Média indocile – nouvelle formule

Culture

Culture / Une ville sous la glace

Marie Céhère

1 septembre 2023

PARTAGER

«Une base secrète sous la glace: Camp Century, la guerre froide au Groenland», Peter Bardehle, sur arte.tv jusqu’au 22 septembre 2023, 53 minutes.



A mi-chemin entre Washington et Moscou: le Groenland. C’est là, sous la calotte glaciaire, qu’en 1959 les Etats-Unis décident de construire une ville souterraine, et d'y poster des missiles nucléaires. Nous sommes en pleine guerre froide. Les récents succès de l’URSS dans la course à l’espace font enrager les Américains. Durant des mois, des soldats creusent la glace, avec des engins de fabrication suisse éprouvés sur les cols alpins. La ville, Camp Century, prend forme. Elle peut abriter au total 200 personnes, et on annonce à grands renforts de propagande militaire qu’il s’agit d’un début, qu’en cas de danger, toute la population pourra bientôt aspirer à se réfugier sous terre ou sous banquise. Camp Century est alimenté en électricité grâce à un réacteur nucléaire, transporté et monté sur place. On dort là-bas tout près des combustibles, on les manipule presque sans protection... Et les ambitions sont immenses: les Américains conçoivent le projet Iceworm, des centaines de kilomètres de tunnels et de voies ferrées sous la glace pour faire aller et venir des missiles nucléaires. Ce projet ne verra pas le jour. Après le retrait des missiles soviétiques de Cuba, Camp Century est progressivement abandonné. L’armée emporte le réacteur, laisse tout le reste sur place, à une profondeur de 30 à 70 mètres. Seulement, 60 ans plus tard, la fonte de la calotte glaciaire pourrait ramener Camp Century à la surface, avec ses secrets et surtout ses déchets radioactifs, ses résidus toxiques, et des centaines de litres de fioul qui risquent, avant la fin du siècle, de se déverser dans l’océan. Ce documentaire se termine sur l’indignation des autorités du Groenland devant le silence du Danemark sur ce sujet: qui a autorisé cette installation? Qui n'a pas exigé que le site soit nettoyé? Le projet Iceworm, lui, est toujours classé secret-défense.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

0 Commentaire