Média indocile – nouvelle formule

Actuel

Drôle d'époque / Le Vrai et le Faux, le Bien et le Mal

Jacques Pilet

1 août 2020

PARTAGER

Dans la foire pandémique des infos et des bobards, il devient diablement difficile d’y voir clair. La science a certes un socle fiable de certitudes, mais aussi tout un champ de doutes et d’interrogations. Et si l’on ajoute à l’exercice une couche de morale sur les bons et les mauvais comportements, alors commencent de vives chamailles. Avec des fissures jusque dans les familles, entre amis, entre médecins, entre obéissants et récalcitrants.



Pour qui jette un œil de part et d’autre de la Sarine, le contraste est troublant. Depuis quelques semaines un vaste débat autour de l’ampleur réelle de la fameuse maladie agite la Suisse alémanique. Or il ne déborde quasiment pas chez les Romands. Des réfractaires plus ou moins autorisés à la version officielle, il y en a eu partout depuis le début. Mais là, la divergence de vues se corse. A haut niveau.

Tout est parti d’une interview retentissante de l’épidémiologiste, professeur et médecin-chef de l’hôpital de St.Gall, Pietro Vernazza. Que dit-il en substance?

  • depuis des années, des coronavirus se propagent chez les humains. Le dernier en date, aussi particulier soit-il, ne disparaîtra pas. Nous devons vivre avec lui comme avec les autres.
  • le port des masques, la distance, le traçage ne résoudront pas le problème.
  • les infections se multiplient mais les défenses immunitaires se renforcent dans la population. A preuve, le nombre d’hospitalisations et de décès diminue.
  • les jeunes qui portent le virus le maîtrisent bien, souvent sans s’en rendre compte
  • . Même si quelques-uns n’y survivent pas, comme c’est aussi le cas avec la grippe. Les personnes âgées doivent se protéger. Tout en sachant qu’il est naturel que beaucoup décèdent en raison d’un virus ou d’un autre. « La mort n’est pas à priori le pire dans la vie. »
  • sans critiquer ce qui a été fait, il plaide pour un nouvel examen de la stratégie. Des tests à grande échelle et des quarantaines ont un coût considérable et ne sont pas une réponse à long terme.
  • on sait aujourd’hui qu’il n’y aura pas en Suisse entre 30’000 et 100’000 morts comme certains l’avaient prédit au début. Si l’on considère que 90 % des porteurs ignorent qu’ils le sont, on peut dire que la létalité est dans l’ordre de grandeur d’une grippe saisonnière. Le virus est moins dangereux qu’on le considère généralement.

Des dizaines de médecins alémaniques ont fait connaître sur divers sites leur accord avec cette vision. Dans une interview, la conseillère d’Etat zurichoise Jacqueline Fehr rejoint, sans le citer, le professeur Vernazza: «Je n’aime pas quand la recherche du risque zéro est placée au-dessus de tout et légitime tout. J’ai la conviction politique qu’une situation exceptionnelle ne doit pas être une raison pour édicter des règles de conduite sans limite de temps. Oui, je l’admets: je crains qu’à un moment donné, nous oubliions à nouveau de lever les restrictions. Parce que nous nous y sommes habitués et parce que personne n’a le courage d’égratigner l’aspiration à la sécurité.»

La Task Force fédérale a en revanche vivement réagi contre les assertions du professeur Vernazza. Ce cercle d’experts refuse toute stratégie basée sur la «contamination différenciée», sur le développement d’une immunité collective. Elle serait «antidémocratique». Le choix de la politique des tests, des quarantaines et du port du masque est maintenu. La Suisse s’inscrit en fait dans une controverse internationale entre les tenants de cette ligne et ceux, peu nombreux, de la stratégie suédoise. Entre ceux qui misent tout sur les mesures anti-contagion et ceux qui espèrent voir apparaître peu à peu une forme d’immunité collective face à ce virus. Il faudra du temps et du recul pour tirer un bilan clair, aux plans sanitaire et économique.

Le débat s’anime aussi en Allemagne. Constatant que les partis, au pouvoir ou dans l’opposition, ne s’en saisissent pas, des médecins ont créé une «commission extraparlementaire d’enquête sur le Corona» pour s’interroger sur les décisions prises et à venir. Toutes sortes de voix critiques se font entendre. Rien de tel en France. Ce qui explique peut-être la différence d’approche entre Romands et Alémaniques.

On aimerait bien entendre aussi les spécialistes, quelle que soit leur tendance, sur les chiffres de la mortalité, qui font peur jusque chez nous, dans certains pays, les Etats-Unis et le Brésil en tête. Une hypothèse émise là-bas paraît convaincante. Le virus tue d’abord les plus pauvres qui vivent dans des conditions d’habitat déplorables, souvent sans eau, qui de surcroît s’alimentent mal, sans fruits ni légumes. Leur mauvais état de santé les expose particulièrement, c’est l’évidence. A propos, pourquoi si peu de conseils, dans les communications officielles, sur les diverses façons de renforcer le système immunitaire?

S’écharper entre tenants de vérités opposées, entre bons et mauvais citoyens, ne fait que pourrir un climat déjà lourd. Ouvrir le débat en revanche stimule au moins les méninges, faute de développer l’immunité… qui nous préservera à jamais de la mort.


 

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

11 Commentaires

@Rintintin 02.08.2020 | 14h42

«merci pour votre article !
c'est important de parler de renforcer le système immunitaire !... des vidéos et des articles ont parus sur ce sujet très rapidement dès le début de la "pandémie" ,sans que les médias jugent bon d'en parler ! dommage.»


@Chriscriss 02.08.2020 | 19h50

«Article salutaire... Un million de merci!!!»


@Franky 02.08.2020 | 20h06

«Le débat ne stimule rien , si ce n ' est nos peurs ou nos égos. Notre manque de connaissances réelles et objectives n ' autorisent intellectuellement aucun débat d ' idées, d ' opinions ou de croyances. Ce qui manque cruellement et dramatiquement, car il n ' y a pratiquement aucun investissement financier dans ce sens, ce sont les données et leur analyse. On reste dans un flou scientifiquement et éthiquement innacceptable , sauf qu ' apparemment tout ke monde s ' en fout et l ' accepte et par conséquent toute expression est tolérée. C ' est comme demander quel est le signe astrologique d 'une personne en analysant comment son chat attrape une souris....»


@amcbeldi 03.08.2020 | 17h43

«Il y a certes des débats dans la communauté scientifique, mais à ce jour, il y a aussi et surtout quelques consensus scientifiques de plus en plus solides:

1) Les gestes barrières, le port du masque, le lavage régulier des mains et la distance sociale n'ont pas pour but de "résoudre le problème". Ils ont pour but de ralentir autant que possible la propagation de ce virus, dans la mesure où, contrairement à ce qu'affirme le Dr. Vernazza, le sars-cov-2 n'a rien de comparable à une petite grippe saisonnière. Il y a un consensus maintenant assez fort sur le fait que ce virus est bien plus dangereux que la grippe saisonnière (https://factuel.afp.com/des-chiffres-qui-relativisent-lampleur-de-lepidemie-de-covid-19-dans-le-monde-attention-ces). Sans compter que soit lui, soit vous (je n'en sais rien, je m'appuie sur ce que vous citez de lui), oubliez au passage le fait que nos organismes sont bien plus habitués aux grippes saisonnières qu'aux sars-cov et que nous les connaissons assez pour pouvoir développer de nouveaux vaccins chaque année. Ce n'est pas le cas pour ce coronavirus (https://blogs.scientificamerican.com/observations/so-how-deadly-is-covid-19/).

2) Si nous avons pu éviter les 30'000 à 100'000 morts indiqués dans les scénarii initiaux, c'est parce que nous avons justement pris des mesures énergiques, notamment de confinement, mais aussi d'interdiction de gros rassemblements. Parce qu'il faut bien voir que la stratégie de la Suède, non seulement n'a pas fait l'unanimité, c'est le moins que l'on puisse dire, mais les experts suédois qui ont conseillé le gouvernement dans ce sens ont reconnu depuis le mois de mai qu'ils s'étaient lourdement trompés, même si c'était à demi-mots (https://www.huffingtonpost.fr/entry/suede-coronavirus-strategie-confinement_fr_5ed7abc2c5b6489c7fdd1bc6?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001). Il y a eu beaucoup plus de morts qu'ils ne l'avaient escompté. Et c'est pour cela aussi que la Suède a été placée sur une liste rouge de pays à risques, au même titre que le Brésil, les USA ou l'Iran. Si nous avions suivi le modèle suédois, nous aurions eu bien plus de morts!

3) La stratégie de test et de confinement ciblé, considérée pour la suite de la gestion de cette pandémie, en attendant que les chercheurs et la pharma soient en mesure de produire des vaccins et des traitements contre cette maladie, ont pour but de nous permettre de vivre justement avec ce virus, en réduisant autant que possibles les dangers d'une diffusion massive. Parce que le problème que ni vous, ni le Dr. Vernazza ne semblez relever (de nouveau, d'après ce que vous rapportez de votre conversation avec lui), c'est celui de la surcharge des services hospitaliers en cas de reprise de la pandémie. De plus, sur la longue durée, il apparaît maintenant que cette maladie peut provoquer de graves séquelles chez les personnes qui l'ont eue, même quand elles n'ont subi que des symptômes très légers. On constate en effet des lésions importantes aux poumons, au cœur et aux reins, ainsi qu'au cerveau, que ce virus peut provoquer qui, ensuite, laissent la personne fortement affaiblie pendant des mois, possiblement, des années. Cela signifie qu'une portion non-négligeable de cette population peut se retrouver en partie handicapée pour longtemps (https://www.sciencemag.org/news/2020/07/brain-fog-heart-damage-covid-19-s-lingering-problems-alarm-scientists?s=09). Tant que nous n'avons pas de traitement, ni de vaccins, nous ne pouvons décemment pas simplement sacrifier des gens pour le bien de tous. Ce n'est juste pas possible.

Il n'y a donc pas réellement de controverse scientifique. Il y a des consensus scientifiques sur divers aspects de cette maladie d'un côté, et de l'autre, quelques groupements de politiciens, médecins et militants minoritaires (et parfois, complètement hors-sol) qui s'y opposent, le plus souvent avec des arguments assez farfelus, enrobés de quelques éléments vrais pour mieux les faire passer. C'est notamment le cas de cette soi-disant commission extra-parlementaire Corona en Allemagne, qui n'a rien d'une commission extra-parlementaire, mais bien d'un petit groupe militant, dont la composition comprend des personnes comme le Dr. Heiko Schöning, qui ne pratique plus depuis 20 ans et s'est spécialisé dans la vente d'appareils médicaux, ou le Dr. Bodo Schiffman, un médecin ORL, spécialiste des problèmes de vertige, mais qui n'ont rien de virologues ou d'épidémiologues. Il y a certes Martin Haditsch, micorbiologiste et spécialiste de certains maladies tropicales, qui s'en rapproche plus, mais ce n'est toujours pas un virologue ou épidémiologue. Et que vous en soyez à citer Nexus, un magazine de pseudo-sciences, laisse un peu songeur.

Si vous voulez vraiment savoir où en est la science sur une problématique médicale, vous devriez donc commencer par consulter les sites d'institutions comme l'OFSP, l'OMS, la CDC européenne, les Académies nationales,la Mayo Clinic, etc., dont le principal rôle est de déterminer le consensus scientifique et de le relayer, sur la base de méta-analyses des études publiées dans des revues à comité de lecture. Vous vous rendrez alors compte que la task force, que vous semblez avoir prise en grippe depuis le début, reflète bien ce consensus, même si elle communique souvent mal et maladroitement.

Enfin, si personne ne parle de renforcer le système immunitaire, ce n'est pas pour rien. Cette expression n'a pas vraiment de sens. Notre système immunitaire n'a rien d'un bloc qui bouge comme un seul homme et qu'il suffit de booster pour qu'il bouge plus vite et plus fort. C'est un ensemble de cellules et de protéines qui réagissent à différents moments et de diverses manières à la présences de corpuscules extérieurs. On ne peut pas vraiment les renforcer ou les stimuler. Ce qu'on peut faire, c'est essayer d'avoir un mode de vie le plus sain possible pour éviter d'endommager les organes qui participent aux réponses immunitaires, mais ce ne sera jamais un bouclier infaillible qu'il suffit de renforcer quand il s'affaiblit un peu: http://curiologie.fr/2018/06/immunite/. Sans compter que stimuler des réponses immunitaires peut surtout mener à des maladies auto-immunes, c'est-à-dire, à la dégradation de l'organisme par des cellules et protéines immunitaires. Ce n'est pas exactement ce que l'on veut. Notamment dans le cas de ce coronavirus, lequel provoque régulièrement des sur-réponses immunitaires, qui provoquent parfois autant de dégâts que le virus lui-même, ce qu'on appelle des tempêtes de cytokines (https://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_cytokinique). C'est d'ailleurs contre cette effet inflammatoire que l'on a parfois utilisé des antibiotiques comme l'azithromycine.

À ce sujet, je pense que vous devriez aussi consulter les organisations spécialisées dans l'étude du système immunitaire. C'est un sujet très, très mal connu du grand public et des journalistes généralistes. Et l'immunologie est une des branches les plus complexes en biologie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Immunologie). »


@lelij 07.08.2020 | 09h09

«@amcbeldi - merci pour tous votre analyse.

On peut entendre et lire tous vos arguments depuis des mois sur tous les sites officiels et la presse.
Bien sur, ça ne veut pas dire que ce n'est pas vrai :) mais vous n'apportez rien de nouveau.

Ce qui est très regrettable, est que vous faites du "cherry picking" de vos informations pour prouver votre narrative. Vous n'êtes pas seul, la RTS, l'OFSP font pareil....

La biologie est très complexe. On voit bien que nos connaissances sont si limités qu'on ne peut prétendre pas en faire une science exacte. Il faut donc présenter toutes les informations et prendre les meilleures décisions, qui peuvent évoluer à fur et à mesure qu'on apprend quelque chose de nouveau. Il faut assumer qu'on peut se tromper.

Affirmer qu'on a évité 100'000 morts est totalement absurde.
Vous n'en savez rien.

Dire que la Suede est un échec, c'est trop tôt de le dire.
Oui, ils ont eu beaucoup plus de morts par population....et c'est très regrettable.
Se sont-ils trompé? Je n'en sais rien.

Mais ils ont 5'700 morts. Et pas 150'000 si on suis votre raisonnement.

Et que les autres pays ont mis la Suède sur une liste noire n'est pas un argument.

Il n'y a actuellement pas plus de morts actuellement en Suède que chez nous.
Et sans masques, sans confinement. Sans fermeture d'écoles.

Dire qu'on ne peut pas améliorer son système de défense immunitaire est absurde.

The whole point de cet article de M. Pillet est que malheureusement, beaucoup de presse (la RTS en premier), et des personnes comme vous ne veulent pas présenter, entendre, toutes les informations, et montrent les informations qui prouvent qu'ils sont des bons citoyens. Je ne remets pas en cause votre volonté de "bien faire".

Le problème est que cette attitude pousse les gens à écouter des théories de complots "on nous cache la vérité" et laisse le champs libre à une manipulation de "l'autre côté de la force" avec le résultat possible de faire élire pour encore 4 ans le plus grand narcissiste de la planète, et résultera probablement d'une énorme méfiance permanente de l'état.

Le monde n'est pas noir et blanc.»


@amcbeldi 08.08.2020 | 18h51

«@lelij

Comment dire.....Je n'ai absolument pas prétendu apporter quelque-chose de nouveau. Je ne vois pas pourquoi j'aurais dû, d'ailleurs. Je ne suis ni journaliste, ni experte en épidémiologie, virologie, maladies infectieuses, en gestion de crise sanitaire, en politique de santé publique, en économie ou aucun des domaines concernés par cette pandémie. Je me suis juste contentée de relever un certain nombre d'éléments problématiques dans les propos de M. Pilet.

"Affirmer qu'on a évité 100'000 morts est totalement absurde.
Vous n'en savez rien.
Dire que la Suede est un échec, c'est trop tôt de le dire.
Oui, ils ont eu beaucoup plus de morts par population....et c'est très regrettable.
Se sont-ils trompé? Je n'en sais rien."

Euh....si, on en sait quelque-chose. Et la Suède, qui a eu le double de contaminations et de morts, avant de commencer à prendre des mesures, en est aussi une illustration. Et c'est Anders Tegnell lui-même, expert en épidémiologie chargée de concevoir la stratégie du pays pour faire face au covid, qui a reconnu que la stratégie de la Suède n'a pas fonctionné. Ils ont eu beaucoup trop de morts par rapport à ce qu'ils auraient pu faire. Est-ce que vous avez regardé les sources que j'ai relayées ou pas?

"Mais ils ont 5'700 morts. Et pas 150'000 si on suis votre raisonnement."

Parce que, de un, ils n'ont pas rien fait non plus. De deux, la pandémie est arrivée chez eux plus tard que chez nous. Et de trois, il y a eu un scénario qui indiquait 150'000 morts en Suède, s'ils ne faisaient rien?

"Et que les autres pays ont mis la Suède sur une liste noire n'est pas un argument."

Ah bon? Ils ont décidé cela, comme ça, de manière totalement arbitraires, parce que les Suédois les énervent?

"Dire qu'on ne peut pas améliorer son système de défense immunitaire est absurde."

En quoi? Avez-vous même lu les sources que j'ai relayées ou vous avez juste décrété que c'est faux?

"The whole point de cet article de M. Pillet est que malheureusement, beaucoup de presse (la RTS en premier), et des personnes comme vous ne veulent pas présenter, entendre, toutes les informations, et montrent les informations qui prouvent qu'ils sont des bons citoyens. Je ne remets pas en cause votre volonté de "bien faire".

Ah bon? Qu'est-ce qui vous permet de dire cela?

"Le problème est que cette attitude pousse les gens à écouter des théories de complots "on nous cache la vérité" et laisse le champs libre à une manipulation de "l'autre côté de la force" avec le résultat possible de faire élire pour encore 4 ans le plus grand narcissiste de la planète, et résultera probablement d'une énorme méfiance permanente de l'état."

De nouveau, qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela? Sur quoi vous vous basez?

Le monde n'est pas noir et blanc.»"

J'ai dit ou suggéré cela?»


@arizan 08.08.2020 | 22h46

«Je me trouve bien plus en accord avec @amcbeldi qu'avec les deux derniers paragraphes du résumé des idées du Prof Vernazza. Super, @amcbeldi, immense travail, félicitations.
Quelques faits pour @lelij. Ce sont la Norvège, le Danemark et la Finlande qui ont été les premiers pays à ne plus souhaiter la venue de touristes suédois.
On peut continuer à penser que la Suède "avait raison", mais si les écoles sont restées ouvertes aux élèves jusqu'à 15 ( ?) ans, ce n'est pas le cas des gymnases et des universités.
Anecdotique, mais la station de Åre a vu le nombre de ses clients chuter de 90% en mars, ce qui a conduit à la fermeture des installations par les entreprises de remontées mécaniques, sans décret du gouvernement.
Au nombre de décès par 100'000 habitants, la Suède en est à 56 et la Suisse à 23.
Au nombre de cas, (population du même ordre de grandeur) la Suède, 802/100'000, n'est pas très loin de la Lombardie (958/100'000), chiffres de ce soir 08.08. Plusieurs comtés, le Jönköpings Län par exemple, ont des taux comparables aux régions de Bergamo et Brescia. Ils avaient le temps d'éviter cela.
"Cherry picking" de la part du prof. Vernazza, pas de la part de @amcbeldi, selon moi.
Bon dimanche»


@Marianne W. 09.08.2020 | 01h06

«Merci et bravo pour cet article ! Alors que l'OFSP nous présente des statistiques fausses - comment pourrait-il en être autrement, alors que chaque canton fait ses calculs à sa façon et que les statistiques présentées par l'OFSP ne sont que l'addition de ces chiffres hasardeux !
J'aimerais bien rappeler - pour diminuer si faire se peut la panique actuelle - qu'en mai 1968 sévissait en Europe et en Suisse une méchante grippe à coronavirus. Comme toute l'Europe de l'Ouest avait les yeux braqués sur les barricades parisiennes (entre autres), nul ne s'est tellement soucié de cette grippe, qui a pourtant causé de très nombreux décès. J'étais à Paris à cette époque-là, et n'ai gardé strictement aucun souvenir de la grippe à coronavirus probablement presque aussi dangereuse que celle de maintenant. »


@camomille 09.08.2020 | 17h26

«Premièrement, je rejoins -presque - complètement les point de vue du Dr Vernauza. A propos de l’absence ou de la rareté des conseils sur les manières de renforcer le système immunitaire, c’est évident, ça ne rapporte rien les conseils! Promouvoir d’éventuels vaccins (même possiblement inefficaces), ça rapporte bien plus! (En plus, les vaccins, ça tend à affaiblir encore un peu plus nos systèmes immunitaires, comme ça, les pharma pourront faire encore de meilleures affaires, ...en attendant le virus suivant...)
»


@stef 10.08.2020 | 21h25

«Pas un mal que les libertés individuelles s'estompent au profit d'une plus grande surveillance étatique en général.
C'est le prix à payer pour l'augmentation exponentielle de la population humaine, covid ou non.

Je refuse de laisser aller au détriment des plus pauvres de nos sociétés !»


@Reeves 16.08.2020 | 11h38

«bon article et merci ! c'est vraiment l'immunité qui est au centre du problème»


À lire aussi