Média indocile – nouvelle formule

A vif

France / Le bon élève aux abois

Jacques Pilet

10 décembre 2018

PARTAGER

Crise politique, crise économique, la France est en plein chambardement. Dans le tumulte médiatique. Avec une dimension romanesque: le roi dont on a réclamé la tête! Emmanuel Macron a tout réussi très vite et soudain, tout s’est enrayé. La secousse est rude. Elle se lisait sur son visage tendu. Objet chez beaucoup d’une détestation, il s’est tu longtemps, stupéfait, ne sachant plus que dire et comment le dire. A-t-il trouvé la bonne formule ce lundi soir



Ce n’est pas en apparaissant mal rasé qu’il corrige son image de fort en thème sûr de lui. Il a certes parlé simplement, brièvement, mais il a multiplié les «je veux», «je veux», «je veux». On ne se change pas.

Les mesures annoncées ne sont pas insignifiantes: après l’abandon de la taxe sur les carburants, 100 euros de plus (payés par l’Etat!) pour les smicards, l’annulation d’une taxe sur les retraites, la fiscalisation supprimée des heures supplémentaires. Mais l’impôt sur la fortune n’est pas rétabli. De fait, la France pourrait s’affranchir des règles budgétaires européennes. Ce petit coup de barre à gauche peut-il calmer les révoltés? Pas sûr. Il pourrait aussi les encourager à continuer la lutte pour demander davantage.

Le bon élève secoué a bien revu sa copie. Avec un retard qui lui est durement reproché. Mais a-t-il compris le mal profond de la France? Il n’y paraît pas. La peur. Devant l’évolution de nos sociétés transformées par les nouvelles technologies et la concentration des activités. La colère. Devant l’injustice dans un pays, dans un monde, où la richesse ne cesse d’enfler avec arrogance pour une poignée de privilégiés.

Aucune parole non plus sur le renouveau nécessaire de la démocratie. Sinon un appel aux maires à faire entendre leurs administrés. L’innovation tant vantée, là, est en panne.

Il y a eu trop de mots malheureux chez ce président qui se voulait jupitérien. Chez ce Premier ministre lui aussi trop sûr de lui avant de se prendre les pieds dans le tapis. Les manifestants ont été peu nombreux en comparaison avec de précédents mouvements sociaux mais ils touchaient le nerf sensible. Avec la formidable répercussion de leurs discours divers, les évènements ont pris une dimension historique. Le président l’a dit. Le mot n’impressionnera pas les RAFRAF: les adeptes du «Plus rien à faire plus rien à foutre»! Une catégorie sociale nombreuse ainsi définie par le politologue Brice Teinturier.

Bref, l’électrochoc attendu par beaucoup n’a probablement pas eu lieu. Le flottement du pays durera. Sa division aussi. Avec l’affrontement de rêves antagonistes. Avec bien plus de risques que d’espoirs. Si ce n’est pour les petits malins, plus ou moins tapis derrière les lignes, qui attendent leur heure.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

3 Commentaires

@Astromeria 11.12.2018 | 02h16

«Désespérant ! »


@Clive 11.12.2018 | 17h45

«Si la France avait adopté depuis longtemps un système de représentation proportionnelle, ces insatisfaction profondes auraient sans doute pu trouver une expression politique, quelle qu'elle soit..Et éviter ainsi cette absurde polarisation due en partie au fait qu'un courant politique (LREM)qui représente à peine 25% de l'électorat truste 70% des sièges à l'assemblée...»


@Renaud-Louis 11.12.2018 | 21h12

«Je vous adresse mon Bonsoir...
Or donc, comme des millions de téléspectateurs, j'ai visionné Emmanuel sur TF1, mais je dois avouer que je ne pense pas que les millions de spectateurs ont été particulièrement émoustillés par les ors de l'Elysée. Ils ne vont pas si facilement tomber le gilet jaune.
Première observation: côté langage corporel, on a vu un jeune homme plutôt crispé pianoter sur son bureau une mélodie dont le doigté trahit que l'on n'entend pas vraiment l'harmonie d'une chanson populaire.
Deuxième observation: côté langage tout court. Je le résumerai en deux lettres: JE... Soyons généreux, en deux mots: JE VEUX! Répété à l'envi... Oui, je suis sérieux, comptez le nombre de «je» et de «nous», pour une union consentie, on est loin de la communion d'esprit.
Troisième observation: côté chronologie. Beau casting, on part avec Max la menace, le gendarme, le bâton. Si l'intention est louable car la violence n'amène à rien, agiter ainsi le bâton fait penser au théâtre Guignol. Enfermé dans son Castelet, Pandore donne de la voix, au risque d'enregistrer un Gnafron.
Suit l'épisode empathie avec les mesures d'homéopathie. Homéopathie? Pauvre Juliette. Car Emmanuel pense aux smicards, aux retraités, aux travailleurs, aux employeurs... Alors un peu plus de SMIC, défiscalisé, moins de taxes pour les pauvres retraités, défiscalisés, un peu plus de primes de Noël, défiscalisées. Beaucoup de recettes pour les oreilles. Mais sans parler de bourses. Excusez la trivialité Emmanuel.
Bref, même si le beau président, la larme à l'oeil, a déclaré son amour des Français, je ne pense pas que son «Vive la France, vive la République», les a fait et faites... rêver.»


À lire aussi