mitrovica (la partie serbe du Kosovo), les drapeaux tricolores ornent les rues. L'écriture utilisée sur les panneaux est le cyrillique, la religion orthodoxe et l'on peut payer en dinar dans les magasins. La plupart des habitants y possèdent également un passeport serbe.


Et puis, il y a les LMT: Liaison and Monitoring Team. Les «yeux et les oreilles» de la KFOR. Le premier lieutenant Lukas Müller et le soldat Vaïc Perruchoud font partie de cette équipe que nous suivons dans leur patrouille à Mitrovica – la tristement fameuse ville, coupée en deux par la rivière l'Ibar, avec d’un côté la communauté surtout kosovare-serbe, orthodoxe, et de l’autre, au sud, principalement la communauté kosovare-albanaise, musulmane.

Lukas vient de Aarau, a étudié le droit à Genève et souhaite intégrer une mission de l’ONU en tant qu’observateur. Vaïc est Valaisan, a fait «Relations internationales» et souhaite continuer dans la filière «Analyse de conflits». Leur travail ici consiste à «sentir le pouls» de la population. Ils vérifient que tout soit calme et se font voir: une façon de rassurer les habitants. Ils mènent aussi des entretiens avec des civils: paysans, prêtres, responsables politiques. Entre 8 et 10 rencontres par semaine et par groupe de LMT. Les rapports des entretiens sont ensuite envoyés plus haut où les informations sont décortiquées afin de définir d'éventuels débordements. Contribuent-ils aussi à la lutte contre la corruption? «Nous entendons certaines choses. Des rumeurs. Mais ce n’est pas notre travail.» C'est vrai, ce mandat-là est celui des polices kosovare et européenne.


Lukas Müller est premier lieutenant et «team leader»; Tabea Rüdin est attachée de presse et Vaïc Perruchoud est soldat et «driver observer». L'âge moyen des membres de la Swisscoy est de 31 ans.

Foot, basket et barbelés

Très intéressés par la question internationale, les deux jeunes soldats de la Swisscoy n’avaient pourtant pas beaucoup de contact avec des Kosovars avant de s’engager – enfin pas davantage que n'importe quel Suisse. «J’ai joué au foot avec certains d’entre eux», raconte Vaïc même si à Mitrovica c’est surtout le basket qui déchaine les foules. L'Argovien et le Valaisan ont été formés pendant deux mois avant de venir au Kosovo et se rendent bien compte que la situation ici n’est pas toute blanche ou toute noire. «Mais c’est un pays avec beaucoup de potentiel!», disent-il.

1030. Tout est minuté. Nous sommes acheminés par un minibus de la KFOR vers le camp de Novo Selo, à une demie heure de route. Imaginez une zone militaire à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Pristina. Une parcelle entourée de grillages, on s’en doute, de barbelés et de murs, à l’intérieur de laquelle opèrent plusieurs centaines de militaires, hommes et femmes: dont des Finlandais, Danois, Allemands, Américains, Italiens. Et des Suisses (une centaine au «Nouveau Village»). Rien à voir avec la field house de Mitrovica. Ici, c’est une grosse multinationale en somme où chaque pays a sa mission, chacun dans le même but: maintenir la paix d’après-guerre. «A tout prix», diront certains.

Appointé Stump: «L’armée m’a sauvé»

C'est ici que nous rencontrons Bruno. Bruno Stump, il est binational (Suisse et Mexicain), a fait ses classes dans une école américaine, est viticulteur-œnologue et apprécie les contacts multiculturels. Il ne se définit pas comme un mordu de l’armée, pourtant, à la fin de l’adolescence, son projet était clair: découvrir son pays d’origine et y faire l’armée. «Pendant mon service militaire, on m’a diagnostiqué une tumeur bénigne entre le nez et le cerveau, explique l’appointé Stump. C’est l’armée qui m’a soigné, m’a sauvé, alors j’ai voulu donner quelque chose en retour.» Reconnaissant d’avoir été guéri, il a donc décidé d’offrir quelques mois de sa vie à la Suisse. Six mois, c’est en général le temps d’un engagement à la Swisscoy: une période où les militaires travaillent, mangent et se divertissent avec leurs collègues, sans grand contact avec le monde extérieur.


L'appointé Stump travaille pour le détachement de déménagement. Avec ses
collègues menuisiers, électriciens, sanitaires etc., il s'est occupé de toute
l'infrastructure pour la Swisscoy au camp de Novo Selo.

Comme des citoyens en uniforme

Mettons les pendules à l’heure: oui, les hommes et les femmes de la Swisscoy se déplacent armés. Non, les militaires suisses au Kosovo ne sont pas confrontés à de réels dangers pour leur vie («Le plus grand risque, me glisse la responsable presse Tabea Rüdin, reste les accidents de voiture».) Et finalement, oui, la mission de la Swisscoy au Kosovo est principalement symbolique – au sens positif du terme.

«Les LMT sont à mi-chemin entre les civils et les militaires. Ils font le lien entre les deux groupes», détaille le Colonel Hansjörg Fischer, commandant du contingent. D’une certaine manière, ils sont des citoyens en uniforme. «La Suisse est neutre dans le conflit, c’est parfois un avantage. Les autres pays doivent s'y mêler plus frontalement.»

Entourées de toutes ces grandes nations, il est pourtant difficile de comprendre pourquoi les troupes suisses (le 9e contingent le plus important sur les 28 que compte la KFOR) se sont retrouvées dans ce pays. Sans doute parce que la Suisse a un lien particulier avec le Kosovo et pas seulement depuis la guerre. En effet, le premier flux d’immigration des pays de l’ex-Yougoslavie date des années 60 déjà, lorsque la Suisse cherche du personnel saisonnier. Dans les années 80, le regroupement familial permet la venue d’un nombre important de Yougoslaves. Mais c'est évidemment dans les années 90 que la plus grande vague s’observe: plus de 50'000 Kosovars fuient leur région pour rejoindre la Suisse.


Le moustique, symbole des JRD Nord (KFOR), est vif, explique le Colonel Hanjörg Fischer.
On le voit à peine et puis il aspire les informations pour les transmettre ailleurs.


«Après la guerre, le gouvernement suisse décide alors de participer à sa manière à la paix dans cette région de l’ex-Yougoslavie», commente le Colonel Fischer. Aujourd'hui, même si les troupes se réduisent de plus en plus, le parlement a décidé de prolonger à nouveau la mission de la Swisscoy en tout cas jusqu’à 2020. Sur les 235 soldats suisses qui se trouvent encore au Kosovo, 165 y seront encore fin 2019, tout cela pour un budget annuel d’environ 45 millions de francs suisses.

Swisscoy, la grande absente du débat en Suisse

Les politiciens qui votent les prolongations du service au Kosovo «sont très bien informés», m’assure le Colonel Fischer. «Tant qu’ils se déplaceront ici pour comprendre la situation, ils pourront définir clairement les objectifs et aviser une fois ces derniers atteints.» C'est vrai, les politiciens n'ignorent pas l'existence de cette mission suisse au Kosovo. Si c'est un (bon) début, aucun parti pour autant ne s’empare franchement de la question. Les discussions au parlement autour de la Swisscoy sont très peu médiatisées et les partis frileux à l'idée d'en parler. Alors que la gauche semble avoir peur de s’attaquer à l’aide internationale, la droite dure paraît gênée aux entournures à l'idée de remettre en cause l’armée (même si cette aide à l'étranger pourrait bien leur faire grincer des dents). Aucun débat donc au sein de la population suisse, alors qu’il s’agit tout de même d’envoyer plus de 200 jeunes dans un pays étranger pour un coût d’environ 45 millions par an. Une question anecdotique, vraiment?

Le pont des ires


Le week-end dernier, les célébrations liées au 10 ans de l'indépendance du Kosovo se sont déroulées dans le calme à Mitrovica. Le power point présenté au briefing de la veille l'avait prédit: les risques seraient bas. Aussi, bien sûr, parce que le cortège s'est cantonné à la partie sud de la ville et n'a pas marché vers le nord, au-delà du pont. Cela aurait été interprété, forcément, comme une provocation. Oui, tout agissement pouvant être perçu comme une défiance, d'un côté comme de l'autre, reste, aujourd'hui encore, à éviter. Absolument.


Détruit durant la guerre puis reconstruit par les Français de la KFOR alors très présents dans cette zone, le pont ouest qui sépare Mitrovica en deux est connu depuis lors comme le Pont d'Austerlitz.


Pont d’Austerlitz: le symbole des frictions interethniques. S'il est aujourd’hui tout à fait possible de le traverser à pied, les voitures sont encore (ou plutôt à nouveau) interdites. Un vrai chantier obstrue le début du pont, côté nord, comme si, d'un coup, on l'avait désaffecté. «Le chantier n’a presque pas avancé depuis que je suis arrivé à Mitrovica, en automne 2017», », rapporte Vaïc Perruchoud. Une semaine (un mois?) de travail suffirait pourtant à le boucler, selon mes modestes estimations. A lui seul, le pont est le reflet d’une cassure encore importante entre les deux communautés qui se font face. Pas question néanmoins que la Swisscoy donne un coup de main pour le terminer. Ce n’est pas son travail. Les militaires suisses sont là pour la paix. Pour écouter et transmettre les informations, jusqu'en 2020.

Encore deux ans. Au moins.



Les reportages Bon pour la tête au Kosovo


(1) L’indépendance bidon du Kosovo, par Diana-Alice Ramsauer et Luc Chessex (photos) En libre accès: profitez! partagez!
(3) Le Kosovo, pion de la Turquie, par Diana-Alice Ramsauer et Luc Chessex (photos)

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR