keyboard_arrow_left Retour
LU AILLEURS / Russie

La Russie élève l’âge de la retraite et augmente la TVA

L ’annonce a été faite au premier jour du Mundial. L’âge de la retraite sera porté de 60 à 65 ans pour les hommes, de 55 à 63 ans pour les femmes. Le taux de TVA passera de 18% à 20%, dans la moyenne européenne. On parle trop peu des soucis de Poutine du côté du ménage de l’Etat. Réactions contrastées.

Izvestia (RU):

«Les premiers problèmes liés au système des retraites sont survenus au début des années 1980, pendant la période soviétique. ... Mais à l'époque, pour des raisons principalement politiques, on avait choisi de ne rien faire: les prix élevés du pétrole permettaient d'assurer le financement public des retraites. Mais le vieillissement de la population avait d'ores et déjà débuté. Les problèmes s'étaient accumulés et ce n'est qu'aujourd'hui, dans la 'nouvelle Russie', que le gouvernement trouve le courage de prendre une décision sérieuse. ... Une initiative avant tout destinée à stabiliser le système des retraites. ... Avec le relèvement de l'âge de départ à la retraite, les versements aux caisses de retraites seront davantage assurés par les actifs.»


Vedomosti (RU):

«Premièrement, les nouveaux retraités risquent de ne jamais effectuer la durée de cotisation légale pour avoir droit à la retraite. Les personnes qui approchent aujourd'hui de l'âge de la retraite ont été actives à une période où le travail au noir et les salaires perçus en liquide dans de petites enveloppes étaient largement répandus. Or ces personnes ne peuvent prétendre qu'à des minima vieillesse, et ceux-ci sont plus faibles et ne sont versés qu'à un âge supérieur. ... Deuxièmement, le relèvement de l'âge de départ à la retraite imposera de cotiser des années supplémentaires. Mais les Russes ont du mal à trouver un emploi bien avant de pouvoir prétendre à la retraite - dès 45 ans. Le risque, enfin, c'est que les gens se rabattent sur les pensions d'invalidité. En général, les demandes relatives à la reconnaissance d'un handicap augmentent à chaque révision du système des retraites.»

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR