keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Ainsi parlait Zaza

La planète des singes: mon voyage en enfer

L a plume qui caresse ou qui pique sans tabou, c’est celle d’Isabelle Falconnier, qui s’intéresse à tout ce qui vous intéresse. La vie, l’amour, la mort, les people, le menu de ce soir.

Pour ne pas mourir idiote, j’ai décidé d’aller voir l'un des trois blockbusters de saison. Vous savez: ces films qui ont coûté très cher, dont les médias parlent en boucle et que tout le monde est censé aller voir. J’avais donc le choix entre Dunkerque, Valérian et La planète des singes. J’ai tiré à la courte paille et c’est La planète des singes qui a gagné. Fantastique, j’ai pensé. Un nouveau monde s’ouvre à moi, à côté duquel j’étais totalement passée. De plus inspirée par un écrivain français, vous pensez.

Las.

En sortant des quasi 2h30 de projection, je n’avais qu’une seule envie: m’enfiler cinq Woody Allen à la suite. Les Woody Allen les plus hard: ceux où il parle tout le temps, soûlant ses interlocuteurs de concepts psycho-métaphysiques, enfilant les tirades verbeuses au point que l’on passe le film à hésiter entre l’étouffer ou l’étrangler pour le faire taire. C’est que mon envie se résumait d’un mot: du blabla par pitié! Du blabla au kilomètre! Tout sauf l'enfer que je venais de traverser et qui pourtant n'était pas celui des plages de Dunkerque! Moi qui étais allée voir le film en version originale, j’aurais tout aussi bien pu aller le voir en coréen ou en malgache. Voire en version film muet: La planète des singes, ce sont d’un côté des brutes soldatesques postnazies au vocabulaire de cinquante mots maximum ou les mêmes (atteints d’un méchant virus leur faisant perdre l’usage de la parole) lâchant des borborygmes désespérés, de l’autre à choix des singes qui parlent, c’est-à-dire qui ânonnent trente mots maximum, des singes qui parlent avec les mains, ou des singes qui ne parlent ni avec les mains, ni avec la bouche. Terrifiant. C’est dire: à côté, Rambo, c’est du Rohmer.

Bien sûr, les effets spéciaux sont super spéciaux, les clins d’œil à Apocalypse Now, Spartacus ou aux Dix commandements immanquables. Forcément, j’ai bien capté le message – il faut sauver l’humanité même lorsque les humains s’entretuent et qu’il n’y a plus que les singes pour se comporter en êtres humains. Mais Dieu que je me suis ennuyée! Un jour sans pain, un cervelas sans moutarde, une vie sans amour ne sont rien à comparer de la sidération qui m’a engluée sur mon siège de cinéma. Malgré la castagne à fond la caisse, les explosions, les tirs de mitraillettes, je n’ennuyais autant que Vladimir et Estragon attendant Godot.

Me voilà rassurée: je sais ce qui me différencie des singes. Ça tient en deux syllabes: blabla. Me voilà doublement rassurée: parler, c’est agir, j’en ai désormais la preuve.




Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Florence Perret, Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR