keyboard_arrow_left Retour
Élections fédérales 2019

Le brouillard vert

N ous venons d’élire des parlementaires qui, hors leurs professions de foi plus ou moins convaincantes sur la transition écologique, sont restés dans le flou sur tous les autres sujets qui préoccupent la population. Et même sur le terrain qui a monopolisé la campagne, il y eut bien peu de propositions concrètes. Rien qu’un déferlement de belles paroles. Cela n’annonce rien de bon.

En fait, il n’y a pas eu de débat. Puisque tous les partis (sauf l’UDC, ce qui ne lui a pas réussi) pensent qu’il faut agir. Très bien, mais comment? Les Verts se sont bien gardés d’être trop précis puisqu’ils mijotent une avalanche de taxes qui ne seront pas très populaires. Un plan résolu et documenté pour réduire les émissions nocives de l’industrie, pour soutenir les projets de récupération du CO2, pour améliorer les transports publics et autres mesures réalistes? Rien de tel. Le bla-bla vert a enfumé les discours.

Pardon, chères élues, chers élus, chères candidates et chers candidates malheureux, mais beaucoup d’entre nous seront soulagés de ne plus voir vos faces souriantes à tous les coins de rues. Car vous vous êtes joué de nous. Vous n’avez rien dit ou presque de ce que vous ferez sur les dossiers chauds qui nous attendent. Certains d’entre nous ont peut-être voté pour des personnes dont l’opinion est opposée à la leur sur ce qui les préoccupe le plus.

L’Europe? Pas un mot sur l’accord-cadre. A l’exception de l’UDC qui le diabolise et les Verts libéraux qui sont pour. Le PLR, le PS, le PDC et les Verts se réfugient dans l’ambiguïté silencieuse. Aucune vision claire de l’avenir de nos relations avec nos voisins.

La libre circulation des personnes? A maintenir ou à supprimer? Le peuple devra se prononcer l’an prochain. Vous auriez pu préparer le terrain, annoncer la couleur lors de vos innombrables allocutions préélectorales. Non, là encore, vous avez préféré une prudence de Sioux.

Les retraites? Cela préoccupe grandement jeunes et vieux. L’impasse du système à terme se dessine. Mais chut… Tous en restent aux bricolages. Sans proposition claire. Cela à l’heure où le Conseil fédéral nous dit que tout dépend désormais du Parlement.

La santé? Là aussi, silence radio. Les primes rabotent chaque année un peu plus les ménages modestes. Tous les discours sur ce terrain sont convenus, archi-connus. Mais personne n’ose se lancer ou se relancer dans un projet plus équitable. Où, comme dans tous les autres pays européens, le risque de la maladie serait payé en fonction du revenu. Où les pharmas ne pourraient plus imposer des prix plus élevés que partout ailleurs, parfois délirants. Où le pouvoir de leur lobby et de celui des assurances privées serait enfin réduit.

La transparence? Le public a été choqué de découvrir que nombre de parlementaires se font littéralement acheter par divers groupes et organisations économiques. Mises à part quelques voix isolées, aucun parti ne s’engage pour plus de rigueur. Une loi sur leur financement, comme il en existe dans tous les pays de l’UE?  Il n’en est question nulle part. L’hypocrisie règne.

Les impôts? Il faut être bien inattentif pour ne pas voir que bien des tracas se profilent. L’allègement de la charge fiscale sur les sociétés pose de sérieux problèmes  aux cantons et aux communes. Comment mieux corriger ces effets? L’OCDE - qui sait imposer ses volontés chez nous aussi - prépare l’obligation de taxer les multinationales là où elles font leurs affaires, à travers le monde, les empêchant de déplacer leurs bénéfices dans les pays, comme la Suisse, à taux bas. Ce sera pour elle un choc considérable. La tentation sera grande de reporter sur les personnes physiques le manque à gagner prévisible. Mais qui parle de cela? Personne! Dans cette perspective, qui réclame un examen approfondi du coût de l’administration et des régies fédérales? Les dérapages de La Poste en France, de RUAG qui surfacture ses armements, ceux des services cybernétiques de la Confédération qui se sont maintes fois et coûteusement plantés auraient dû sonner l’alarme. Mais rien, pas un mot sur une meilleure vigilance.

Une campagne électorale qui se réduit à un seul thème, aussi important soit-il, où tous glissent sous le tapis les objets gênants, tels des gamins qui cachent leurs mauvaises notes à leurs parents, c’est indigne d’une démocratie lucide et responsable. On ne gère pas un pays en se laissant porter par l’air du temps. Mais gare à vous, chers parlementaires, on vous a à l’oeil. Vous devrez bien sortir du bois. Et on fera les comptes dans quatre ans.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

7 Commentaires

@Ph.L. 22.10.2019 | 12h52

«Une campagne électorale à l'ère du vide : des couleurs, des idées générales, des masques de carton. surtout ne pas entrer dans les détails parce que le Diable s'y trouve... Le peuple ne s'y trompe guère, en majorité il s'abstient, si je ne m'abuse. Belle formule "le brouillard vert", trop belle peut-être pour parler d'un tel enfumage... avec de nouvelles taxes au bout du tunnel, c'est-à-dire le plus injuste des impôts, comme chacun sait!»


@Dri 23.10.2019 | 16h19

«Laissez-faire le vent du renouveau, et fera le bilan dans 4 ans. Sur bien des thématiques évoquées, il sera difficile de faire pire que sur la dernière législature.»


@Eggi 23.10.2019 | 18h39

«Mais, Monsieur Pilet, vous êtes journaliste; que n'avez-vous posé toutes vos questions dérangeantes pour en faire un dossier bon pour la tête des électrices et électeurs! Vos critiques s'adressent donc à vos consoeurs et confrères. En effet, êtiez-vous sur les marchés, dans les réunions électorales? C'est dans ces contacts directs que se font le mieux les opinions. Enfin, les programmes des partis -dont on connaît les grandes lignes, tel le brouillard vert-contiennent ou contiendront des propositions concrètes sur tous les sujets -certes importants- que vous évoquez; ce qui m'importe comme électeur c'est la personnalité au sens large de celles et ceux qui devront les faire valoir au Parlement. Cerise sur le gâteau: vous fournissez des arguments spécieux à ceux qui, tel "Ph.L", en cherchent pour justifier l'abstention...»


@Ph.L. 24.10.2019 | 11h48

«M. Pilet fournirait des arguments pour justifier l'abstention? L'accusation fait rire. L'article de Chantal Tauxe, à cet égard, est également fort éclairant : c'est bien la recherche perpétuelle de "formules magiques", les jeux des lobbys et les sujets de votation par "paquets" pas vraiment cohérents qui créent le brouillard (à mon avis de plusieurs couleurs mélangées) dont M. Pilet n'est que le témoin (des plus fiables) depuis de fort longues années. Voilà les vraies causes de l'abstention.
Hormis cela, ajoutez à l'abstention la masse considérable des étrangers qui n'ont pas le droit de vote et vous verrez à quel point le parlement est élu par une petite minorité des habitants de ce pays, presque un microcosme...»


@Girofle 29.10.2019 | 15h38

«Excellente piqûre de rappel sur la déliquescence de ce que nous nommons démocratie. Ce n'est pas tant la critique de la mollesse des Verts que je lis, que celle de toutes les mollesses qui font notre quiétude helvétique, tant que nous surnageons mieux que d'autres à la surface du marigot mondial!...»


@Eggi 03.11.2019 | 18h52

«Encore à propos de l'abstention, on peut trouver du "brouillard" dans bien des sujets de société. Il suffit de prendre la peine de se renseigner, de tenter de comprendre, de faire preuve d'esprit d'analyse et de synthèse; mais pour cela, il faut consacrer du temps, à la mesure de l'importance qu'on attribue à la politique. Et, miracle, le brouillard se dissipe petit-à-petit. Mais il ne faut pas se cacher non plus que la plupart des problèmes sont complexes, pour les électeurs et les élus; donc ces derniers devraient plus être choisis en fonction de leur capacité globale à affronter la complexité que pour leur appartenance partisane (c'est ce que je fais lors des élections)...»


@Fandeski 17.11.2019 | 15h41

«Décidément, Jacques Pilet est génial. Heureusement qu'on l'a! Merci à lui.»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR