keyboard_arrow_left Retour
AILLEURS / G20

Trump, une rock star en tournée

T ournée en Europe, tournée en Europe… Tout le monde semble attendre le grabuge que Donald Trump risque de faire sur le vieux continent! La dernière fois qu’il est venu, c'est vrai, il y a eu de la vaisselle cassée.

Trump est constant sur un point: il arrive toujours à dépasser nos attentes. Et même s’il ne visitera cette fois «que» la Pologne, l’Allemagne et un peu plus tard la France, tous les regards sont tournés vers lui, écrit le média en ligne Watson.

Pologne, applause please

Le « voyage» du président américain a commencé mercredi soir à Varsovie. Il y était accueilli par Jaroslaw Kaczynski, le chef du parti gouvernemental national-conservateur PiS  (ndlr: la Pologne s’est toujours positionnée pro-Donald Trump. Le discours du Président des USA a donc tout naturellement été plébiscité. Sauf que… selon Newsweek, le gouvernement polonais aurait organisé des bus gratuits pour faire venir des claqueurs de tout le pays).


Hambourg, choc des titans

La visite de Trump en Europe est évidemment liée au G20 qui aura lieu ce week-end à Hambourg. Le centre de toutes les tensions reste sa rencontre avec Vladimir Poutine, un autre machiste égocentrique. Une ressemblance qui ne les aidera pas à se mettre d’accord sur les points chauds de l’actualité: Syrie, Ukraine, hacking lors de la campagne présidentielle US de 2016...


Macron et flonflons

Si Emmanuel Macron a invité Donald Trump à la fête du 14 juillet, la visite ne fait pas l’unanimité. Le Président français avait réussi à obtenir le respect de l’Américain en mai dernier. Il ne s’était pas laissé intimider par la politique «chahutante» du Président américain et avait même obtenu de lui une poignée de main solide. De bon augure pour parler terrorisme en juillet.


GB or not GB?

Les spéculations vont bon train: les événement du G20 et celui du 14 juillet laissent une semaine entière de libre à Donald Trump en Europe. S'il peut tout simplement rentrer chez lui, une visite surprise en Grande-Bretagne n'est pas exclue. A défaut de rencontrer la première ministre Theresa May (le rendez-vous a été repoussée à une date inconnue, Trump pourrait se rendre en Ecosse pour y jouer du golf sur le terrain dont il est propriétaire.

Les opposants britanniques se tiennent prêts. Un syndicaliste anglais dans le Guardian: «Si Donald Trump pense qu’il va pouvoir passer entre les gouttes, il se trompe!».


L'article de Watson: «Europa hält den Atem an: Trump kommt und trifft Putin»




Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR