keyboard_arrow_left Retour
Actuel / Infosperber

Vers la dictature sanitaire?

L es politiques et les médias n'ont quasiment plus qu'un sujet: le coronavirus. Qui parle encore du climat, du Brexit, de la Syrie, du Yemen, de Lesbos?

De Bernd Hontschik, médecin, chirurgien, écrivain, établi à Francfort. Publié sur le site Infosperber le 3 avril 2020.


Ce qui se passe ici? Interdictions de sortir, fermeture des écoles, des universités, des jardins d'enfants, interdictions de se rassembler, frontières fermées, suspension des droits fondamentaux, patrouilles de police et bientôt de l'armée... Tout cela fait pour moi les signes du fascisme, des dictatures latino-américaines. Avons-nous maintenant affaire à une dictature sanitaire?

Il y a tant de choses qui vont mal, pas seulement les grandes catastrophes de Syrie, au Yemen, à la frontière de la Grèce et de la Turquie. Qui parle encore du climat? Plus le sujet. Qui parle encore du Brexit? La santé passe avant (...) La protection des données? Une plaisanterie. Telekom vient d'accorder cinq gigabyte supplémentaires à l'Institut Rober-Koch pour lui permettre de suivre les mouvements de la population (en Suisse, Swisscom a fait de même pour la Confédération). Anonymement bien sûr. Mais le confinement devient encore plus drastique, on pourrait bien personnaliser ces suivis.La dictature sanitaire l'exige. Et la population accepte tout cela avec une stupéfiante docilité: priorité à la santé!

Pour le sauvetage de l'économie, les gouvernements tiennent prêts des centaines de milliards, là aucune limite. D'où vient soudain tout cet argent et qu'en était-il dans la discussion sur la vitale reconversion énergétique? Fermé, ce dossier. Priorité à la santé!

N'avions-nous pas, il y a peu encore, un manque éclatant de personnel médical, en particulier dans les soins intensifs? Mais aujourd'hui les capacités devraient être au moins doublées.

Comment cela peut-il se passer? Ces complexes procédures, tant auprès des personnes qu'avec les machines, peuvent-elles être maîtrisées par des soignants qui n'ont pas été préalablement formés ? Ne nous préparait-on pas, ces dernières années, à la prétendue nécessité de fermer des centaines d'hôpitaux? Et maintenant les lits manquent partout, le personnel médical dans les hôpitaux est à bout, peu avant l'effondrement.

N'y a-t-il pas chaque hiver, à chaque fois, des milliers de victimes de la grippe, plus de 25'000 il y a deux ans en Allemagne? Ne meurent-ils pas chez nous plus de 30'000 patients et patientes du fait des infections contractées à l'hôpital? Il est très délicat d'entrer dans cette discussion. Ce qui devient clair, c'est que l'on parle là, dans toute l'humanité, de la vie et de la mort. Avec quoi d'autre pourrait-on conduire tous les continents à la paralysie sociale et économique quasi totale?

Qui aujourd'hui ne s'engage pas dans la guerre contre le virus se rend coupable. C'est du moins ce qui se dit aujourd'hui. Partout.


Ce texte a aussi été publié dans la Frankfurter Rundschau.

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

3 Commentaires

@Juanpablo45 04.04.2020 | 09h19

«Le professeur Didier Raoult, une sommité en épidémiologie, assure que le confinement ne sert à rien et propose de tester le plus possible de personnes dans le but de soigner efficacement et rapidement celles qui seraient atteintes et que l’on pourrait mettre en quarantaine le temps de leur guérison. Cela fait longtemps qu’il préconise l’usage de l’hydrochloroquine, médicament qui a démontré son utilité contre le virus. Il n’a pas été pris au sérieux par des autorités convaincues de leur omniscience dans un premier temps. Aujourd’hui la chloroquine est utilisée couramment partout. Les décideurs s’emberlificotent dans les mesures à prendre, souvent inutiles et destinées à soulager leur propre conscience politique. On glisse donc peu à peu dans une dictature sanitaire que l’on peut prolonger à l’envi, sans que la population ne réagisse, ni le le nombre de décès ne diminuent. Pourquoi des pays comme la Suède, qui n’entrave pas la mobilité de sa population ne comptabilise pas plus de morts que des pays hystériques ? Bientôt une révolution ?»


@Lagom 04.04.2020 | 11h51

«Les masques ont aussi une fonction de muselière, à cela on rajoute, les smart-phones dans les queues devant les magasins alimentaires, qui agissent comme des cordes invisibles autour des cous. Pour palier aux manquements, on exagère la dose du remède. Le coronavirus à mis à nu l'incompétence des néolibéraux qui ne voulaient pas prendre des mesures de limitations des mouvements assez tôt. 12 aéroports européens, y compris celui de Genève, accueillait encore le 13 mars des voyageurs chinois, sachant que la durée de l'incubation peut être de 5 voire de 7 jours, et certains sont infectés mais asymptotiques. Excellent article ! quant à l'argent prêté et donné il provient de la planche à billets et des nouveaux emprunts des Etats. Pauvre Occident, avec de pareils dirigeants !»


@Bogner Shiva 212 09.04.2020 | 17h37

«Très pratique très très pratique cette crise...en effet plus aucun autre sujet que ce virus qui n'arrive en chiffre réels même pas à la cheville de la grippe saisonnière question létale ! Et il sera très intéressant de voir dès cette crise passée si elle se termine un jour, quelles sont les magouilles financières, politico.économiques, juridico- gouvernementales mondiales et autres qui ont passées sous le seuil des radars pendant cette crise. Je me réjouis déjà ...»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2020 - Association Bon pour la tête | une création WGR