Média indocile – nouvelle formule

A vif

Suisse / Le ministre qui se moque des livres

Jacques Pilet

17 janvier 2021

PARTAGER

Il est donc permis d’acheter des fleurs, des slips mais pas des pulls, de se faire tatouer, d’aller au bordel, mais pas d’entrer dans une librairie! Les ukases décrétés par l’autorité atteignent les sommets de l’aberration.



Chacun a son opinion sur la politique sanitaire suivie, la jugeant adaptée ou mal ciblée ou excessive. Ce n’est pas ici le débat. Rien n’interdit, quoi qu’on pense de la situation générale, de pousser une gueulante devant des interdictions absurdes, totalement infondées. Les livres plus dangereux que les fleurs? Qui a dit ça? Le Conseil fédéral, pas même ces fameux épidémiologistes qui ne cessent de brandir bruyamment leur savoir. Patrick Mathys, responsable de la gestion de crise à l’OFSP, a le mérite de déclarer à la Tribune de Genève: «Du point de vue épidémiologique, il n’y a aucune donnée qui montrerait qu’une librairie soit plus propice à la diffusion du virus qu’un magasin de fleurs.» Il s’agit donc d’une décision politique et non pas sanitaire. A noter qu’en France, où les restrictions sont sévères, les librairies sont ouvertes, en Espagne aussi, à Berlin également.

Qui, plus précisément, est responsable de cette imbécilité? Le ministre de la culture! Le conseiller fédéral Alain Berset. Aucun de ses collègues n’aurait osé le contredire s’il avait ajouté le droit aux livres en plus du droit aux fleurs. Se moquer ainsi de la littérature, c’est simplement se moquer de nous.

Etourderie? Ou mépris? Cette mesure a une portée symbolique autant que pratique. Comment ne pas voir que dans le désarroi actuel, aller traîner son regard entre les rayonnages de bouquins, c’est une planche de salut? Certes beaucoup d’entre nous avons bien des ouvrages pas encore lus dans nos bibliothèques. Le retour aux classiques fait du bien. Mais nous voulons aussi voir émerger les dernières histoires, les derniers poèmes, les dernières pulsions des hommes et des femmes qui se livrent dans l’écriture. Pas de quoi s’alarmer, nous dit-on, on peut tout acheter sur le net. Encore heureux. Mais le plaisir de la librairie va au-delà: le regard se porte sur des livres dont on n’a jamais entendu parler, on va de découverte en découverte. On respire, on reste éveillé, curieux du monde.

Et nous voilà réduits à rappeler de telles évidences à un ministre de la culture! Vous me direz qu’il a tant d’autres chats à fouetter. Alors pourrait-il au moins écouter Madame la Directrice de l’Office fédéral de la culture? Un beau titre, non? Mais il se trouve que Madame Isabelle Chassot, c’est son nom, reste quasiment muette devant la narcose imposée à tout le champ culturel. Elle s’est bornée à pondre, pour Le Temps, une tirade qui aligne les banalités doucereuses et les auto-justifications floues.

Ce qui est troublant aussi, c’est la retenue, pour ne pas dire la docilité, des acteurs eux-mêmes de la culture, les artistes, les écrivains, les cinéastes… Vous les avez beaucoup entendus? Nous pas. La plupart insistent surtout sur les dédommagements demandés, à bon droit d’ailleurs, mais guère sur la mutilation de nos vies qu’entraînent leurs baillons. Bien pire que les masques. Le coma artificiel imposé à la culture trouve peu de justifications scientifiques. Ou alors qu’on nous les montre!

Osons dire enfin que s’il y a un risque à aller remplir son panier dans les supermarchés, alors nous revendiquons celui de bouquiner, d’aller au cinéma, au théâtre, au musée.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

16 Commentaires

@pancha 17.01.2021 | 11h41

«Et par dessus le marché Berset "pense" à refermer les écoles!!! J'ai six petits enfants, entre 22 et 6 ans, qui doivent affronter la tragédie planétaire d'un monde dominé par les multinationales qui manipulent à bien plaire de très médiocres politiques élus par des citoyens abêtis par les réseaux sociaux! La fermeture des librairies est un échelon supplémentaire dans le processus de crétinisation de la population tout juste apte à cliquer LIKE/DON'T LIKE!»


@Jerjora 17.01.2021 | 11h43

«Merci pour votre article, coup de gueule hélas très juste. Je m'inquiète aussi pour la place de la Culture dans nos sociétés , devenue la parente pauvre de la politique et de l'économie que l'on garde cachée et nourrit un peu par "charité". elle est si peu essentielle, n'est-ce pas, à nos estomacs, à nos portefeuilles!»


@camomille 17.01.2021 | 13h15

«Merci M. Pilet pour ce coup de gueule bienfaisant!»


@brigo 17.01.2021 | 14h07

«"Vous les avez beaucoup entendus? Nous pas. La plupart insistent surtout sur les dédommagements demandés, à bon droit d’ailleurs, mais guère sur la mutilation de nos vies qu’entraînent leurs baillons. " Et l'on pourrait dire la même chose des autres branches de l'économie. Par ex. la restauration : en se focalisant sur les dédommagements, ils oublient de défendre leur droit constitutionnel à travailler. A nom de la santé érigée en nouvelle religion ? Or, que je sache, les restaurants sont fermés depuis novembre ! Donc, s'il y a eu un nouveau rebond, cela ne peut pas leur être imputé....»


@Rintintin 17.01.2021 | 17h49

«bravo pour votre article !
cela fait des mois que je me demande ou sont tous ces gens qui ont tellement de choses à dire en temps normal....mais qui sont muets et effacés avec cette situation particulière ...pourtant il y en aurait des choses à chanter, à raconter .....
aux journalistes de Bon pour la tête, merci de continuer à faire votre travail de réflexion et d'investigation !»


@ALBA 17.01.2021 | 19h09

«Merci Monsieur Pilet pour votre réaction !
Concernant la fermeture des librairies, celle-ci a une connotation symbolique compte tenu que c'est dans les librairies que l'on va trouver les plus vives critiques d'un système consumériste obsolète. Je cite aussi rapidement Einstein - qui a quand même collaboré à la fabrication de la bombe atomique A même s'il ne désirait certainement pas Hiroshima et Nagasaki - qui disait : On ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de pensée que celle qui l'a créé. Or, actuellement, ce sont bien le industries alliées à la finance et à l'Etat - presque tous - qui ont créé le problème. En effet, la pandémie est due à la pollution, aux zoonoses, au trafic aérien, entre autres, etc. A part quelques journaux intègres, c'est bien dans les librairies que l'on trouve des auteurs qui nous offrent la possibilité de comprendre le monde dans lequel nous vivons et pourquoi il va si mal. Prendre un livre, c'est pouvoir lire et réfléchir, quel que soit le propos, prendre du recul si l'on en est capable mais en tout cas ne pas se laisser abrutir par des médias télévisuels, malheureusement, souvent réducteurs. Bonne continuation !»


@Marcot 18.01.2021 | 09h30

«Merci pour ce coup de gueule bien légitime»


@simone 18.01.2021 | 10h50

«Pleinement d'accord.
Merci.
Suzette Sandoz»


@virginia 18.01.2021 | 17h55

«Complètement d'accord avec vous.»


@Amt 19.01.2021 | 07h26

«Tout-à-fait d'accord. Merci.
Et maintenant, on fait quoi ? On écrit à M. A. Berset ? à Mme I. Chassot ?
Une meilleure idée ?»


@rubicon 19.01.2021 | 09h40

«Les gouvernants oublient le souverain et ne tiennent pas vraiment compte de ses aspirations. devront-ils un jour contenir la foule dont on connaît la faculté de discernement et la potentialité de débordement. Museler l'aspect culturel, c'est ouvrir une porte de plus au complotisme , dont les démarches, tant elles sont à géométrie variable,
devraient inquiéter. »


@rubicon 19.01.2021 | 09h41

«Les gouvernants oublient le souverain et ne tiennent pas vraiment compte de ses aspirations. devront-ils un jour contenir la foule dont on connaît la faculté de discernement et la potentialité de débordement. Museler l'aspect culturel, c'est ouvrir une porte de plus au complotisme , dont les démarches, tant elles sont à géométrie variable,
devraient inquiéter. »


@Bubblemaker22 19.01.2021 | 18h17

«Votre journal, en général et vos chroniques en particulier sont des bouées d’espoir jetées dans un océan d’irrationalisme.
L’accès aux livres et à la culture sont avec le journalisme les premières victimes de l’autoritarisme politique. Mais est-ce vraiment le cas ici? Quelle seraient alors les véritables motivations de sa seigneurie Berset ? La culture ne serait-elle pas simplement une victime de notre société qui préfère un post de deux lignes ou un like à une réelle réflexion?
La fermeture des lieux de culture est définitivement une opportunité manquée de réhabituer les gens à prendre le temps de la réflexion, de peser le pour et le contre, de s’interroger, de s’intéresser à d’autre façon de penser, à d’autre culture. En un mot, de redevenir humain. Quand sinon en confinement aurions nous le temps de faire une telle remise à niveau?
D’aucuns diront que cette décision est peut être délibérée pour que le bas peuple ne reprenne pas l’habitude de se révolter contre des décisions aberrantes. Force est de constater que l’absence de réactions des artistes, des restaurateurs. tendent à prouver que cette stratégie serait pour l’instant gagnante... Surtout si on y ajoute l’apathie des journalistes qui se contentent pour la plupart de suivre aveuglément la doctrine gouvernementale telles de dociles servantes écarlates.
Merci à vous de rester bon pour notre tête et pour notre humanité!»


@chlorophylle 29.01.2021 | 14h06

«https://www.laliberte.ch/news/laissez-les-artistes-travailler-592961

»


@Rolando 14.02.2021 | 15h11

«Je trouve également que la fermeture des librairies, des salles de spectacles est une absurdité à l'heure actuelle.
Par contre, que le Conseiller Fédéral Berset en prenne plein les dents, je ne suis pas du tout d'accord. Les décisions sont prises par le Conseil fédéral et cela m'étonnerait beaucoup que ce CF, en majorité de droite, ait peur de M. Berset.
Comment croire que des Maurer, Parmelin, Cassis et Keller Suter, sans compter V. Amherd, acceptent un soi-disant diktat de Berset sans broncher ? Nous ne sommes pas en Macronie, que diable !!

»


@confiture 21.02.2021 | 15h31

«en effet à ma dernière visite dans un petit super marché, je voyais un petit enfant devant des petits livres et les jouets le concernant..mais il y avait des gros scotchs rouge...interdit...! après je devais acheter des aiguilles du fil a coudre et une pair de ciseaux...gros scotch rouge..interdit.! et pas loin de là les immenses rayonnage de rouge à lèvres, fond de teint etc..sans scotch rouge..donc autorisé...en effet le rouge à lèvre derrière le masque c'est super idées. Les jouets pour animaux,..autorisés..mais pas les jouets pour enfants...? Vraiment nos autorités font très très fort...???»


À lire aussi