keyboard_arrow_left Retour
Appel aux dons

Dossier spécial sur les migrations: nous avons besoin de vous!

N ous préparons une dizaine d’articles de fond sur la question des migrations: des interviews, des analyses et des reportages. Comprendre un phénomène tel que celui des migrations, c’est lever le nez de son ordinateur, rencontrer les acteurs/actrices sur place, vivre leur réalité, être immergé pour mieux en sortir l’essence et prendre un peu de temps. Pour financer ces projets, nous avons besoin de votre soutien. Nos jeunes journalistes n’ont pas besoin de grand chose: un billet d’avion, un logement sur place et de quoi subsister sur place. L’enthousiasme, elles/ils l’ont déjà.

Le casse-tête des migrations

Le spectacle violent des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée et y meurent trop souvent suscite des vagues d’émotions. «Il faut les sauver à tout prix», disent les uns. «Il faut les rejeter», disent les autres. Ils déferleront par millions. Et si l’on tentait d’appréhender le phénomène la tête froide?

En cherchant à le comprendre, à mesurer sa véritable ampleur, à se projeter, BPLT prépare plusieurs articles sur le sujet. Avec des reportages sur les lieux sensibles, avec des analyses de spécialistes. Nous irons dans le sud de l’Espagne où les arrivées sont de plus en plus nombreuses, en Afrique subsaharienne, au Niger notamment où la Suisse cofinance des centres d’accueil pour les migrants de retour de Libye, ou encore à Briançon sur la frontière franco-italienne, dans un reportage en immersion totale. Nous réfléchirons aussi aux différentes approches des Européens: la relative tolérance des Espagnols, le rejet frénétique des pays de l’Est, le basculement de la Suède, soudain beaucoup moins tolérante face aux défis de l’intégration… Enfin, nous recueillerons les avis et les propositions des experts qui se sont penchés sur la question.

Les émotions sont légitimes, mais elles ne suffisent pas. Dans son ouvrage La ruée vers l’Europe (Ed. Grasset), le grand connaisseur de l’Afrique Stephen Smith dénonce le danger de «l’égoïsme nationaliste et l’angélisme humanitaire». C’est dans le même état d’esprit que nous voulons nous concentrer sur les faits et ouvrir la réflexion.

Certains journalistes sont déjà revenus de leur reportage. Les premiers articles seront publiés dès ce lundi sur BPLT #OpérationMigrations. D’autres journalistes sont sur le départ.

Pour mener à bien ce travail de fond, nous avons besoin d’un financement de l’ordre de 10'000 francs.


Lecteurs et lectrices de BPLT, vous pouvez nous aider par une contribution financière, même modeste. 

Tentons l’expérience ensemble!

Merci d'avance.


Association Bon pour la tête
Av. de la Gare 1 
1003 Lausanne 
IBAN: CH13 0900 0000 1411 8350 9
BIC: POFICHBEXXX
Compte postal: 14-118350-9


Retrouvez le dossier complet de l’opération migrations sur #OpérationMigrations

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

4 Commentaires

@hermes 01.10.2018 | 10h52

«Vous prenez une excellente initiative en vous attaquant à ce dossier complexe. J'aimerais soulever un aspect du problème qui n'est jamais ou très insuffisamment mentionné par les médias.On affirme généralement et à juste titre que l'UE a foiré dans la gestion des migrations et on laisse le lecteur conclure que l'UE ne sert donc à rien et que les nationalistes ont raison d'en souhaiter la déconstruction. Or,premier point, il serait bon de rappeler que l'UE n'a comme compétences que celles que les états membres veulent bien lui déléguer. Deuxième point, il est évident que ces mêmes états membres, par vanité, ont refusé de déléguer à l'UE toutes les compétences nécessaires à la maîtrise continentale des flux migratoires.Troisième point, les états membres, par laxisme ou par politicaillerie, ont laissé dégénérer la situation avec, comme conséquence, la montée des nationalismes.
Or, comme disait Mitterrand, "le nationalisme, c'est la guerre!".
Si votre dossier sur les migrations est bien ficelé, le lecteur doit pouvoir en conclure spontanément
qu'il faut davantage d'Europe pour résoudre ce problème de flux migratoires et non pas l'inverse.
Merci pour votre attention
M. Roy
»


@Bournoud 01.10.2018 | 16h44

«La migration, parlons-en ! Votre initiative parait intéressante, dans la mesure ou l'information puisse être fiable et étayée sur des faits constatés et incontournables.
Ces dernières années, nous avons entendu un peu près tout et n'importe quoi à ce sujet. Notamment le fait que ce serait un fait nouveau…
Faut-il rappeler que LES migrations ont toujours existés et existerons toujours! Il faut même s'attendre à une amplification du phénomène si l'on inclus les migrants climatiques qui vont venir grossir les rangs des migrants économiques!
À la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, la Suisse a exporté ~10% de sa population… Ceci devrait nous faire réfléchir… Maintenant que les affaires vont mieux, ne pourrait-on pas renvoyer l'ascenseur?...
La Suisse fait partie de l'espace Schengen, et à ce titre, partage la politique migratoire de l'UE. Je note que sur ce niveau, les décisions prises par les 27, ne sont pas à la hauteur d'un début de prise de conscience de ce problème qui mériterait mieux que les vociférations des autorités hongroises, italiennes, autrichiennes et autres parti d'extrême droite de tous les pays (dont le notre) d'Europe.
Il serait plus judicieux de la part de nos édiles politiques de réfléchir comment organiser ces migrations, et surtout de préparer les opinions publiques à la venue de nouvelles populations qu'ils devront d'une manière ou d'une autre intégrer dans nos sociétés…
Cela dit, les options prises ces derniers mois, n'incitent pas à l'optimisme...
»


@MS68 06.10.2018 | 13h10

«Jean-Marie Cavada, ancien journaliste et politicien pro-européen, s'intéresse de près à la question. A mon avis, ce serait bien de le contacter! »


@yvoire 07.10.2018 | 12h11

«Donnez-nous des nouvelles SVP sur les dix mille à réunir !
»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR