keyboard_arrow_left Retour
RAS-LE-BOL

Les voyous

Quand on aime, on ne compte pas. Et si vous aimez votre banque, ne lisez pas la suite, histoire de garder votre amour pur et intact. Car nombre de ceux qui dirigent les banques, sont menteurs, tricheurs, voleurs et escrocs. Bref, des voyous.  

J'exagère? Mouais, à peine… Certes, elles ne sont pas toutes à mettre dans le même panier. N'empêche: entre 2009 et 2016 les principales banques européennes et américaines ont dû payer 321 milliards de dollars d'amendes. En moyenne donc 40 milliards par année.

Pour nous autres qui comptons en centaines, voire en milliers de francs, un milliard, ce n'est pas très parlant et 321 milliards encore moins. Alors un milliard, c'est quoi exactement?

Si vous comptez vite, disons à raison de 250 francs par minute, il vous faudra plus de 7 ans sans interruption, 24 heures sur 24, pour compter jusqu'à un milliard.

Votre ménage a un revenu annuel de 150'000 francs? Il faut cumuler le revenu de 167 ménages comme le vôtre pendant 40 ans pour arriver à 1 milliard et, distribuées aux habitants de la Suisse, ces 321 milliards d'amendes auraient permis de donner plus de 40'000 francs à chacun, enfants inclus…

Hop Suisse!

Si nos deux mini-géants (UBS et Credit Suisse) ne détiennent pas le record mondial de la plus grosse (c'est JPMorgan Chase avec une amende de 13 milliards de dollars), elles détiennent d'autres records. Ainsi, le Credit Suisse termine sur la plus haute marche du podium national avec une amende de 2,6 milliards pour avoir incité des contribuables US à échapper au fisc en ouvrant de comptes en Suisse. Hissons les drapeaux et chantons l'hymne national…

Credit Suisse s'est aussi tapé une amende de 536 millions pour avoir secrètement contourné un embargo bancaire envers l'Iran, falsifiant au passage des documents destinés à des banques américaines.

UBS fait pas mal non plus, cumulant des amendes pour un total de 3,630 milliards! Au menu: manipulation des taux de change, manipulation du taux interbancaire, évasion fiscale et tralali et tralala.

Et en Suisse, la Commission de la concurrence a trouvé un accord à l'amiable dans le cartel sur les produits dérivés en euros. Les sanctions ont totalisé 45,3 millions de francs. Deutsche Bank a bénéficié d'une remise pour avoir révélé l'entente. Génial, non? Tu triches, tu voles, tu escroques, puis tu dénonces tes petits camarades de jeu et hop, c'est tout bénéf!

Du côté des grandes banques d'ailleurs, on se marre tout autant: 2 milliards d'amendes pour la HSBC? C'est à peine l'équivalent d'un mois de bénéfice! Quant aux 24,5 milliards payés collectivement pas notamment Citigroup, Bank of America, Wells Fargo et JPMorgan Chase pour avoir vendu des actifs toxiques à leurs gogos de clients dans la joie et la bonne humeur, c'est du pipeau. A la limite, ils auraient pu verser 25 milliards et dire «gardez la monnaie»…

Et bien sûr, tout cela se passe à l'insu du plein gré des grands patrons et des membres des conseils d'administration de ces glorieux établissements, ce qui dénote soit une remarquable capacité au mensonge, soit une incompétence crasse. Heureusement, personne ne leur demande de choisir… Ni de nous raconter les magouilles pour lesquelles ils ne se sont pas fait attraper.

Ce qui m'amène à un triple constat:

1.    Volez pour quelques centaines de francs, vous risquez fort la prison. Escroquez pour des milliards, vous risquez fort un gros bonus.

2.    Si les dirigeants de ces établissements payent leurs amendes la bouche en cul de poule et des «regrets» plein la voix, ils rigolent intérieurement. Pourquoi? Parce que ce ne sont pas eux qui les paient ces amendes, mais leurs actionnaires. Donc vous et moi, à travers nos caisses de pension ou nos placements personnels. 

3.    Une fois élus, une majorité de nos «élus» se fiche éperdument de nous et de nos petites économies. Tout comme nos sept «sages», ils savent de quel côté la tartine est beurrée et croyez-moi, ce n'est pas du nôtre.

Et c'est ainsi que MM. Ermotti, Thiam, leurs prédécesseurs et leurs successeurs coulèrent, coulent et couleront des jours heureux. En leur nom, je vous dis merci et bonnes Fêtes de fin d'année!

Michael Wyler

Heureux retraité, Michael Wyler est un «ex». Ex avocat, ex directeur de feu le Groupe Swissair en Chine et ex dircom....

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR