keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / Migraine

La burka est une abomination, s’évader n’est pas si simple et les autosexuels sont-ils fidèles?

L a votation du 7 mars sur l’initiative de l’UDC est un véritable casse-tête moral – peut-être faut-il l’envisager autrement. Il y a des romans impressionnants, «Evasion», de Benjamin Whitmer en fait partie. Trop s’aimer soi-même peut être un enfermement, sexuel ET intellectuel.

Je ne vais pas vous dire ce qu’il faut voter le 7 mars. Il y a déjà bien assez de donneurs de bons conseils sur les réseaux sociaux. Je n’avais même pas prévu d’en parler mais je ne cesse d'être interpellé par des gens qui me somment de prendre parti. L’initiative de l’UDC «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» ne concerne bien sûr pas le port du masque sanitaire. Ce qu’attaque l’UDC, c’est la burka, le voile intégral que doivent porter les femmes dans certains pays musulmans. C’est une abomination et je comprendrais que cela soit interdit, comme ça l’est de lapider des femmes ou comme ça devrait l’être de commercer avec les pays où ces pratiques sont légales. Mais bien évidement, pour l'UDC il ne s'agit que d'un coup politique un peu crapoteux. Chacune et chacun votera donc en son âme et conscience – c'est une formule – mais je crains que chez beaucoup de «oui» comme chez beaucoup de «non» il s'agisse surtout d'une posture moralisatrice et très peu du bien-être des victimes de l’islam, politique et religieux.           

***

«Ce monde n’est pas fait pour que vous vous en évadiez. Ce monde est fait pour tenir votre cœur captif le temps qu’il faut pour le broyer.» Tous les personnages qui  traversent douloureusement le roman Evasion, de  Benjamin Withmer, ont expérimenté la véracité de cette assertion. Certains ont même eu le cœur tellement broyé qu'ils en pleurèrent du sang. La trame du récit est plutôt simple. Le soir du réveillon 1968, douze hommes s’évadent du pénitencier Old Lonesome, dans le Colorado. La prison se trouve au centre d’une petite ville battue par une tempête de neige, au centre de la vie des habitants sur lesquels pèse en permanence son abominable ombre morale. L’alerte est rapidement donnée, la traque commence: une chasse à l’homme menée par des gardiens sadiques bourrés d’amphétamines. Comment s'évader? Comment échapper à notre conditionnement? Ce livre m’a tellement impressionné que je l’ai lu deux fois de suite.

***

Je croyais en connaître un bout sur la sexualité – du moins en théorie – mais Le Tribunal du Net m’a fait découvrir l’autosexualité. «Ce phénomène désigne l’attirance et le désir envers soi-même», explique TDN. Et n’allez pas croire qu’il s’agit du simple onanisme que nous pratiquons tous. «Certaines personnes vont encore plus loin dans l’autosexualité: la sologamie. C’est le fait d’être "en couple" avec soi-même.» Se pose alors la question essentielle: lorsqu’une ou un sologame autosexuel couche avec un autre sologame autosexuel, est-ce considéré comme une double infidélité? Et lorsqu’un autosexuel de la pensée se demande furtivement si un autre que lui-même pourrait avoir raison, est-ce que ça lui donne mal à la tête?        

Comme la migraine.       


La chanson qui accompagne particulièrement bien cette chronique

 

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Yves Genier, Anna Lietti, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet (ordre alphabétique).

© 2021 - Association Bon pour la tête | une création WGR