keyboard_arrow_left Retour
ACTUEL / Politique fédérale

Ignazio Cassis: les 1,4 million de Suisses binationaux ne lui disent pas merci

E n annonçant qu’il avait rendu son passeport italien, Ignazio Cassis a-t-il commis la gaffe qui le privera du Conseil fédéral? On ne prendra pas le pari tant le lobby des caisses-maladie qui souhaite le placer au gouvernement est puissant. Mais son attitude jette une lumière crue sur son tempérament.

Voilà un libéral qui revendique le dogme de la responsabilité individuelle et qui cède sans combattre à la moindre pression venant de l’UDC. On attend d’un conseiller fédéral qu’il démontre plus de force de caractère et de résistance lorsqu’il est face à la critique.

Voilà un candidat qui clame que le Conseil fédéral doit se montrer plus courageux, et qui commet une retentissante lâcheté à la première occasion.

Voilà un homme prêt à renier ses origines et sa famille pour servir sa carrière: Ignazio Cassis est né Italien, il s’est fait naturaliser à 15 ans, c’eut été un beau symbole qu’il se revendiqua comme premier conseiller fédéral né étranger.

La question des binationaux n’est pas un petit détail. Elle a pris de l’ampleur depuis la votation sur la naturalisation facilitée de la troisième génération, en février dernier, qui a vu l’UDC mordre la poussière. Depuis cet échec inattendu, le parti nationaliste a clairement décidé d’attaquer les détenteurs de plusieurs passeports. Une lubie ethnique malsaine, qui instille l’idée que certains Suisses le sont plus que d’autres et qu'un binational ne saurait être vraiment loyal à nos institutions.


Première remarque: si notre pays est le mélange de trois grandes cultures européennes, force est de reconnaître que nous ne descendons pas tous en ligne directe des Waldstaetten. Nos racines européennes mériteraient d’être mieux considérées.

Les chiffres

Deuxième remarque: la double-nationalité, reflet de notre histoire migratoire mais aussi de nos histoires d’amour, est beaucoup plus fréquente qu’on ne le croit. Lors d’une discussion sur facebook, le géographe Pierre Dessemontet m’a aimablement fourni les chiffres suivants:


  • 854 705 Suisses sont doubles-nationaux en Suisse, selon des estimations issues du Relevé Structurel (2011-2015), auxquels il faut encore ajouter 559 542 Suisses double-nationaux résidant à l'étranger (2015).
    Au total: 1 414 247 binationaux sur 6 855 248 citoyens suisses, soit plus de 20%
    .

  • pour ce qui concerne les cantons, Zurich en compte 177 504, Vaud 110 830, Genève
    96 358
    , Berne 66 730, Tessin 59 714, Argovie 53 196, Saint-Gall 37 538, Valais 29 665, Bâle 27 470, Neuchâtel 26 799...

  • pour ce qui concerne les nationalités, l’Italie arrive en tête avec  214 093, puis la France 97 089, l’Allemagne 66 389, la Turquie 40 281, la Serbie 35 281, l’Espagne 31 146, le Kosovo 25 753, le Portugal 24 727, la Grande-Bretagne 22 893, la Croatie 21 827, la Bosnie 21 265...


Elire un PLR, pas un troisième UDC

En renonçant à son passeport italien, Ignazio Cassis a raté l’occasion de rendre un formidable hommage aux capacités d’intégration de la Suisse. Ses réponses sur la question des «juges étrangers» montre qu’il préfère les mythes interprétés par l’UDC à la réalité de la Suisse telle qu’elle est. C’est décevant.

Surtout, son attitude pointe toute l’ambiguïté de la relation que le Tessin entretient avec l’Italie. Voilà un canton qui revendique un siège au Conseil fédéral du fait de sa spécificité linguistique et culturelle, mais dont le candidat n’assume pas ses racines italiennes. C’est pour le moins paradoxal. Si on renie son italianité, comment prétendre la défendre au sein du gouvernement?

Nombre de Tessinois soutiennent la candidature d’un des leurs en argumentant que la présence d’un Italophone améliorera les relations avec l’Italie. On peut désormais douter que Rome soit favorablement impressionné par un ministre d’origine italienne qui lui a rendu son passeport avec tant d’ostentation et d’opportunisme.

La Suisse, créée en 1848 par le parti radical, est une nation de volonté, fondée sur le respect des différences et des minorités. Le 20 septembre prochain, l’Assemblée fédérale a pour mission d’élire un PLR digne de cet héritage, pas un troisième UDC.  



Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Luc Debraine, Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Florence Perret, Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR