Média indocile – nouvelle formule

A vif


PARTAGER

Oui, les non vaccinés sont bannis de la vie sociale tels des pestiférés. Et de plus s’il leur prend l’envie de passer les frontières, il est prévu de leur compliquer le plus possible et de renchérir drastiquement leur voyage (trois tests!). Quoique l’on pense du vaccin, comment ne pas voir dans quel engrenage liberticide nous sommes engagés?



Que les piqûres de Pfizer, Moderna & co limitent les dégâts, c’est établi. Mais il est non moins évident − voir l’expérience d’Israël et d’autres pays, voir les avis de spécialistes nullement complotistes − qu’elles n’empêchent pas forcément la transmission. Elles ne permettent nullement, comme espéré, «d’en finir avec le virus». Dès lors le passe sanitaire imposé pour l’accès aux restos, cinés, musées, etc. n’est… qu’un tour de passe-passe. D’autant plus paradoxal qu’il permet, passée l’entrée sous contrôle, d’enlever les masques et de ne plus garder les distances. Encore heureux que la méchante particule ait le bon goût de ne pas se glisser dans la foule des grands magasins et la bousculade des transports publics. A en croire l’OFSP, qui là s’alarme moins. Vertueuses distinctions…Aller au travail et consommer, oui, c’est sans freins, mais se distraire, non. Et partir en vacances, pire encore. 

On peut «croire» ou «ne pas croire» au vaccin. C’est un débat sans fin. Même si la majorité de la population paraît acquise à cette mesure. Reste qu’un tiers des adultes, grosso modo, n’a pas fait le pas. Les traiter de tous les noms ne les convainc pas et les blesse. D’une blessure qui ne guérira pas de si tôt et provoque déjà des réactions de toutes sortes, aux plans familial, social et politique. 

Au-delà de la polémique entre pro et anti-vax

La question, cette semaine, n’est pas là. Laissons au vestiaire la polémique entre pro et anti-vax. La généralisation du passe sanitaire pose d’autres problèmes qui ont de quoi préoccuper aussi bien les vaccinés que les réfractaires. 

Le président de Gastrosuisse se fait insulter parce qu’il n’a pas encore tendu son bras à la seringue. Ce représentant des restaurateurs est indigné parce qu’il prévoit une baisse des chiffres d’affaires. Légitime inquiétude. Mais il en est une bien plus large, bien plus profonde. A quoi ressemble un monde où il faut exhiber son téléphone et une carte d’identité pour aller boire un café ou un coup à la pinte du coin? Si l’on songe qu’en outre les bistrots trop coulants pourront être carrément fermés, on imagine la valse des contrôles policiers… et des délations. Le ton est donné: «Et le patron, lui, prouvera-t-il qu’il est vacciné?», demandent déjà des internautes. En fait, tous les employeurs devront surveiller jour après jour l’état sanitaire de leurs salariés qui feront bien de se montrer dociles. Tout comme les étudiants à la porte de la plupart des auditoires. 

L’obsession d’une maladie qui chez nous provoque très peu de décès nous rend fous. Mais il faut éviter la surcharge des hôpitaux, nous répète-t-on à longueur de journées. Fort bien, mais pourquoi dès lors plusieurs centaines de lits de soins intensifs ont-ils été fermés depuis le printemps dernier? Et les cliniques privées qui se sont dit prêtes à prendre le relais au tarif de base, on n’en parle plus? Leur personnel ne se dit pas «à bout» comme dans les établissements publics. Pourquoi des programmes intensifs de formation n’ont-ils pas été mis en place pour suppléer aux démissionnaires? Pourquoi les salaires de ces personnes dévouées n’ont-ils pas été drastiquement augmentés?

Cette prétendue surcharge est inquiétante. Au-delà de la crise actuelle. Qu’arriverait-il en cas de catastrophe, sanitaire, nucléaire ou naturelle, en cas d’hospitalisations par milliers et non par centaines? Et dire que de vastes hôpitaux militaires inutilisables prennent la poussière dans les sous-sols…

Tous les pays n'imposent pas le passe sanitaire

Deux autres arguments devraient faire mouche. D’abord, les autres pays imposent aussi le passe sanitaire. Oui, mais pas tous. Le Danemark et la Hollande, plusieurs régions d’Espagne, la Pologne, y renoncent et ne souffrent pas plus que nous. Et puis surgit la menace: sans cette mesure, nous devrons peut-être revenir aux confinements. Sauf que tous les Etats européens, y compris la zélée Allemagne, ont annoncé que cela est exclu des scénarios. D’autant plus que ces bouclages ravageurs n’ont guère fait la preuve de leur efficacité.

Mais dépassons les considérations pratiques. Calmons un instant les emportements et réfléchissons à la grande bascule de cette société qui, depuis dix-huit mois, accepte d’être sous contrôle. Où l’Etat dicte nos faits et gestes, nos décisions intimes, avec recours, au besoin, de la police. Où les individus sont classés entre «sages» d’une part, «suspects» d’autre part. Une «société à deux vitesses» comme l’a dit le conseiller fédéral Ueli Maurer, mis en minorité par ses collègues. 

Les enjeux à long terme

Les outils de surveillance sont multiples, nombre d’entre eux inventés et utilisés en Chine. Les Européens les adoptent sans états d’âme, sans trop réfléchir aux enjeux à long terme. Le passe sanitaire, quoiqu’on dise pour le justifier, appartient à cet arsenal fort diversifié. Il n’est pas près de disparaître. Mais pourrait être recyclé à d’autres fins, en cas d’indiscipline, de comportement jugé néfaste à la collectivité. Toujours pour notre bien évidemment… comme disent tous les gouvernements fliqueurs du monde. 

Quel philosophe, quel sage, quel homme ou quelle femme d’Etat d’envergure se lèvera pour dire «non, c’est assez, ce n’est pas ainsi que nous voulons vivre»?

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

33 Commentaires

@simone 10.09.2021 | 06h28

«Merci de votre article si réaliste et de votre courage. Puissiez-vous être lu, compris et suivi!
Suzette Sandoz»


@Loicguelat 10.09.2021 | 08h12

«Le seul article qui n'est pas dans la ligne du parti?.... De mon côté, je ne suis pas vacciné contre le coronavirus, je ne suis pas contre le fait de me vacciner, mais je n'aimerais pas être vacciné avec un vaccin à ARNm. Je n'ai aucune alternative alors que je ne suis pas contre la vaccination: à méditer. La Suisse a acheté des vaccins Astra Zeneca et Johnson pour le programme Covax, j'échangerais volontiers une dose Pfizer ou Moderna contre un Johnson ou Astra Zeneca, je pourrai à nouveau manger au restaurant comme ça ;)
Soit dit en passant Monsieur Pilet, j'apprécie tellement vos articles qui remettent l'églis au milieu du village!»


@Pingouin 10.09.2021 | 08h14

«

Liberté, magnifique poème de Paul Eluard. À lire et à relire. Première strophe : "Sur mes cahiers d’écolier Sur mon pupitre et les arbres Sur le sable sur la neige J’écris ton nom" Aujourd'hui, à l'Uni, les étudiants doivent présenter un passe pour l'étudier, cette liberté. " Mais... c'est pour ton bien ! — Ah bon !? "

»


@Christode 10.09.2021 | 09h05

«Oui, merci, on ne peut pas mieux le dire. Malheureusement, depuis 18 mois on s'emploie méticuleusement à faire taire les voix dissonantes, qui sont la plupart du temps pleines de bon sens, bon sens qui semble absent des réflexions de notre Conseil fédéral.
Et puis je crains qu'à force de mensonge et de propagande - la fabrique du consentement - une part importante de la population de notre pays est maintenant acquise au certificat sanitaire; pour revenir à plus de libertés!»


@QQla praline 10.09.2021 | 09h20

«Pourquoi personne n’évoque-t’y-il la loi sur les épidémies de 2012 acceptée par le peuple qui donne tout ces pleins pouvoirs au gouvernement. La perte de nos droits fondamentaux y est inscrite.
Nous nous battons donc contre des moulins. »


@about 10.09.2021 | 09h40

«Merci …»


@janoux 10.09.2021 | 11h01

«Un immense merci à Jacques Pilet pour son article éclairé et éclairant. »


@Pipo 10.09.2021 | 11h42

«On ne peut qu’être d’accord , si l’on n’est pas borné et quelque peu lucide, avec cet excellente article qui fait une observation et analyse critique de la triste situation dans laquelle nous nous trouvons depuis une année et demi et qui va probablement durer.
Dr Pierre Flouck, médecin retraité »


@michade 10.09.2021 | 13h16

«merci pour cet excellent article. ça me manque de lire des prises de positions qui tentent d'être équilibrées. Tellement souvent on tombe tellement vite dans les "pro" ou les "anti" que l'envie (et la possibilité) de réfléchir est comme anesthésiée. Votre article fait du bien!»


@mleine 10.09.2021 | 13h48

«Oui, merci de ne pas vous décourager à soulever la chape de silence qu'on veut nous imposer.
Ce qui se passe me fait penser à ce que j'ai pu lire sur les dictatures... la seule différence, c'est que pour l'instant ils n'envoient pas l'armée pour arrêter les non-vacciné·es et les enfermer dans un stade avant de les faire passer devant un peloton d'exécution [cela ne m'étonnerait que certain·es en rêvent].
Pas vacciné·es, nous n'irons mangé au restaurant que tant que la météo le permettra. Pour le reste nous renonçons à toutes les invitations (car elle implique toujours un passe sanitaire) que ce soit à une assemblée ou à un groupe de travail... on ne parle pas des manifestations culturelles.
Il nous reste la nature... pour l'instant, ils n'ont pas encore trouvé le moyen de nous imposer le passe à l'entrée des forêts
Oui, ma crainte est aussi qu'on ait certain·es d'entre nous à l'usure... »


@Chriscriss 10.09.2021 | 16h33

«Un des seuls hommes d'Etat qui se dressent actuellement contre ces mesures est Ueli Maurer! Même s'il s'agit de l'aile agrarienne et non blochérienne de l'UDC, cela rend perplexe ma petite personne qui a savouré ce courageux article coup-de-fouet (merci!) et se sent de moins en moins proche des autres partis, dont certains membres sont carrément pour la vaccination obligatoire... Je me demande combien nous sommes à nous poser des questions depuis 18 mois (silencieusement, car las de nous faire agresser par des donneurs de leçons à pensée unique), sans forcément nous reconnaître dans les extrêmes politiques, ni adhérer aux thèses tout aussi univoques de ceux qu'on qualifie de complotistes, 10%, 30%? Peut-être que la pétition anti-pass qui circule actuellement en Suisse - et à déjà réuni plus de 130'000 signatures en 48 heures - nous le dira...
Christine Ley»


@Capt_Salomo 10.09.2021 | 19h47

«Le but est l'identité digital à niveau mondial selon le guide de l'OMS du 27.8.2021 financé par Gates et Rockefeller. Présenté le week end passé à Rome, où les ministres de la santé du G20 se sont réunis. Berset a été invité. Naturellement les grands acteurs étaient présents ! World Bank, OMS. ONU, Fondations Ford et Rockefeller, Big Pharma.....
Donc Berset a reçu les nouvelles directives afin que le projet de l'ONU ID2020 de 2015 se finalise. L' Amérique du Sud est aussi à l'oeuvre ! Si notre exécutif et notre législatif n'est pas capable ou ne veut pas dire NON, c'est au peuple de le faire ! Coup d'ETAT et remettre l'église au milieu du village»


@Pipo 10.09.2021 | 20h46

«Complément à mon commentaire précédent à propos de votre excellent article. J'aimerai relever l'hypocrisie, la malhonnêteté et l'incohérence du passeport covid. En effet les vaccinés, certes protégés des formes graves, peuvent transmettre le virus aux non vaccinés qui sont eux obligés de prouver par un test qu'ils ne le sont pas. La propagation du virus ne sera donc en rien diminuée .
Cette mesure est donc bien une obligation vaccinale qui ne dit pas son nom et n'a aucune justification médicale, en rendant la vie impossible aux non vaccinés , surtout les jeunes
, pour lesquels la vaccination ne se justifie pas, hormis quelques exceptions.
Le vaccin est absolument justifié pour les personnes à risque en diminuant la sévérité et la mortalité de l'infection, diminuant ainsi l'éventuelle surcharge hospitalière, mais il est illusoire de penser qu'il puisse mettre fin à la pandémie comme le prétendent les experts officiels ( ce que contestent nombres d'autres scientifiques sérieux "dissidents") en prenant la vaccination de masse.
Dr P.Flouck, médecin retraité»


@nanac 10.09.2021 | 21h31

«La réponse à la question posée en conclusion de cet excellent article est évidente: il n'y a pas en Suisse de philosophe, ni de sage, et encore moins d'homme ou de femme d'Etat d'envergure capable de prendre la tête d'un mouvement de protestation. Ou faut-il fonder nos espoirs sur Ueli Maurer, seul esprit indépendant du Conseil Fédéral? De toutes façons, les Suisses n'aiment pas les têtes qui dépassent et les fortes personnalités qui leur disent la vérité. Restent quelques mouvements qui pourraient prendre de l'ampleur comme celui qui a lancé la pétition contre le passe sanitaire - l'Association pour la défense des droits fondamentaux des humains et de la protection des données médicales et privées (ADEPSM) ou encore les Amis de la Constitution. Jean-Marc Bovy»


@Sauterelle 10.09.2021 | 22h31

«Merci, Monsieur Pilet pour la clareté de vos propos et votre courage. Vous lire fortifie ma liberté de penser et me donne confiance en notre commune humanité qui ne se laissera pas écraser pas ces tentatives totalitaires.
Sauterelle»


@Maryvon 10.09.2021 | 22h36

«Merci Monsieur Pilet de nous avoir rédigé un article de cette qualité et bravo pour votre courage. Le plus triste en effet, c'est de constater à quel point notre société est divisée. Malheureusement, il nous faudra à toutes et tous très longtemps pour retrouver un semblant de sérénité et de confiance. Fallait-il en arriver là ?
Chantal »


@chris-1024 11.09.2021 | 00h26

«Merci !»


@Marianne W. 11.09.2021 | 02h16

«"Non c'est assez, ce n'est pas ainsi que nous voulons vivre" ! C'est ce que je me dis aussi, moi qui ai près de 80 ans, qui suis "à risque" comme on dit, et donc vaccinée, et qui ne pouvais plus aller dans des lieux trop dangereux pour des gens comme moi, surtout depuis l'arrivée du variant DELTA: restaurants, cafés.... lieux que j'affectionne mais où je ne pouvais plus aller tant que je ne pouvais pas compter sur un environnement relativement peu contaminant...
Vous n'en parlez pas dans votre article, Jacques Pilet, de ces pestiférés-là ! Bon, ils ne disent pas grand'chose, car leurs voix sont couvertes par celles des "anti-vaccins" ou "anti-certificat covid". Mais ils regrettent tout de même - comme vous - le temps où le covid n'était pas là.
C'est le covid qui est la cause du désordre que nous vivons, ne l'oubliez pas. Et ce ne sont ni les philosophes, sages ou hommes ou femmes d'Etat qui pourront nous en défaire. »


