keyboard_arrow_left Retour
VIGOUSSE / Règles douloureuses

Le sport en est jeté

L es consignes pour la pratique du sport évoluent rapidement, mais on y déniche des prescriptions intenables. Extraits soigneusement choisis au hasard.

Jean-Luc Wenger, Vigousse


Le 11 mai, la France a diffusé son Guide des sports à reprise différée. Une bible numérique sur les bonnes pratiques dans les vestiaires, les toilettes et, bien sûr, sur les terrains de jeu. Ladite bible liste une quantité impressionnante de sports. Rien de tel en Suisse où l’Office fédéral du sport renvoie au site internet de Swiss Olympic... et réciproquement. Alors que le Gouvernement français a collaboré avec les fédérations dans les moindres détails, ici, chaque association a présenté ses mesures de prévention dans le cadre de l’ordonnance fédérale. Petit retour non exhaustif sur les «aménagements imposés par le contexte sanitaire» des deux côtés de la frontière. Comme, ces jours, les entraînements «normaux» devraient reprendre, de nouvelles conditions, plus souples, devraient naître.

Jeu de balle au tambourin (F)

«Ce sport collectif se joue en équipe de 5 contre 5 sans qu’il y ait aucun contact entre les joueurs. La pratique qui allie stratégie individuelle sans échange entre joueurs d’une même équipe est proposée sous la forme d’un jeu en 1 contre 1. On respecte les règles de distanciation en vigueur (4 m2 en statique, 5 mètres en marchant, 10 mètres en courant). Au cours du jeu, les joueurs ne se frapperont pas dans la main ou ne se feront pas d’ac- colade. La poignée de main à la fin de la partie n’est pas autorisée. Un signe de la main ou du tambourin la remplacera». Ce jeu, fort pratiqué dans l’Hérault, reste malheureusement inconnu des Helvètes.

Twirling bâton (F et CH)

Distanciation physique: 4 m2 par personne en statique, 5 mètres en marchant, 10 mètres en courant. Pour la même discipline sportive, la Suisse ajoute que: «Les déchets sont éliminés à la maison. Les participants doivent se laver ou désinfecter les mains avant et après l’entraînement et les bâtons devront être régulièrement désinfectés». Propres à être lancés, les bâtons.

Tennis de table (CH)

«Arriver en tenue sportive et apporter ses balles et sa raquette. Isoler le matériel dont le joueur ne se sert pas durant le jeu dans un lieu neutre. Marquer distinctement les balles qu’il va utiliser. Toucher uniquement ses propres balles. Ne jamais toucher la table ni le filet, ne jamais s’essuyer les mains sur la table. Essuyer sa demi-table avec une lingette en cas de gouttes de sueur sur la table». Les pongistes passent l’éponge.

Sports de montagne (CH)

«Les adeptes de sports de montagne utilisent exclusivement leur propre équipement: baudrier, dispositif d’assurage, magnésie, crampons, piolet. Il est déconseillé de désinfecter l’équipement d’escalade, en particulier la corde et les dégaines. Le fabricant ne prévoit pas que l’on pulvérise du désinfectant sur l’équipement d’escalade car des processus physiques et des réactions chimiques peuvent réduire leur résistance». Valable pour les premiers de cordée. Et les autres.

Sport boules (CH)

«Les joueurs emportent propres boules, son propre but et son 50 centimètres avec eux. Cela empêche le contact des buts. Il n’est pas possible de ramasser les boules de son coéquipier ou de son adversaire». Qu’en pensent les cochonnets?

Judo (CH)

«Sur place, il n’y a ni vestiaires ni douches. Tous les participants arrivent déjà habillés pour l’entraînement. Les toilettes ne sont utilisées qu’en cas d’urgence». Mais qui juge de l’état d’urgence?

Basketball (F et CH)

«Limitation exigée des mouvements de 10 personnes (éviter les croisements, flécher les déplacements, les vestiaires sont fermés). Distance minimale de 4 m2 en statique, 5 mètres en marchant et 10 mètres en courant. Port du masque pour l’entraîneur. Les joueurs arrivent sans accompagnateur sur le terrain, en tenue et doivent amener leur propre gel hydroalcoolique, leur boisson (identifiée)».
En Suisse, on n’entre pas dans les détails. On se lave les mains et «tout le matériel pédagogique, ballons, cônes, cerceaux, poteaux, tapis... devra être nettoyé avant et après l’entraînement, au moyen de produit désinfectant». On y ajoute des conseils de transport: «Les joueurs se rendront sur les lieux de pratique par leurs propres moyens (à pied, à vélo, en scooter, en voiture personnelle) et éviteront au maximum l’usage des transports en commun». Ou encore: «Il n’y aura aucun accès autorisé aux vestiaires et aux douches et les exercices d’entraînement se dérouleront sans opposition. Il n’y aura pas de défenseur et les autres coéquipiers devront respecter la distance de 2 mètres». Fini la main au panier.


Cet article est paru originellement dans le numéro de Vigousse 453 (5 juin 2020).

 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR