keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Transparence

Un espoir pour le nouveau Parlement

L es deux tiers des Conseillers nationaux et des Conseillers aux Etats qui se présentent pour une réélection ne souhaitent pas parler des revenus de leurs activités extra-parlementaires.

Article initialement publié sur Infosperber, par Thomas Angeli / 10 oct. 2019


Environ deux tiers des membres réélus du Conseil national et du Conseil des Etats ne sont pas disposés à divulguer les revenus de leurs activités extra-parlementaires. C'est ce que démontre la liste de transparence 2019 de Lobbywatch.ch.

198 membres de l'Assemblée fédérale seront rééligibles le 20 octobre. Lobbywatch.ch a donc voulu savoir ce qu'ils pensaient de la divulgation des revenus de leurs activités extra-parlementaires. En d'autres termes, ils perçoivent une rémunération pour la présidence d'associations, les sièges au sein de conseils d'administration ou leurs activités au sein de conseils consultatifs, et ils n'ont pas été interrogés sur les revenus de leurs principales activités professionnelles.

Le résultat donne à réfléchir: même à une date aussi proche des élections, environ deux tiers des candidats estiment qu'ils ne sont pas responsables devant le public. Ceci malgré le fait que les revenus d'activités professionnelles ne faisaient pas l'objet de l'enquête.

125 n'ont pas du tout répondu à l'enquête de Lobbywatch.ch, ou ont ignoré la question du revenu et ont simplement confirmé l'exactitude des liens d'intérêt recherchés. Dix membres du Conseil national et du Conseil des Etats ont donné un aperçu partiel de leurs finances.

66 membres du Conseil des Etats ont divulgué intégralement leurs revenus à Lobbywatch.ch – et donc aussi au public. Vous trouverez les chiffres réels, ainsi que des informations sur le type d'engagement d'intérêt pour le membre du conseil concerné en cliquant dessus sur Lobbywatch.ch.

Comme en 2018, le PS est à nouveau en tête du classement des partis: les trois quarts des membres du groupe parlementaire déclarent leurs revenus*. Les Verts suivent en deuxième position avec 63,6%, PVL et PBD en troisième position avec 33,3% chacun. Parmi les partis bourgeois, le PDC (20%) devance l'UDC (18,8%) et le PLR (16,7%).

Pour la première fois, Lobbywatch.ch a également procédé à une évaluation par canton. Avec des candidats 100% transparents, le canton du Jura est le plus isolé. Si l'on ne considère que les cantons avec au moins cinq candidats, le canton de Vaud se distingue: près de la moitié des membres actuels du Conseil national et du Conseil des Etats déclarent leurs revenus.


*Le texte est paru le 23.9.2019 sur lobbywatch.ch.

Le 27.09.2019, le contenu a été révisé et mis à jour. En plus de l'évaluation initiale, les députés suivants ont été ajoutés à la liste de ceux disposés à divulguer leur rémunération: Angelo Barrile, Fabian Molina, Beat Jans, Claudia Friedl, Flavia Wasserfallen, Thomas Hardegger (tous SP), Roger Köppel, Mike Egger (SVP), Maya Graf (Verts), Philipp Bregy (PDC). Ces élément nouveaux ont également modifié le classement des parties.


A lire aussi:

L'argent et la politique, quelle hypocrisie! - Jacques Pilet
Prendre et donner - Bon pour la tête

VOS RÉACTIONS SUR LE SUJET

1 Commentaire

@gindrat 16.10.2019 | 15h11

«Cela n'est pas une révélation : le parti le moins franc est bien celui qui est le plus lié aux milieux financiers.»


Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr (présidente), Geoffrey Genest, Yves Genier, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud, Jacques Pilet, Chantal Tauxe (ordre alphabétique).

© 2019 - Association Bon pour la tête | une création WGR