@Smilex 11.09.2021 | 05h26

«L’identité internationale par moyen d’un certificat “covid” ou autre est un projet des billionaires du World Economic Forum, forum d’une élite essentiellement banqueroute. Nous avons deja un passport et une identité, il nous en faut pas encore une autre! L’idee de contrôler l’access des citoyens à emploi, divertissement, services de santé, voyage est ancien comme l’autoritarisme - c’est bien l’essentiel pour supprimer toute opposition. Si l’on demande le peuple Suisse, le conseil fédéral n’a aucun mandat d’introduire ce type de mesure. Quand on pose la question aux politiciens , ils ne savent pas justifier même la plus simple de leur mesures octroyées (le masque). Leur communication est plein de mensonges. Il faut se l’avouer: l’exécutif Suisse est occupé par des aventuriers avec tendances fascistes, incompétents en matière de santé, et il semble dédié de créer le plus de dommage possible! C’est le Pfizer-Rat maintenant, la section exécutive régionale des multinationales. Envie de payer et participer à des études cliniques? Non? Le conseil général vous punis pour ce type d’insolence.»


@Zabou 21 11.09.2021 | 15h59

«Merci Monsieur Pilet et respect !
Comme vous le dites j'ai le sentiment que ce passe sanitaire n'est qu'un instrument de plus dans le plan de surveillance généralisée qui se met en place. Liberté ou sécurité : nous devrons choisir ?
Ainsi nous n'avons aucune idée du nombre de personnes qui ont développés des anticorps naturels lors de l'infection primaire, je fais partie des nombreuses personnes infectées dont les anticorps sont encore très haut 18 mois plus tard....et me retrouve dans un no man's land car ce passe n'est délivré qu'aux "guéris" de moins de six mois...Le CF préfère payer des test PCR ( ) ...ne serrait-il pas important de proposer des tests sérologiques ( ) afin d'avoir une idée de l'immunité naturelle ?
De plus toutes les statistiques sont faussées concernant le nombre de cas positifs actuels, car les vaccinés ne se testent plus, quand bien même ils peuvent s'infecter et transmettre le virus ( c'est maintenant établi)...Nous verrons si dans quelques semaines la situation en Suisse ne sera pas la même qu'en Israël ? Hélas une fois qu'une directive est établie il est rare d'avoir un retour en arrière...
Vos questionnements sur le système hospitalier sont tout à fait légitime...la santé devrait devenir un bien public dans lequel nous devrions tous investir, mais en place de cela on continue d'exiger de ce système qu'il soit rentable ...
Depuis des années, le système de "santé" est très sérieusement malade, comme le dites, et en plus ses déviances, pourtant très graves, comme la double facturation, la surfacturation, etc. - sont connues, documentées, répertoriées, chiffrées. Certains ont tirés la sonnette d'alarme sans être entendu...

Alors la récente "découverte" par le Contrôle fédéral des finances des corruptions du système n'est-elle pas une mise en scène obscène, et d'autant plus indécente qu'aucune correction n'est jamais apportée, l'ensemble des prestataires se goinfrant de ce gâteau qui grossit chaque année ?
Pire encore : le "boulevard du crime" reste tout grand ouvert, puisque les tromperies sont avérées, le hold-up des citoyens-assurés-contribuables est consacré, mais " Le Ministère public de la Confédération n’enquêtera pas sur les hôpitaux, médecins et assureurs qui chargent trop les factures (...) pour des prestations inutiles, comptées à double, voire imaginaires"
(24H, 27.08.21)
Ne serait'il pas venu le temps de créer une task force citoyenne ? Bien à vous.»


@hermes 11.09.2021 | 16h37

«Je partage très généralement les avis exprimés par M. Pilet mais ici je désapprouve une approche qui n'est pas aussi équilibrée que certains commentaires le laissent penser. D'abord on s'épanche sur la liberté brimée des anti-vax et anti-pass sans rappeler que leur liberté s'arrête là où commence celle des vaccinés. Il est tout de même logique que ces derniers veuillent se protéger d'une circulation galopante du virus, ce que permet le pass sanitaire. Il faut être de mauvaise foi pour ne pas comprendre que la portabilité du virus est beaucoup plus grande -estimée à 8-10 fois plus- chez les non-vaccinés que chez les vaccinés. Donc le pass sanitaire freine bel et bien la circulation du virus. Pas plus l'état que les individus n'ont de liberté absolue. Ce pass sanitaire devra disparaître une fois freinée la circulation du virus par une augmentation de la vaccination qui devrait réduire le nombre de patients Covid qui freinent la prise en charge de patients souffrant d'autres pathologies. Dernier point: le vrai scandale est d'utiliser la crise sanitaire à des fins politiques ou idéologiques.»


@Persil 11.09.2021 | 18h37

«Ah mais quel bien ça fait de lire mes pensées! MERCI! Persil»


@Guenny 11.09.2021 | 18h56

«Merci pour cet article clair et précis. »


@moncoach 12.09.2021 | 14h02

«Excellent article, merci pour cette prise de position courageuse.
Quelques remarques qu'il m'inspire:
"Les piqûres limitent les dégâts, c'est indéniable". Oui c'est vrai si l'on parle du nombre de malades du Covid. Mais sait-on vraiment si les piqûres ne causent pas de dégâts plus graves encore? Les effets secondaires sont tus et minimisés, les effets à moyen ou long terme sont hypothétiques.
Pass sanitaire pour les restos et lieux de loisirs, mais pas pour l'économie et les transports: serait-ce pour ne plus avoir à verser d'énormes compensations financières?
Si la préoccupation réelle de nos gouvernants était la santé publique, les médicaments à coût modeste n'auraient pas été dénigrés puis rendus indisponibles, les capacités de lits des hôpitaux n'auraient pas été réduites, les confinements et les masques n'auraient pas été imposés, dès lors que l'on sait qu'en termes de santé globale ils ont causé beaucoup de dégâts.»


@vladm 13.09.2021 | 08h50

«Il aurait fallu remettre L’Eglise au milieu de … la Suisse.
Le pass a été introduit parce que seulement la moitié des suisses étaient vaccinés, et que les infections repartent dramatiquement à la hausse.
On arrive à la situation paradoxale et liberticide que ceux qui sont vaccinés, et par là même pris un risque, extrêmement faible je crois, et assumés une responsabilité sociétale pour sortir de cette crise, sont « punis » comme les autres, pas de spectacle, pas de sport, etc.
A mon avis, il n’y a que deux chemins crédibles :
- soit celui de la médecine : vaccins, pass sanitaire, protéger les hôpitaux et l’effet tout à fait détestable et la perte de certaines libertés, qu’il faudra veiller à récupérer lorsque ceci sera fini (peut-être jamais) ;
- soit celui de la liberté absolue, mais il faut être conséquent, préparons nos mouchoirs, fabriquons des cercueils et creusons des trous pour les accueillir.
Il est clair que le monde a choisi le premier, difficile maintenant de changer.
Les pays qui lèvent les restrictions (Danemark, Angleterre, etc.) ont des taux de couverture vaccinale qui permettent de ne pas avoir besoin de solutions par la bande pour y arriver.
N’oublions pas que nous allons forcément atteindre le taux de couverture qui limitera la propagation du virus, soit 80% au moins de personnes avec des anticorps. Ce sera soit le vaccin, soit ceux qui les auront développés suite à la maladie, et là, on en aura perdu quelques uns sur la route.
Par contre, plus le temps passe avant d’y être, plus le risque de voir quelque part le virus profiter pour muter et revenir plus dangereux, voire débordant les vaccins actuels.
Liberté de tous ou de chacun, dilemme certainement inconciliable !»


@Watson 13.09.2021 | 10h31

«Comment continuer à se sentir appartenir à une société qui demande à une partie de ses membres d'abjurer ses convictions les plus profondes (de se faire vacciner contre sa volonté), sous peine d'exclusion : (a) des lieux de savoir (bibliothèque,s, universités, hautes écoles, musées), (b) des lieux de culture (théâtre, cinéma) et (c) des lieux de socialisation (cafés, restaurants), tout en laissant croire que chacun à la liberté de choix ?
Dans notre pays, les convictions religieuses quelles qu'elles soient sont respectées depuis des lustres :
On ne demande heureusement pas(plus) aux musulmans d'avaler l’Ostie consacrée, ni aux juifs d'assister à la messe.
Pourquoi demande-t-on alors aujourd'hui à tout un chacun d'engager physiquement sa personne dans cette grande célébration sanitariste. Pour éviter de voir que la pensée unique prônée sur le front du covid n'est pas partagée de tous ?
Que les motifs invoqués et la peur de l'Autre soient d'ordre sanitaires plutôt que religieux n'enlève rien à la violence qui s'exerce aujourd'hui sur les consciences.
Car aujourd'hui ce qui peut nous faire craindre le pire à l'avenir, en dehors d'une dérive sociale vers le tout-contrôle, c'est la fin de la liberté de conscience.
La question n'est alors pas de savoir si l'on adhère ou pas aux raisons qui poussent les non-vaccinés à ne pas se faire vacciner, mais juste de les respecter ! Et donc que l'on ne mette pas dans la balance leurs convictions profondes et une quasi-mort sociale. Sans quoi, il ne nous restera plus qu'à porter le deuil de la liberté de conscience dans notre pays.»


@Mad67 13.09.2021 | 14h27

«Comme ça fait du bien d'entendre -enfin- des propos emplis de bons sens, merci.
Le "passeport sanitaire" pour aller boire un café, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase!
Sans parler du secret médical, disparu sans laisser de trace lui.»


@mapu 14.09.2021 | 18h10

«Liberté chérie, si précieuse pour tous... mais parfois,elle demande quelques sacrifices...
A lire tous les commentaires de lecteurs peut-être vaccinoceptiques, nos élus auraient du se contenter de laisser vivre le virus, sans frein, et de regarder disparaître les plus fragiles de nos concitoyens...
Le prix à payer n'est pas le même pour tous, et beaucoup d'entre-nous ont l'habitude du tout, tout de suite, et zut pour les autres.! J'espérais un autre monde. Utopie. Mapu»


@Lorraine 14.09.2021 | 18h36

«Oh merci enfin un journaliste sense et ou qui n a point peur d afficher son opinion! Car certains leaders d opinion en qui nous avions confiance autrefois ont pactise...
Ça me remonte le moral!»


@colette Hein Vinard 15.09.2021 | 15h29

«Quel bonheur de vous lire, cher Monsieur! moi qui désespérais de nos journalistes, peu capables de transmettre autre chose que la sacro-sainte pensée unique fédérale. Mais peut-être est-ce l'apanage d'un retraité de pouvoir s'exprimer librement. Vos jeunes collègues risquent-ils de perdre leur emploi s'ils se permettent d'émettre un doute sur la valeur des mesures imposées, ou sur celle de la vaccination ? Depuis le début de la pandémie, j'ai pris des distances avec les "nouvelles" qui n'en étaient pas car elles répétaient quotidiennement le même laïus. Aucun débat contradictoire : ça m'a vraiment paru suspect.
Pire encore que ces mesures coercitives envers les non-vaccinés, c'est la chasse aux sorcières dont sont victimes les médecins qui ne recommandent pas la vaccination. A Berne, selon un article de 24Heures, le service de la santé se permet d'espionner les réseaux sociaux pour repérer des médecins dissidents... qui , sous enquête disciplinaire, risquent jusqu'à Frs 20'000.- d'amende, voire la privation du droit d'exercer leur profession! Xi Jin Ping n'est pas loin... »


@roger salengro 15.09.2021 | 16h33

«Bravo à Monsieur Pilet et ses thuriféraires qui dénoncent avec énergie cette dictature sanitaire s’installant peu à peu dans notre pays. Je leur suggère d’autres luttes tout aussi légitimes pour préserver nos libertés:
Pour quelles raisons les conducteurs de plus 75 ans doivent-ils se soumettre à une visite médicale tous les deux ans et en communiquer les résultats à l’administration? Intrusion intolérable dans leur sphère privée! Je fais partie de cette catégorie de citoyens. Bon, j’ai un risque élevé d’AVC, j’ai tendance à somnoler au volant et les panneaux de signalisation me semblent totalement abscons, mais ce n’est pas grave, car j’aime bien conduire.
Au restaurant j’apprécie beaucoup boire quelques verres de vin et je dépasse souvent le 0.5 d’alcoolémie légale. Et là encore inacceptable répression, on m’impose le retour en taxi et je ne comprends vraiment pas pourquoi.
En été, en période de sécheresse, mon plus grand plaisir consiste à faire des grillades en forêt et voilà que l’Etat me l’interdit. Scandaleux!
Etc., etc. les justes combats pour une vraie liberté ne manquent pas.

Trêve de plaisanteries! J’ai peine à comprendre que d’éminents intellectuels romands se joignant à la complosphère la plus obscurantiste n’arrivent pas à entendre qu’une situation exceptionnelle implique parfois un resserrement temporaire de nos libertés individuelles. Dans le cas particulier de la Covid-19, il semble normal que nos autorités veuillent éviter que des bombes virales humaines - réticentes à la vaccination pour des raisons relevant plus de la magie noire que de l’esprit cartésien - puissent se balader librement dans l’espace public. À ma connaissance, jamais dans notre démocratie, à bien des égards, exemplaire n’a prolongé inutilement des mesures coercitives. Du fait de mon grand âge, j’ai connu la Seconde Guerre mondiale durant laquelle la liberté de la presse était écornée et de nombreuses normes régentaient, par nécessité, la vie du citoyen. Or, dès 1948, toutes ces restrictions ont été levées alors même que le Conseil Fédéral de l’époque comprenait des membres éprouvant quelques sympathies et admiration pour les régimes forts, par exemple, l’Espagne de Franco, l’Afrique du Sud de l’Apartheid, le Portugal de Salazar, ce qui n’est heureusement plus le cas de nos jours.
Monsieur Pilet, contrairement à vos laudateurs les plus assidus, je ne vois pas où se trouve le courage à hurler à la dictature en flattant une minorité de plus en plus agissante et parfois violente dans un pays où la liberté d’expression est garantie. En vous lisant, les journalistes nord-coréens doivent nous plaindre de vivre de dans un tel pays!
BPLT, vous avez flirté en automne 2020 avec le complotisme le plus sombre en faisant l’apologie de films tels que « Hold Up » et « Mal traités» probablement sous l’impulsion d’une de vos contributrices de l’époque. Celle-ci a d’ailleurs créé, depuis lors, un média spécialisé où les amateurs de conspirations mondiales et d’ésotérisme pourront se régaler!
Mais BPLT reprenez-vous! En fidèle héritier de l’Hebdo, demeurez le pourfendeur du nationalisme borné et l’ardent défenseur de l’ouverture éclairée au monde. Dispensez-vous de participer à la paranoïa liberticide de quelques polymathes romands dont certains - oh étrange paradoxe - refusent eux, par de savantes arguties juridiques, le « Mariage pour tous », droit pourtant légitime des communautés homosexuelles, aspiration qui en plus n’empiète en rien sur les droits des autres communautés.»


@Roger R. 15.09.2021 | 21h40

«Merci Monsieur Jacques Pilet pour vos propos bienveillants et réfléchis. Pour mieux comprendre la psychologie des foules qui animent celles et ceux qui stigmatisent les non-vaccinés il convient de lire l’excellent ouvrage de George Orwell, «la ferme des animaux ».»


@JLK 17.09.2021 | 21h49

«Vaccinez-vous contre la docilité en vous abonnant à Bon Pour La Tête ! Conseil d'un vacciné cardiopathe et accompagnant de cancéreuse qui s'attend à ce que, demain, l'Hôpital lui réclame un certificat de bonne moeurs pour s'y faire soigner...»


À lire aussi