keyboard_arrow_left Retour
A VIF / César Ritz, Bouveret, samedi 29 juillet, 20h30

L’incroyable succès du théâtre populaire

O n ne peut pas dire que le spectacle sur César Ritz au Bouveret (Valais) ait beaucoup retenu l’attention des médias romands. Trop loin de Vidy, de Carouge, d’Avignon et de Paris? C’est pourtant un événement culturel étonnant. Des milliers de spectateurs se pressent vers ces tréteaux où évolue une cinquantaine de comédiens, de chanteurs et de musiciens, amateurs et professionnels. Un succès qui bouleverse les idées reçues.


C'est dimanche et Bon pour la tête vous offre la lecture de cet article initialement payant


Ainsi nous serions individualistes, absorbés par l’industrie du divertissement, ou alors attirés par les seules scènes prestigieuses. Faux. La culture ouverte à la participation populaire est bien vivante. La preuve en est apportée par le Théâtre du Croûtion basé à Monthey qui monte chaque été un grand spectacle en plein air – néanmoins abrité – au bout du lac. Des professionnels le préparent pendant plusieurs mois avec une foule d’amateurs. Le site lance cette invitation: «Vous souhaitez faire du théâtre? Rejoignez notre troupe! De 7 à 77 ans et plus!»

Entre 12 000 et 20 000 personnes accourent à chaque fois. L’affiche de cette année attire aussi un grand monde. Prolongations jusqu’au 18 août. 

Ce grand show théâtral ne nous apprend pas grand-chose sur ce Haut-Valaisan qui connut les plus beaux hôtels de la Belle Epoque et parvint au sommet de la gloire avec le palace du porte son nom à Paris. Mais l’enchaînement des tableaux est plaisant, articulé habilement sur le va-et-vient de deux wagons. Les auteurs-metteurs en scène ont avant tout le souci de l’efficacité, le désir de retenir l’attention du public, de le surprendre et de le faire rire. C’est parfois un peu gros, mais personne ne boude son plaisir.

Talents en devenir

Et puis il y a quelque chose de si plaisant à voir jouer, aux côtés de quelques professionnels – dont une très bonne chanteuse –, des enfants, des moins jeunes, des vieux, des gros, des maigres, tous maîtrisent leur jeu, s’amusent follement. Des talents en devenir dont plusieurs, nous dit-on, iront grandir ailleurs. On imagine les innombrables répétitions, après le travail, après l’école. L’enthousiasme est communicatif. Même si l’on ne vole pas dans les hauteurs de scènes plus prestigieuses au nom moins ridicule que ce Croûtion qui cache son ambition sous cette appellation peu ragoûtante.

Qu’on ne s’y trompe, l’auteur, Frédéric Mudry, et le metteur en scène, Olivier Duperrex, mettent haut la barre de la performance. La joyeuse bande des comédiens et chanteurs donne dans le clownesque mais savoure le plaisir du mouvement, du mot et de la musique. Dommage que la sono soit assourdissante. Et, il faut bien le dire, que le propos soit un peu court. 

Reste que la foule des spectateurs est ravie. Pour beaucoup d’entre eux, c’est la seule sortie théâtrale de l’année. Ils seront là, à n’en pas douter, l’année prochaine.


CÉSAR RITZ PALACE La folle histoire du roi de l'hôtellerie. Le Bouveret, à 20h30.
Dates encore disponibles: jeudi 3 août, vendredi 4 août, samedi 5 août, lundi 7 août, jeudi 10 août, vendredi 11 août, samedi 12 août, jeudi 17 août et vendredi 18 août. Réservations ici


L'extrait vidéo




Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous pour quelques francs à Bon pour la tête, média indocile et indépendant.

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR