keyboard_arrow_left Retour
Vos lettres à Bon pour la tête

Allô maman bobo…

L ’hospitalisation d’un enfant est une véritable épreuve émotionnelle et physique. A Genève, elle se double d’un stress professionnel majeur. Trois jours. C’est le nombre maximal de jours de congé que la loi octroie à un.e employé.e pour s’occuper de son enfant tombé malade. Passé ce délai de grâce et lorsque la maladie s’installe, c’est «débrouillez-vous»… et souvent patatra catastrophe, la bérézina. De deux choses l’une: soit nos législateurs font fi des besoins qu’ont les enfants malades d’avoir un parent à leur côté, soit ils comptent sur l’un des parents pour mettre son emploi en péril.

Mon fils est hospitalisé depuis quelques jours et ça risque de durer. J’aimerais pouvoir me concentrer sur ce qu’il ressent, lui changer les idées comme je le peux, être là avec lui, tout simplement. Il a 8 ans et ne comprend pas pourquoi il doit passer du temps entre ces murs blancs. J’alterne les mots rassurants chuchotés à son oreille avec les courriels professionnels, mon ordinateur portable coincé sur mes genoux. Je multi-tâche comme d’habitude, essaie d’être ici en même temps que là-bas – sauf que plus que jamais, je me sens telle une funambule qui flirte avec le vide. 

«...ah, parce que vous travaillez?» demande une blouse blanche qui me surprend à coordonner les ultrasons de mon rejeton avec mes réunions d’évaluation. 

Je respire profondément et essaie de passer outre cette grossière conjecture genrée. Et je me renseigne. Comment font les parents des autres petits patients pour concilier engagement humain et obligations professionnelles? 

Première constatation: c’est la mère qui passe le plus de temps auprès de son enfant hospitalisé. Serait-ce vraiment possible que les pères se sentent moins concernés par ce rôle de soignant pour l’âme, reflets d’une société qui peine à leur reconnaître un potentiel parental aussi important que celui des mères? Les esprits pragmatiques (et un peu simplistes, soyons clairs) répondront que les femmes suisses étant les championnes du monde du travail à temps partiel, il serait plus aisé, pour elles, de passer du temps avec leur rejeton. Je continue mon investigation. 

Deuxième constatation: passée la barre fatidique des trois jours, nombre de mères (encore elles…) se mettent en arrêt maladie. Cet arrêt est bien souvent justifié; la charge psychologique et physique étant telle que beaucoup finissent par craquer. Cela étant, il n’y a pas toujours «maladie», ces mères étant, en fait, des modèles de résilience (elles craqueront plus tard mais ça, c’est une autre histoire). Toujours est-il – les mères n’ont souvent pas d’autre choix que de se déclarer «malade» pour assurer une présence auprès de leur enfant. Leurs employeurs ne leur accordent pas la flexibilité nécessaire pour concilier leurs obligations familiales et professionnelles, ou lesdites mères ne peuvent pas se permettre une baisse de salaire en réduisant leur temps de travail, souffrant déjà de (trop) bas revenus. 

Et puis il y a les mères qui perdent – ou n’ont d’autre choix que de quitter – leur travail, la maladie de l’enfant s’installant, s’aggravant. En effet et contrairement aux pays voisins, la Suisse n’accorde pas de congé aux parents dans cette situation, ne les protège pas du spectre du licenciement. Elle n’octroie pas non plus d’allocation mensuelle de soutien. Ici en Suisse, on s'en remet donc totalement à l’ingéniosité du citoyen… ou plutôt, de la citoyenne. Résultat: en cas de maladie d’un enfant, ce sont les femmes qui, bien souvent, doivent combler les trous de notre politique sociale. Les femmes qui mettent entre parenthèses leur vie professionnelle. Les femmes, encore, qui glissent dangereusement sur la pente de la pauvreté. Cette constatation me donne le bourdon puis, très vite, une folle envie de secouer les puces à nos hommes politiques. 

J’observe mon fils qui, enfin, a réussi à s’endormir, et me prends à rêver. Je rêve d’une Suisse qui ferait concorder valeurs affichées, cadre légal et pratiques sociétales. Qui ferait inscrire dans la loi un congé digne de ce nom pour les parents qui passent par l’épreuve d’une maladie de leur enfant. Une Suisse qui attendrait des employeurs qu’ils accordent des adaptations contractuelles aux parents lorsque, malheureusement, la maladie dure trop longtemps. Mais surtout, je rêve d’une Suisse qui reconnaîtrait et favoriserait l’engagement de tous – mères et pères, fils et filles – auprès de tout membre de leur famille dans le besoin. Je rêve d’une Suisse qui donnerait à toutes et à tous les moyens de vivre pleinement leur humanité. 

«…quels jours devez-vous travailler, et quels jours pas ?» me demande une autre blouse blanche, consciente de la professionnelle qui se cache derrière la maman. 

Il y a du progrès – mais le chemin sera long. 

Céline Yvon, Genève

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

6 Commentaires

@camomille 13.06.2018 | 17h05

«C'est juste une remarque sur un article lu quelque part dans ce numéro reçu de bplt. J'ai lu "diarrhée verbale". Ça s'appelle une logorrhée... »


@Paps 14.06.2018 | 08h34

«Chère Céline
Avoir un enfant c'est prendre une responsabilité. Avoir un enfant malade c'est une épreuve initiatique.
Savoir si la société a la responsabilité d'adoucir les épreuves individuelles afin que les parents ne doivent pas faire de concessions ou n'aient pas à subir les effets secondaires de leurs épreuves est une question bien difficile. Et je vous rejoins avec compassion dans vos rêves . Patsy»


@michelel 14.06.2018 | 21h25

«Magnifique témoignage, sincère et vrai. Un rappel que le statut de parent dans une société ego-centrée est trop souvent jugé : soit, on s'occupe trop de ses enfants, soit, pas assez. Céline parle avec le coeur pour un partage équitable de la plus grande responsabilité qui soit dans la vie.»


@dagado 17.06.2018 | 07h41

«...»


@dagado 17.06.2018 | 07h55

«Ce sujet donne la mesure extrême du prix que paient les mères en lien avec le choix fait en couple au moment de la naissance du premier (ou/et les suivants) : une inégalité dans le couple dans la prise en charge parentale.
Le marché du travail des pères au boulot à 100% est malheureusement une norme qui n'est pas prêt à laisser place à plus de partage des responsabilités tout comme des joies parentales.
Le sort tenté de "Nein - trop cher" que le Conseil fédéral a récemment réservé au congé paternité (pourtant un seul petit mois !) laisse présager qu'il faudra probablement une génération de mamans-jongleuses en plus ..... en attendant que les papas soient d'accord de sortir du rôle auquel la société actuelle les assigne.......»


@Sev 17.06.2018 | 23h38

«Merci pour ce joli article ! Oui, il faut y croire, cela prendra du temps, la Suisse a beaucoup de retard sur ses voisins, mais nous y arriverons, au congé paternité, aux temps partiels chez les hommes aussi, à la valorisation et l'encouragement à la combinaison travail/famille chez femmes ET hommes ! »


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Florence Perret, Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR